Ass. La Qualité de Vie
Slider

Communiqué

Ville-sur-Terre

Le 15 octobre 2020


Façade de la maison de Michel GUERITTE, au 8 route de Soulaines à 10200 - Ville-sur-Terre (Aube en Champagne), depuis ce jour 13 h.

Bien cordialement

Michel GUERITTE

06 71 06 81 17


Association La Qualité de Vie

Association TROP (POURUOI TROP DE CANCERS AUTOUR DE SOULAINES)

Association des malades d’hyperparathyroïdie

 
 

03 25 92 77 05

06 71 06 81 17

https://www.villesurterre.eu

Autre adresse :

20 avenue du Coteau

92420 VAUCRESSON

 

 

 {up pdf=http://www.villesurterre.eu/images/pdf/courbes-mesure-alpha-liens-v3c.pdf | method=PDFJS}

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s'agit de l'activité alpha global de l'eau.

Sur ce graphique on s'est d'abord intéressé aux analyses d'eau du robinet.

La courbe la plus basse est celle de l'eau du robinet de SOMMEVOIRE.

Au dessus, celle de La-Marnière à Longeville-sur-Laines.

Les données proviennent des analyses visibles sur le site du Ministère de la santé.

La pire des courbes, tout en haut, est celle de la nappe phréatique autour du CIRES Morvilliers. Chacun des points correspond à la valeur maximale mesurée par l'un des sept piézomètres autour du site. Piézomètres nommés : TC 009 - TC 010 - TL 003 - TL 202 - TL 301 - TL 303 - TL 306 (voir le site du RNM : Le réseau national de mesures de la radioactivité.

On peut repérer ces piézomètres sur cette carte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est clair, sur ces courbes, on est bien au delà de la norme. On atteint même un pic de 0,330 au lieu de 0,1. C'est trois fois trop !

Ce graphique est interactif : en cliquant sur les valeurs des deux courbes inférieures on obtient les analyses complètes.

Voir le graphique interactif en grand.

Remarque : cette carte est extraite d'un des 9 documents désormais inaccessibles sur le site de l'ANDRA.

 

 

 

 

 

A Soulaines, j’ai bu de l’eau du robinet radioactive !

 

 

Vendredi 15 mars 2019 - 19h

Le débat dans la salle des fêtes de VILLE-SUR-TERRE, s'est parfaitement déroulé, et dans une bonne ambiance. Parmi les 42 participants (et non pas une trentaine Messieurs les journalistes) : un élu de Sauvage-Magny - un élu d'Anglus - Philippe DALLEMAGNE (maire de Soulaines et Président de la Communauté de communes Vendeuvre-Soulaines - Pierre JOBARD (maire de Fresnay) - Dominique LAURENT (maire de Bettancourt-la-Ferrée) - Pascal DEMATONS (maire de Ville-sur-Terre) - René GAUDOT (ex maire de Bar-sur-Aube) - Jacques LERAY (ex maire de Beurville) - Patrice TORRES (directeur des Centres industriels de l'Aube) que nous remercions sincèrement de leur présence.

 

Le résumé (8 pages) du débat.

 

La Restitution pour la plateforme :

Le formulaire

Le résumé (3,5 pages)

La vidéo d'une minute en mode selfie, demandée par La Mission Grand Débat.

Le texte :

Bonjour

Je suis Michel GUERITTE.

J'ai animé une réunion d'initiative locale à Ville-sur-Terre, dans l'Aube, en Champagne, le 15 mars 2019.  

Elle portait essentiellement sur la TRANSITION ENERGETIQUE, sur le nucléaire et ses déchets, sur l'impact sur la santé.

42 riverains des Centres de stockage de déchets radioactifs de Soulaines et de Morvilliers ont sereinement débattu.

Quelques questions :

- A propos du démantèlement : pourquoi ne pas entreposer les déchets radioactifs sur site, plutôt que de les charrier à travers toute la France, et de les mettre ici, chez nous ?- Quand va-t-on arrêter de nous en remettre encore et encore ? D'autres poubelles nucléaires, sont effectivement prévues : ça fera bientôt 3,5 millions de m3 !

- Pourquoi à nous, citoyens, on ne nous demande pas notre avis.

- Oui, le Grand-Est de la France est devenu la poubelle nucléaire de la France.

Quand à l'impact sur la santé : les enquêtes épidémiologiques officielles montrent un excès de cancers. Et, cet été, on a bu de l'eau radioactive à Soulaines.

Il serait temps de nous écouter, non ? Merci.

...

Notez que M6 Capital prépare un sujet de 26 mn. (tournage prévu les 2 et 3 mai)

France3 Champagne-Ardenne souhaite réaliser un 3 mn. La problématique est d'entrer en contact avec L'ARS, parce que la règle est de donner 1,5 mn à chacune des deux parties.

L'AFP a contacté l'organisateur.

 

L'article de L'est-éclair du 18 mars

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'article du JHM du 19 mars.

En comparant les deux articles de L'Est-Eclair et du JHM entre eux, et avec le résumé de 8 pages, on voit de suite que

l'Est-Eclair pratique la désinformation.

Ce n'est pas une affaire de compétence de journaliste, c'est la volonté délibérée de ne pas traiter des sujets fondamentaux abordés, et de mettre en avant des informations mineures, comme ces deux "anecdotes" du débat : le pâté de chauve-souris, et la tuerie des vers de terre par les embases des éoliennes !!!

Rappelons que l'Est-Eclair est coutumier du fait. Nous pourrons comparer les articles qui relatent par exemple les réunions de la CLI de Soulaines, avec la retranscription de ce qui y a été dit ! L'excellent et sympathique journaliste Benoit SOILLY, par ailleurs membre de la CLI, pourra nous expliquer le pourquoi et le comment d'une véritable censure des points négatifs abordés durant les réunions de la CLI.

Evidemment, dans les journaux de l'Aube et de la Haute-Marne, il vaut mieux ne pas étaler les pollutions radioactives de l'eau du robinet, ni les excès de cancers dans le soulainois, quand on attend l'extension des sites nucléaires et la création de nouveaux.

Après échange avec les deux journalistes de l'Est-Eclair Bar-sur-Aube, nous avons appris que c'est Pierre LEZIART qui a rédigé l'article seul, à partir de l'enregistrement du débat. Il a eu tort de le traiter comme un BARALBINAGE. Cette affaire de pollution radioactive est grave et ne peut être traitée par la dérision.

 

===============

 

15 mars 2019 - 9h

 

Le communiqué du 15 mars.

 

Résumé

Les habitants de Soulaines (Aube), Anglus et Sauvage-Magny (Haute-Marne) ont bu de l’eau du robinet radioactive entre le 15 mai et le 15 août 2018 - L’ARS refuse de nous communiquer l'identification et la quantification des radionucléides, ainsi que le dosage complémentaire afin de calculer la dose indicative (DI) - Maître Corinne LEPAGE réunit les éléments d’information pour savoir si une infraction a été commise. Dans l’affirmative, une plainte sera déposée auprès du Procureur de la République.

 

Le contenu du communiqué

Les habitants de Soulaines (Aube), Anglus et Sauvage-Magny (Haute-Marne) ont bu de l’eau du robinet radioactive entre le 15 mai et le 15 août 2018.

En effet dans un Contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine, prélèvement du 23 juillet 2018, (résultats de l’analyse le 27 juillet) dans le captage de Sauvage-Magny, l’ARS (Agence régional de santé) publie ce tableau :

 

 

 

 

 

 

 

La conclusion sanitaire de cette analyse est explicite :


Eau brute souterraine respectant les exigences de qualité règlementaires mais dépassant la valeur guide (1 Bq/litre) fixée pour le paramètre activité bêta globale (paramètre lié à la radioactivité) au-delà de laquelle l'identification et la quantification des radionucléides est nécessaire. Ce dosage est en cours afin de calculer la dose indicative (DI) pour laquelle une référence de qualité est fixée par le code de la santé publique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notons que l’activité globale alpha est pile à la limite de 0,1 Bq/litre. Il y a donc une présence anormale de radionucléides alpha et bêta !

Nous avons demandé à Damien REAL, signataire de cette analyse, de nous communiquer l'identification et la quantification des radionucléides, ainsi que le dosage complémentaire afin de calculer la dose indicative (DI).

Damien REAL a refusé.

Ce refus de communiquer est inacceptable. L’ARS nous cacherait-elle quelque chose ?

Par ailleurs SUEZ EAU France, SDDEA (Syndicat Départemental des Distributions d'Eau de l'Aube), et les conseillers municipaux de CEFFONDS font circuler de curieux propos rassurants : selon eux, il s’agirait de « radioactivité naturelle sans risque pour la santé » !

A noter également que l’analyse du 23 juillet 2018 n’a pas été publiée sur le site du Ministère des solidarités et de la santé.

Maître Corinne LEPAGE réunit ls éléments d'information pour savoir si une infraction a été commise. Dans l'affirmative, une plainte sera déposée auprès du Procureur de la république.

 



Le maire de CEFFONDS, commune qui regroupe Sauvage-Magny et Anglus n’a été sommairement informé que le 8 octobre (pour un prélèvement du 23 juillet) ! Il est, lui aussi, à la recherche de la vérité. Dans un mail du 15 février, il demande même à ses conseillers « d’être attentifs si ils lisent des choses sur les réseaux sociaux ».

Cette affaire soulève grand nombre de questions qui pourront alimenter Le grand débat de ce soir à Ville-sur-Terre.

 

===============

 

12 mars 2019

Le tract-affichette 

Pour la télécharger. Cliquez sur : Affichette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tract imprimé en 1500 exemplaires a été distribué aux habitants des communes de :

- Sauvage-Magny, Anglus et Soulaines (concernées par la pollution radioactive de l'eau du robinet) - Morvilliers et La Chaise qui, comme Soulaines hébergent les sites nucléaires sur leur territoire - Louze (sous les vents dominants et dont le captage est voisin) - Vendeuvre où est installé STSI.

Le recto est l'affichette.

Pour télécharger le verso. Cliquez sur : Verso du tract.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...

 

Parmi les sujets qui peuvent faire l'objet du débat :

 

# 1 - L'eau du robinet à Soulaines était-elle radioactve cet été ? 

Oui, nous en avons la preuve.

Il a été découvert le 15 février 2019 que l'eau du robinet, distribuée dans les villages de Anglus, Sauvage-Magny et Soulaines, était radioactive.

Le prélèvement de l'échantillon a été effectué par l’ARS (Agence Régionale de Santé), le 23 juillet 2018, et le maire de CEFFONDS (administrativement responsable du captage) n’en a été sommairement informé que le 8 octobre !  

Durant l'été, la population a donc bu de l’eau radioactive sans le savoir. Sans entrer dans des notions complexes, la conclusion générale de l'analyse de l'ARS précise en effet que l'eau dépassait d'un coefficient 5 une valeur guide de radioactivité.

Précisons que Sauvage-Magny et Anglus font partie de la commune de Ceffonds, et qu'un maire est responsable de la sécurité et de la santé de ses administrés.  

À notre connaissance les responsables de la chaîne de décision : ARS, laboratoire situé à Rouen, Préfecture ou DREAL, distributeur d'eau, SUEZ EAU FRANCE, SDDEA (responsable de la distribution à Soulaines), etc. ont laissé enfants, nourrissons, femmes enceintes, fœtus, etc. consommer de l'eau radioactive.

Maître Corinne LEPAGE est en train de réunir les éléments d’information pour savoir si une infraction a été commise. Dans l’affirmative, une plainte sera déposée auprès du Procureur de la République.

Cette affaire est peut-être un début d'explication au "Pourquoi TROP DE CANCERS AUTOUR DE SOULAINES ?", selon l'enquête épidémiologique de Santé publique France, et selon un recensement citoyen notamment dans les villages de Ville-sur-Terre, Fuligny et Chaumesnil...

 

# 2 - STSI à Vendeuvre-sur-Barse
 
La STSI est spécialisée dans le transport, l'entreposage et le tri de déchets radioactifs.

L'entreprise a été rappelée à l'ordre par l'ASN parce que le dessous des containers qu'elle utilise n'était pas correctement décontaminé. Or, les containers entretenus par un industriel voisin sont entreposés sur un espace non clos donc accessibles au public...


Pire, le 29 avril 2018, suite à un violent orage, la toiture du bâtiment s'est envolée !
Quid des déchets nucléaires ?

Lire l'enquête complète publiée dans la NewsLetter-40.

 

# 3 - UNITECH à JOINVILLE
 
À Joinville, incroyable : un projet de blanchisserie industrielle spécialisée dans le nettoyage du linge nucléaire, (1200 tonnes par an de combinaisons en provenance de toute l'Europe), ainsi que dans la décontamination de matériel et d'outillage. Ce projet est d'autant plus fou que les rejets inhérents à l'activité seront déversés dans la Marne !

Voir le dossier.C'est clair : la Champagne est devenue la poubelle nucléaire de la France…


L'eau du robinet est radioactive !


Alors, le champagne, c'est pour quand ?


Vous voyez, il y a de quoi débattre...

 

===============

 

7 mars 2019

Une réunion Grand Débat est programmée à Ville-sur-Terre à 19 h dans la Salle des fêtes, route de Soulaines.

Le thématique : "Transition écologique. Le nucléaire et ses déchets. L'impact sur la santé"

À l'initiative du Président de la République, le Gouvernement engage un Grand Débat National permettant à toutes et tous de débattre de questions essentielles pour les Francais. Venez donc nombreux. Entrée libre et gratuite.

Chacun pourra s’exprimer et débattrre sur cette théma'que, ainsi que sur les résultats de l’Enquete épidémiologique de Santé publique France autour de Soulaines, et sur l’affaire d’une pollution radioactive de l’eau du robinet de Sauvage-Magny, Anglus et Soulaines.

Le communiqué du 7 mars.

 

===============

 

Voir le dossier :

A Soulaines, j’ai bu de l’eau du robinet radioactive !

 

===============

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


UNITECH

En quelques lignes le projet de blanchisserie industrielle UNITECH c’est :

1900 tonnes de linge par an, provenant de tous les sites nucléaires d’Europe. Linge souillé par des matières radioactives qui va être lavé dans une usine de 19 000 m2 par une quarantaine de salariés. Et c'est aussi une unité de décontamination qui rejette des quantités de radionucléides comme le cobalt 60 et le plutonium !

L’installation va rejeter dans l’air et dans la Marne des produits chimiques et des radionucléides. Bien sûr, il y a des filtres, des bassins de décantation et tout ce qu’il faut pour être aux normes. Normes définies par le lobby nucléaire. Madame la Préfète SOULI-MENT a d’ailleurs déclaré : « C’est un projet sûr, non nocif, sans aucun impact sur l’environnement ». Tu parles !

Ce projet est bien avancé : autorisation d’exploitation - permis de construire - feu vert des différentes autorités administratives - autorisation préfectorale...

Il est bien évidemment soutenu par le Président de la CCBJ (Communauté de Communes du Bassin de Joinville) : Jean-Marc FEVRE, un grand voyou sympathique, alias TARZAN...dont voici toutes les casseroles.

Fevre Jean Marc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Marc FEVRE

Cette blanchisserie hors-normes s'implante sur la zone de la JOINCHERE, à SUZANNECOURT, à proximité du supermarché !

Unitech Emplacement la JOINCHERE avec legendes

Comme pour le BISON de DERICHEBOURG à GUDMONT-VILIERS, nous allons chasser UNITECH hors du territoire.

Rien qu’à l’idée, les truites de la Marne sont déjà mortes de peur !

 Unitech poisson radioactif

 

 

 

 

 


 

...................................................

La page FaceBook du CEDRA

 ...................................................

La page du site du CEDRA

..................................................


 

CHRONOLOGIE des faits et des communications

 

 


2 octobre 2020

Le projet UNITECH a du plomb dans l'aile.

UNITECH, le TOURNANT !


25 septembree 2020

Le conseil départemantal VOTE CONTRE le projet IUNITECH

UNITECH, c'est NON !


29 et 30 août 2020

Les Manif au Lac-du-Der


27-28-29 juillet 2020

Bérangère ABBA entre au Gouvernement

Comment va-t-elle se "dépatouiller" avec les projets UNITECH et CIGéo.

Elle s'en explique sur France3 Champagne-Ardennes. Lire les commentaires qui détaillent le parcours de cette "oppotuniste".

Le JHM titre : Sylvain TEMPLIER (son suppléant) va sièger à l'Assemblée nationale.

Le JHM titre : Climat, premières mesures.

REPORTERRE titre : l’engagement écolo à géométrie variable.

Rappel : lire ou relire cet article de REPORTERRE


24 juillet 2020

NewsLetter-58

ERREUR ou MENSONGE : Patrice TORRES a déclaré que l'écart de 28% d'excès de cancers du poumon autour du CSA pouvait être dû au tabagisme - Bruno LEMAIRE a fait le panégyrique du nucléaire - Nouveau Gouvernement : à qui va-t-on refiler le bébé CIGéo ? A Barbara POMPILI ou à Bruno LEMAIRE ? - UNITECH à JOINVILLE-EN-CHAMPAGNE : "La bataille ne fait que commencer !" et "Nous démolirons si vous construisez !"TROP : Nous avons décidé de ne plus perdre temps, énergie et argent à essayer de convaincre les habitants de VILLE- SUR-TERRE, ainsi que ceux du Soulainois, qu'il existe bien un réel problème de Santé publique dans la région. Nous nous centrons sur les dossiers qui concernent l'impact de la contamination nucléaire sur l'Homme et l'environnement : faibles doses - pollution - pathologie - hydrogéologie..."
Nous sommes en train notamment de créer l'Association des malades d'hyperparathyroïdie


23 juillet 2020

Dans l'UNION : La Communauté de Communes PERTHOIS BOCAGE et DER contre UNITECH : elle vient de verser une subvention au Collectif.

Dans le JHM : Des projets et des revendications sur la route du Délégué départemental Nicolas LACROIX.

Dans le JHM : Les gens du voyage s'installent sur le terrain de la Joinchère !


22 juillet 2020

Dans le JHM : UNITECH SERVICES se réserve le droit d'attquer en justice pour diffamation toute personne diffusant ou relayant des informations mensongères, telles celles écrites dans la motion de la Mairie de JOINVILLE.


18 juillet 2020

Manifestation sur le site Unitech à la Joinchère

150 militants mobilisés plus que jamais, et quelques pelles symboliques.


Le panneau du Permis de construire incendié.

Le JHM titre : Unitech : "La bataille ne fait que commencer"

Une équipe de PUISSANCE TELEVISION était sur place.

Les discours se résument à cette menace : "Nous démolirons si vous construisez"


15 juillet 2020 - 19 h

Audience en référé : les plaignants sont déboutés?

Comme on pouvait s'y attendre le tribunal administratif valide l'ouverture des installations UNITECH.

Le juge des référés vient de rejeter le référé-suspension introduit par l’Eodra, Greenpeace France, Nature Haute-Marne, le Réseau Sortir du nucléaire et deux conseillers municipaux de la mairie de Joinville.

Le 21 juin 2020 ces requérants avaient déposé un référé-suspension concernant l’arrêté donnant l’autorisation à Unitech d’exploiter les activités de blanchisserie, de maintenance et d’entreposage de matériel provenant d’industriels du secteur nucléaire.

Précisons qu’un référé-suspension n’est qu’une étape. En rejetant ce référé-suspension, le juge ne s’est pas prononcé sur le fond du dossier.

Rappelons qu’il y a deux recours déposés contre les installations d’Unitech :

- Celui des organisations citées plus haut avec, pour avocat, Samuel Delalande.

- Celui du COLLECTIF contre UNITECH (associations Belles Forêts Sur Marne, Cedra, Eodra, Joinville Lave-Plus Propre, Gudmont-Dit-Non, le collège des habitants, le collège des maires) avec pour avocate, Corinne Lepage.

Le Communiqué du Collectif. (tès optimiste et qui appelle à une manifestation ce samedi 18 juillet, à 14h30, à la Joinchère.

Le Communiqué du Réseau Sortir du Nucléaire.

France Bleu titre : Feu vert au projet de blanchisserie nucléaire en bord de Marne : les opposants déboutés par la justice.

20 MINUTES titre : Haute-Marne : Le tribunal administratif valide l'ouverture d'une blanchisserie nucléaire.

Reporterre titre : Blanchisserie nucléaire : rejet du recours déposé par les opposants.

L'EST-REPUBLICAIN titre : Le tribunal administatif valide l’ouverture d’une blanchisserie nucléaire.

Le Journal de la Haute-Marne titre également : Le tribunal administatif valide l’ouverture d’une blanchisserie nucléaire.

Capital titre : Une blanchisserie nucléaire verra bien le jour en Haute-Marne.

USINE NOUVELLE titre : La blanchisserie nucléaire autorisée.


11 juillet 2020 

France Bleu titre : Haute-Marne : les opposants au projet de blanchisserie nucléaire craignent une pollution de la Marne.
 

10 juillet 2020 - 14 h 

Audience en référé au Tribunal administratif de Châlons-sur-Marne

Malgré une forte opposition des habitants, associations et élus locaux, notamment lors de l’enquête publique, la préfecture de la Haute-Marne a autorisé le projet le 8 juin 2020. Constatant le démarrage des travaux quelques jours plus tard, un Recours en référé a été déposé le 21 juin. Cette procédure a été confiée à Maître Delalande, qui avait déjà porté un précédent recours contre le permis de construire en mai 2019.

Le communiqué

Le communiqué du 13 juillet, qui relate l'Audience.

THEATRE et JUSTICE : C'est une très mauvaise pièce qui s'est jouée vendredi dans la salle du Tribunal administratif de Châlons-enChampagne. L'Avocat qui a attaqué UNITECH pendant une heure et demie a très mal joué la pièce. Certes son rôle n'était pas facile, mais la stratégie d'attaque était douteuse, le texte n'était pas bon, et il avait face à lui Marie-Pierre MAITRE, une pointure.


Marie-Pierre MAITRE est une ex du Cabinet HUGLO LEPAGE. Elle appartient au Cabinet ATMOS. Marie-Pierre MAITRE a quitté le Cabinet HUGLO-LEPAGE en 2018 au sein duquel elle exerçait depuis 2001.

Pour le prochain Recours, dont la date de l'Audience n'est pas encore connue, Marie-Pierre MAITRE sera probablement confrontée à Corinne LEPAGE.


 

Remarques de Michel GUERITTE :

1 - le 15 juillet nous apprendrons que Samuel DELALANDE a perdu.

2 - malgré sa compétence et son talent, Corinne LEPAGE perdra également, parce que le scénario de cette étonnante pièce de théâtre est déjà écrit : il a été dicté par la DGEC.
Mais pour les différents appels à suivre, souhaitons que Corinne LEPAGE trouve la faille !


9 juillet 2020 

L'UNION titre :  Laverie nucléaire de Joinville : un collectif se crée pour continuer la lutte.

Communiqué de Sortir du Nucléaire : Pas de laverie nucléaire au bord de la Marne ! Audience en référé le 10 juillet au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne contre l’autorisation accordée au projet Unitech.


8 juillet 2020 

APPEL À DONS CONTRE UNITECH

Le Collectif contre Unitech a (enfin !) des coordonnées bancaires. Nous venons donc d'ouvrir une cagnotte en ligne afin de pérénniser le financement du recours contre l'autorisation d'exploitation d'Unitech que nous allons réaliser avec le cabinet Huglo-Lepage. 

Nous avons déjà perçu une somme importante, grâce aux nombreux chèques reçus, qui nous a permis d'officialiser avec le cabinet et lancer les premières démarches ! 

Si vous avez la possibilité de nous aider, voici le lien de la cagnotte en ligne :

https://www.helloasso.com/associations/collectif-contre-unitech/formulaires/1 

Nous pouvons aussi vous transmettre notre RIB. 

En plus de ce long bras de fer juridique qui commence et parce qu'il nous faudra être sur tous les fronts, nous souhaitons vous informer aussi que plusieurs élus, habitants et membres du Collectif contre Unitech se sont réunis en fin de semaine dernière afin de dégager ensemble des pistes pour les futures mobilisations ! 

Nous vous tenons au courant et n'hésitez pas à nous faire des propositions !


6 -7 juillet 2020 

USINE NOUVELLE titre : UniTech Services engage la construction d’une blanchisserie nucléaire en Haute-Marne.

Les élus de Joinville ont voté une motion demandant le retrait de l’autorisation préfectorale

PUISSANCE TELEVISION


22 juin 2020  

Ecoutez l'Appel du 18 juin 2020

Explications historiques

 

 

 

 

 

 

 

A propos du projet UNITECH, le Général DE GAULLE lance un Appel depuis COLOMBEY-LES-DEUX-EGLISES.

Tout comme en 1940, vous n'étiez peut-être pas devant votre poste de radio, ce jeudi 18 juin 2020 vers 20 h. Cet Appel est donc rediffusé ce lundi 22 juin.

Durant 4 mn 52 s, le Général DE GAULLE donne les arguments pour mobiliser les français contre cette laverie de linge nucléaire et ses installations de décontamination de matériel radioactif, qui va rejeter dans la rivière Marne quantité de déchets chimiques et radioactifs dangereux pour la Santé publique.


20-22-23 juin 2020  

Le Collectif contre UNITECH engage le Cabinet HUGLO-LEPAGE.

France 3 Grand-Est  - Article repris sur le site du cabinet de Corinne LEPAGE.

Entretien Textile titre : Blanchisserie. Unitech : l'épopée continue.

ACTU-ENVIRONNEMENT titre : Nucléaire : les opposants déposent un recours contre l'autorisation accordée à la blanchisserie Unitech.


16 juin 2020  

Le cabinet HUGLO-LEPAGE est en charge du Recours contre la décision de construire UNITECH.

/!\ APPEL À DONS CONTRE UNITECH /!\
 
Pour un recours contre l'autorisation d'exploitation de la blanchisserie industrielle et de la zone de maintenance UNITECH destinées au secteur nucléaire à Suzannecourt (Haute-Marne)
 
De la part du COLLECTIF CONTRE UNITECH, association regroupant : Belles-Forêts-Sur-Marne, Cedra, Eodra, Gudmont-dit-Non, Joinville-Lave Plus Propre, communes et habitants.
 
À TOUS LES HABITANTS ET OPPOSANTS À UNITECH,
Malgré les résultats de l'enquête publique où la population s'est exprimée à 87% contre l'installation de la laverie UNITECH à Suzannecourt, et malgré les nombreuses réserves émises par les instances officielles en matière d'environnement et de santé publique, la préfète a donné l'autorisation d'exploitation à Unitech.
 
Le COLLECTIF contre UNITECH prévoit de déposer un recours contre l'autorisation devant le Tribunal Administratif avec le cabinet HUGLO-LEPAGE.
 
Pour financer ce recours, nous avons besoin de l'aide de chaque personne, association, commune ou collectivité opposée à ce projet. Cette aide est indispensable. Elle est le seul moyen de financer ce recours.
 
SI VOUS SOUHAITEZ AIDER À FINANCER CE RECOURS CONTRE UNITECH, merci d'envoyer votre don :
 
- par chèque à l'ordre du Collectif contre Unitech, à l'adresse suivante : Collectif contre Unitech, 1 rue Saint-Gilles, 52320 Gudmont-Villiers
 
- par virement bancaire, contactez-nous à notre adresse mail : collectifcontreunitech@gmail.com
 
Nous vous enverrons les coordonnées bancaires prochainement.
Votre soutien est urgent car le temps est compté pour déposer ce recours.
 
Un autre recours est déjà entrepris par ailleurs. Par ces deux recours complémentaires, nous multiplierons nos chances de succès !
MERCI À VOUS, 
 
Au nom de tous ceux qui sont attachés à leur territoire et à la préservation de leur santé et leur environnement. Les travaux qui débutent ne doivent pas altérer notre détermination ! 
Le Collectif contre Unitech 
 
Association publiée au Journal officiel du 25 avril 2020 annonce n°334
 

9 - 10 - 11 juin 2020  

La Préfecture donne le feu vert au projet Unitech  

Comme on pouvait s'y attendre, Madame la Préfète Elodie DEGIOVANNI, a bien retransmis l'odre qu'elle a reçu du Ministère de l'Intérieur, donc celui de la DGEC, et a donné l'autorisation de construire UNITECH.

Le communiqué du CEDRA.

Marne Nature Environnement

ALVInet

L'article du JHM.

L'article du VHM

La vidéo de France3

L'article de Ouest-France

Monsieur Mondialisation

Union

ACTU ENVIRONNEMENT

L'Est-Eclair

Réseau Sortir du Nucléaire

Cedra 52


24 et 28 mars 2020

Le Communiqué de Presse

La Préfecture reporte sa décision sur le projet Unitech

Dans les circonstances gravissimes que traverse notre pays, à l’heure où toutes les activités ont cessé, et où la population se trouve confrontée à une situation très anxiogène, les associations opposées au projet UNITECH ont demandé instamment à la Préfecture de reporter la date de communication de la  décision concernant ce projet. 

En pleine guerre sanitaire, ces associations jugent inopportun d'organiser maintenant une consultation des habitants, des entités économiques, des associations, des syndicats, des communes, des collectivités, concernant le dépôt d’un Recours, ainsi que le prévoit le cadre juridique du dossier Unitech. Ils ont donc demandé à Madame la Préfète de remettre la communication de sa décision à une date ultérieure, au minimum après la tenue du second tour des élections municipales.

L'article dans le JHM


8 mars 2020

Assemblée Générale de Belles-Forêts-sur-Marne

Dans cet article du JHM qui relate le compte rendu de l'Assemblée générale de l'Association, il est annoncé que le <Groupe- G7-contre-UNITECH> a choisi le Cabinet HUGLO-LEPAGE pour le recours juridique.


4 février 2020

Puissance télévision

La réaction de Michèle LABOUILLE sur l'Avis favorable au projet UNITECH, suite au communiqué du <G7-CONTRE-UNITECH.


4 février 2020

NewsLetter-55

Après le CEA, Corinne LEPAGE s'attaque à UNITECH - Les associations du <Groupe- G7-contre-UNITECH> dénoncent l'avis favorable des commissaires enquêteurs - 14 cas d'hyperparathyroïdie dans la patientèle d'un médecin du Soulainois.


18 décembre 2019

Contribution de Corinne LEPAGE

Corinne LEPAGE, par ailleurs avocate du maire de VECQUEVILLE dans le dossier Unitech, contribue à l'Enquête publique avec cet Avis défavorable très argumenté.


18 décembre 2019

NewsLetter-53

UNITECH : manif de JOINVILLE-EN-CHAMPAGNE du 14 décembre - Réunion publique de la CLI de SOULAINES du 11 décembre - Nous invitons les femmes enceintes et les nourrissons à ne pas consommer l’eau du robinet, ni des puits, dans le Soulainois - Nous invitons tous les Soulainois qui auraient ces symptômes : épuisement, crampes, douleurs au dos et aux articulations, manque de force, désorientation, pertes de mémoire, tendance dépressive, augmentation de l`excrétion urinaire et donc de la soif, perte d’appétit, vomissements, constipations, perte de poids, de demander à leur médecin de prescrire une calcémie, afin de vérifier qu’ils ne souffrent pas d’une hyperparathyroïdie. 


14 - 15 - 16 décembre 2019

UNITECH : manif de JOINVILLE-EN-CHAMPAGNE du 14 décembre

Le compte rendu dans la NewsLetter-53

L'article de Reporterre.

L'article du JHM

Une vidéo de 2 minutes.


13 décembre 2019
Avis de l'Association OIKOS-KAI-BIOS

pour Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne, qui a  besoin d'Avis "autorisés" pour l'aider à prendre sa décision..


10 décembre 2019

Avis de Bernard CAZIN

pour Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne, qui a  besoin d'Avis "autorisés" pour l'aider à prendre sa décision..


5 décembre 2019

Analyse d'une thèse sur la laverie nucléaire de Saint-Alban

pour Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne, qui a  besoin d'Avis "autorisés" pour l'aider à prendre sa décision...


4 décembre 2019

Avis du géologue Pierre BENOIT

pour Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne, qui a  besoin d'Avis de scientifiques pour l'aider à prendre sa décision...


30 novembre 2019

Communiqué

Participez à l'Enquête publique sur le projet UNITECH - Association TROP, POURQUOI TROP DE CANCERS AUTOUR DE SOULAINES ? : adhérez et abonnez-vous à la chaîne Youtube - réservez la date du 11 décembre : réunion de publique de la CLI de SOULAINES.

le mail à adresser

à la Préfecture de la Haute-Marne pour les Commissaires enquêteurs.


27 novembre 2019

NewsLetter-51

Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne,appelle à l’aide ! Une aide à la décision...


26 novembre 2019

Le mail de Roland DESBORDES adressé à Bertrand OLLIVIER, pour l'aider à prendre sa décision et donner un Avis défavorable.


12 novembre 2019

Le mail à adresser au Commissaire enquêteur de l'Enquête publique UNITECH


4 novembre 2019

Le Communiqué adressé aux médias de l'hexagone. Titre : L'enquête publique risque d'être invalidée.


1 et 2 novembre 2019

Le mail adressé à Madame la Préfète et le Communiqué de Presse.


28 septembre 2019

Le groupe G7-contre-UNITECH, composé des 7 associations et collectifs ( Belles-Forêts-Sur-Marne, Cedra, Eodra, Gudmont-dit-Non, Joinville Lave Plus Propre, La Qualité De Vie, TROP, et un groupe d’habitants "Mobilisation contre Unitech" ) a été reçu par Madame la Préfète de la Haute-Marne, Elodie DEGIOVANNI.

Il lui avait été rappelé les raisons de ne pas autoriser la construction d'UNITECH.

Le mail adressé à Madame la Préfète à l'occasion de ce Rendez-vous.


Le communiqué à la Presse reprenant le même contenu.
    
Question posée : cette dame est-elle amnésique ? ou bien politique ?
En effet, lors du Congrès des maires de la Haute-Marne, le samedi 5 octobre 2019, Madame la Préfète a précisé sa stratégie globale pour l’eau, un remarquable discours politique à la hauteur des enjeux.

Voir La vidéo du 5 octobre.

La retranscription de son intervention est claire : c'est l'élaboration conjointe d'une stratégie globale en faveur de l'eau ! :

"Deuxième point d'avenir : l'élaboration conjointe d'une stratégie globale en faveur de l'eau, dans toutes ses dimensions : GEMAPI, sécurité et qualité des captages, assainissement, prévention des pénuries d'eau potable dont plusieurs communes ont souffert cet été. Gestion raisonnée de son usage, au bénéfice de nos agriculteurs, de nos éleveurs si durement éprouvés, et plus généralement l'ensemble de la population. La crise sécheresse que notre département a connue ces dernières années nous impose ambition en la matière, et les outils législatifs dont nous disposerons, nous le permettront. Je suis à votre disposition avec l'ensemble des services de l'Etat, pour cet avenir là."

Et, qu'à cela ne tienne, au diable la cohérence, le 20 octobre, Madame la Préfète a lancé l’enquête publique sur UNITECH...

Lancement de l'enquête publique dans le VHM

Lancement de l'enquête publique dans le JHM

L'Avis d'enquête publique dans le VHM

L'Avis d'enquête publique dans le JHM

L'article de Puissance Télévision


14 septembre 2019

La manifestation s'est parfaitement déroulée. Certes, elle était un peu longue pour les non-randonneurs ! Elle manquait aussi d'un final...

Bref , près de 1400 personnes ont défilé. Vous avez des doutes sur ce chiffre ? Faites le comptage vous même avec cette séquence vidéo.

Voir l'article de Le FIGARO

Voir l'article de LIBERATION.

Voir l'article de Le Point.

Voir l'article de Le Point.

Voir l'article de Reporterre

Voir l'article de GoodPlanet.

Voir l'article de l'Express.

Voir l'article de L'Express.

Voir l'article de Le Télégramme.

Voir l'article de L'Est-Républicain.

Voir l'article de Orange

Visionner la vidéo de Puissance-télévision

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire Le communiqué commun du 26 août 2019 des associations locales opposées au projet.


Un G7 le 23 août 2019 des associations à Bettancourt-la-Ferrée

7 associations effectivement et un groupe d'habitants se sont réunies et ont décidé d'organiser une manifestation le 14 septembre à 14 h : Belles-Forêts-Sur-Marne, Cedra, Eodra, Gudmont-dit-non, Joinville Lave Plus Propre, La Qualité De Vie, TROP, et du groupe d’habitants « Mobilisation contre Unitech »

Rendez-vous donc au Rond-point, rue de la Liberté à Vecqueville (52), près de JOINVILLE, pour un parcours vers Suzannecourt, pour exiger l'abandon du projet de laverie, et de son unité de décontamination à Suzannecourt.

Cette mobilisation est d’une importance particulière avant l’enquête publique et la décision de la Préfecture.

La Préfecture a pour mission de donner à UNITECH l’autorisation d’exploiter. Elle doit entendre nos arguments.

Montrons-lui que nous sommes attachés à la rivière Marne, à notre département, à notre région.

Montrons-lui notre détermination en nous rendant en masse vers le site de Suzannecourt.

C'est maintenant qu'il faut bouger !

21 communes se sont déjà opposées à ce projet. D’autres s’apprêtent à le faire.

Riverains du site et de la rivière Marne et du Lac du Der, habitants, associations, militants anti-nucléaire, soyons nombreux à nous rassembler à Vecqueville.

Partagez, faites circuler l’information. Nous avons besoin de tous.


10 septembre 2019

La Maison funéraire du Vallage a été taguée.

 

 

 

 

 

 

Lire le communiqué.


3 juillet 2019

Manifestation à SUZANNECOURT, le 3 juillet, autour d'un barnum, où se déroulait une réunion d'information sur invitation, organisée par Jacques GRISOT, directeur général d'Unitech. Les manifestants ont fait suffisamment de bruit pour empêcher la compréhension des questions et des réponses.

Le reportage de France 3


6 mai 2019

Distribution aux participants de l'AG du CLIS de BURE  de la Lettre ouverte au Maire de JOINVILLE, Bertrand OLLIVIER, et à ses conseillers

Lettre de 4 pages rédigée par Michel GUERITTE et Emmanuel AVED DE MAGNAC, pour bien préciser les arguments CONTRE le projet, et donc encourager le Conseil municipal à voter un Avis CONTRE.


23 avril 2019

Lettre ouverte au Maire de JOINVILLE, Bertrand OLLIVIER, et à ses conseillers

Lettre de 4 pages rédigée par Michel GUERITTE et Emmanuel AVED DE MAGNAC, pour bien préciser les arguments CONTRE le projet, et donc encourager le Conseil municipal à voter un Avis CONTRE, le soir même.

Dans les minutes qui ont suivi l'envoi du mail, Bertrand OLLIVIER annulait la réunion.


18 avril 2019

L'AVIS de l'Autorité Environnementale est défavorable.

Dans ces 24 pages, datées du 18 avril, L'AE est très critique et demande à UNITECH de revoir sa copie.


29 janvier 2019

Une confidence : Bertrand OLLIVIER, maire de JOINVILLE a fait savoir qu'il ne soutenait plus le projet UNITECH.
 
En effet :

- parce qu’il n’est pas idiot,

- parce qu’il a conscience de sa responsabilité de maire vis à vis de l’environnement et de la santé publique,

- parce qu'il a lu la page 19 du rapport du Commissaire concernant l'enquête publique sur le Programme pluriannuel de gestion de la Marne et de ses affluents 2018-2022,

- parce que l'Avis de l’ARS et de l’hydrogéologue Fabien CHIESI sont défavorables,

- parce qu’il peut se réfugier derrière le principe de précaution,

- parce que les municipales arrivent,

- parce que…

le maire de Joinville va très bientôt faire savoir qu’il est opposé au projet Unitech…
 
Comment, par qui, et quand, c’est à lui de voir…
 
Mais nous pouvons vous promettre que ce sera avant le samedi 9 mars, jour de l’ouverture de la pêche, jour où les poissons de la Marne pourraient bien enfiler leurs gilets jaunes, si cette déclaration attendue n'était pas faite.


18 décembre 2018

L'article qui résume tous les autres : l'Avis du Conseil municipal de ROCHES-SUR-MARNE.


6 novembre 2018

Rapport et conclusions du commissaire enquêteur du Programme pluriannuel de gestion de la Marne et de ses affluents pour 2018-2022.

Les principaux arguments relevés par le Commissaire enquêteur dans le dossier de l'enquête publique sur le Programme pluriannuel de gestion de la Marne et de ses affluents 2018-2022,

Les opposants au projet UNITECH s'insurgent contre le projet d'implantation d'industries polluantes en tête de bassin. La « laverie Nucléaire industrielle », rejetterait ses eaux usées près du captage d'eau potable de la commune de Vecqueville.

- Volume de linge contaminé de 1000 tonnes annuel.

- Consommation astronomique d'eau : prélèvements annuel de 30 millions de m3, d'où menace sur la ressource en eau.

- Influence sur les nappes phréatiques.

- Dégradation de la qualité des eaux entre Joinville et Rouvroy, doutes sur la qualité des eaux de consommation.

- Des éléments radioactifs, des composés chimiques des détergents ( métaux lourds, nitrates phosphates etc.) seraient dilués et les milieux inévitablement contaminés.

- Phénomènes de concentration dans les zones de sédiments fins.

- Rejets d'effluents radioactifs risquant de sédimenter ou de polluer le Lac du Der et l'aval de la rivière pour l'éternité.

- L'installation va polluer une rivière en tête de bassin avec des étiages de plus en plus accentués, et avec des concentrations encore plus dangereuses en radionucléides et produits chimiques.

- Contrôle des rejets ?

- Garantie d'absence d'impacts ?

- Le projet n'aurait pas fait l'objet de délibération des élus communautaires.

- L'installation jettera le discrédit sur le développement touristique du Lac du DER.

- Les rejets radioactifs, les lessives, la chaleur, le bruit peuvent dégrader l'image et l'attractivité du territoire.

- Comment donner une image positive de notre région et développer du tourisme alors que cette laverie aurait de graves répercussions à très long terme sur le santé des populations et sur l'environnement ?.

- Les coûteux travaux du programme de gestion pourraient être réduits à néant.

- Le projet n'est pas compatible avec les travaux d'entretien car ils viendraient affecter la qualité de la Marne.

- Incompréhension, voire exaspération devant des politiques paradoxales qui consistent à dépenser de l'argent public pour essayer de réparer des dégradations et en même temps autoriser un projet qui va délibérément dégrader à un fort niveau cette ressource.

- Comment avec le réchauffement climatique, la Marne pourrait-elle permettre de diluer ses polluants ?

- Stockage intermédiaire de linge contaminé en attente de lavage.

- Conséquences irréversibles d'un tel projet


9 septembre 2018

PIQUE-NIQUE à LA JOINCHÈRE – SUZANNECOURT

Le programme annoncé :

10:00 : Arrivée du militant avec, dans son bagage : parasol, parapluie, table de camping, chaises pliantes, repas tiré du sac, jerrican d'eau, un chapeau, un auto-collant, badge antinucléaire ou pancarte, une gamelle et de quoi taper dessus, ou un instrument de musique sans valeur. Rien de valeur !
10:01 : Accueil des forces de l'ordre.
10:02 : Installation, retrouvailles, salutations, et belles rencontres jusqu'à 12:00.
12:00 : Repas tirés des sacs, café-thé tiré des thermos de chacun.
14:00 à 16:00 : Atelier bruits, parcourt de la brocante de Thonnance (village voisin) avec chapeaux, autocollants, badges, pancartes, déambulation du Char du lavage, distribution d'informations.
16:00 : Conférence gesticulée de Marie, en plein air et sans scène (on demande le silence pour l'entendre)
17:00  à 18:00 : Congratulations, discussions, remballage.

La compilation des derniers articles réalisée par le CEDRA.


2 juin 2018

Article JHM  : Comme d'habitude, la journaliste CC a choisi de ne pas développer le fond du dossier : le contexte CIGéo - l'incompréhension et l'ignorance des élus - le fait que les "tenues" trop contaminées seront considérées comme des déchets et partiront vers les poubelles nucléaires de l'ANDRA - les transports : 3 camions par jour - une blanchisserie de "tenues" mais aussi des zônes de décontaminations de conteneurs, des zônes de maintenance des protections nucléaires au plomb - la liste des radionucléides et leur quantité : jusqu'à 300 Giga Bq annuels ! - la dilution avant le rejet dans la Marne - les risques d'image pour la vallée et le Lac du Der - des effluents gazeux comme le tritium et le carbone 14 ( dans une laverie équivalente à Santa Fé aux USA, ils étaient supérieurs à la norme - suite à des rejets de plutonium, la laverie a du fermer) - en Grande-Bretagne une autre laverie équivalente, installée à 2 000 m d'une école maternelle a du fermer également !

Quant à la question : s'agit-il d'une INB ou d'une ICPE ? Il s'agit d'une ICPE, comme le CIRES. Explications : Il y a bien sûr le facteur Q. Voir explication relativement simple dans ce dossier. Ensuite, si cette blanchisserie était une INB, elle tomberait sous le coup de la Loi transparence, et les documents demandés nous auraient été transmis, comme pour l'affaire des CIGéo-Papers !


1 juin 2018

Article JHM  : Le préfet Françoise SOULI-MENT refuse de rencontrer les opposants au projet de la blanchisserie. Normal, elle serait encore obligée de communiquer sur la non dangerosité de la blanchisserie nucléaire. Elle serait encore obligée de mentir.

La captation de la réunion.

La présentation powerpoint de Roland DESBORDES.

La présentation powerpoint de Bertrand THUILLIER.


31 mai 2018 - 19 h 30

à JOINVILLE - réunion publique d'information 

Avec intervention de Bertrand THUILLIER, expert indépendant, et Roland DESBORDES, président de la CRIIRAD.

Article JHM  : Interview de bertrand THUILLIER : Blanchisserie de Joinville, un projet invraisemblable.

Article Est-Républicain  : Annonce de la mobilisation - A noter : le choix du visuel : le char de Soulaines lors du défilé des 300 000 pas - Les déchets débordent : la Champagne trinque !


24 mai 2018

Voix de de la Haute-Marne  : Ils refusent la blanchisserie nucléaire


18 mai 2018

Communiqué CEDRA : La laverie nucléaire d'Unitech à côté de Joinville : un projet risqué pour la ressource en eau !


12 mai 2018

Article JHM  : Annonce de la réunion de 31 mai à Joinville


11 mai 2018

Communiqué CEDRA : Projet de laverie nucléaire par la société Unitech à Joinville


4 mai 2018

Communiqué Gudmont-dit-NON : Le Collectif de Gudmont-Dit-Non étend son combat originel à la lutte contre la laverie nucléaire Unitech !

Article JHM  : "La démocratie et l'Etat de droit n'attendent pas"


2 mai 2018

Article JHM  : "Blanchisserie de Joinville : lettre ouverte d'une citoyenne"


27 avril 2018

Article Voix de la Haute-Marne  : "Opposition à la blanchisserie nucléaire"


22 avril 2018

Est-Républicain  : "Et le CEDRA de dénoncer un autre projet nucléaire à Joinville en Haute-Marne, à seulement 20 kilomètres de Bure. « Le parc d’activités de Joinchère rejoint la saleté nucléaire avec son projet Unitech. Une laverie qui doit dès 2020 accueillir 500 tonnes par an de linges contaminés et radioactifs. De quoi justifier le projet Cigéo pour le gouvernement."


5 avril 2018

Fêtes du Terroire à JOINVILLE : Annonces des marchés pour juin, juillet, août et septembre"


28 mars 2018

Le coup de gueule de Dominique LAURENT dans le JHM : "Quelle image allons-nous donner au lac du Der ?"


25 mars 2018

Tract - Affiche et communiqué du CEDRA.


3 mars 2018

Voix de la Haute-Marne : Affichette dans Joinville


20 février 2018

Article dans le JHM : La blanchisserie est annoncée pour 2020. Demande d'autorisation d'exploitation et Permis de construire ont été déposés le 18 janvier. Madame la Préfète SOULI-MENT a déclaré :  « C’est un projet sûr, non nocif, sans aucun impact sur l’environnement ». Tu parles !

Article dans Yonne Lautre : Joinville (Haute-Marne) : laverie nucléaire de l’Europe ? Nouvelle alerte en Champagne !


18 février 2018

Préfecture de la Haute-Marne : Présentation à la Préfecture par Jacques GRISOT, directeur de UNITECH.


19 décembre 2017

Les Echos.fr : "Près de Joinville, Unitech a annoncé en 2016 l'implantation d'une laverie industrielle de textiles contaminés. Mais le groupe américain, qui prévoyait un investissement de 12 millions d'euros et 40 créations d'emploi, a pris du retard. Sa demande d'installation classée pour l'environnement (ICPE) reste en suspens."


2 mai 2017

Est-Eclair : Bienvenue au pays des déchets radioactifs - Le Grand Est devient la région d’implantation privilégiée des centres de stockage de déchets radioactifs et de ses satellites industriels.


15 Janvier 2017

Assises du Grand-Est : UNITECH : presentation Powerpoint de Bertrand THUILLIER


12 février 2016

Traces Ecrites NEWS : Le marché français est estimé à 1 000 tonnes de linge par an..


9 février 2016

Entretien textileCette blanchisserie devrait traiter 1.000 à 1.200 tonnes de linge (vêtements de travail à très faible radioactivité) provenant d'Areva et d'EDF. Le groupe Unitech Services compte 9 blanchisseries semblables aux USA et possède déjà une unité aux Pays-Bas et une autre au Pays de Galle (Royaume-Uni).


4 février 2016

Usine Nouvelle annonce le projet de blanchisserie. Dans un rayon de 500 km autour de Joinville, nous avons 70% de nos clients actuels. Cet emplacement est d’autant plus privilégié et nous visons des clients nouveaux dans le sud de l’Allemagne, enSuisseet en Belgique. Unitech France vise unchiffre d'affaire de 5 millions d’euros avec l’ouverture du site de Joinville et autour de 8 millions d’euros à horizon 2020-2022. Notamment grâce aux opérations de grand carénage menées sur plusieurs centrales nucléaires françaises et, par ailleurs, aux démantèlements devant s’opérer en Europe.


décembre 2016

Site CCBJ : UNITECH a choisi de s’installer sur un parc d’activités géré par la Communauté de Communes du Bassin de Joinville en Champagne et situé à cheval sur les communes de Thonnance les Joinville et Suzannecourt à proximité immédiate de Joinville. Après presque 3 années de travail pour concrétiser ce projet entre la CCBJC, la Chambre de Commerce et d’Industrie (Haute-Marne Expansion) et l’entreprise, la décision du groupe a été officiellement donnée au début du mois de décembre 2015.

Communiqué de Presse : UNITECH SERVICES S’IMPLANTE DANS LE BASSIN DE JOINVILLE EN HAUTE-MARNE


8 décembre 2016

Compte rendu de la réunion CCBJ : signature d'une convention de réserves.


1 janvier 2015

ARTELIA GROUPE annonce la construction d’une blanchisserie industrielle destinée à traiter du linge provenant du secteur nucléaire et d’un espace spécifique de maintenance, contrôle et reconditionnement d’équipements pour secteur nucléaire : Réception des colis de linge et entreposage temporaire. - ZC : activités de tri et lavage/séchage. - Zone de contrôle radiologique amont et aval. - Utilités diverses : ventilation nucléaire, électricité, manutention, groupe électrogène - Traitement des effluents de la laverie. - Conception d’une zone de maintenance spécifique  confinée.

Caractéristiques du projet : Surface : 7 000 m² - Compétences spécifiques : ICPE nucléarisée (régime Autorisation). - Confinement statique et dynamique. - Intégration du process de lavage. - Optimisation du process de traitement  des effluents avant rejet. - Conception du dispositif de rejet. - Modélisation hydraulique numérique. - Maquette numérique REVIT.


19 décembre 2012

AREVA maintient la fermeture de sa blanchisserie de la HAGUE et envisage une implantation aux Pays-Bas. C'est AMALIS, filiale d'AREVA qui gérait cette blanchisserie.


21 novembre 2012

Aulnaylibre !  "C'est confirmé : la blanchisserie de La Hague qui traite les vêtements des salariés du centre de retraitement fermera ses portes en 2014".


16 novembre 2012

AREVA La Hague veut externaliser sa blanchisserie, les syndicats protestent. Areva confirme que le transport de ses 500 tonnes de linge par an serait classé nucléaire mais assure que les vêtements effectivement contaminés seront détruits à l'usine.


15 novembre 2012

FO fait savoir qu'une nouvelle blanchisserie verrait le jour probablement à AULNAY-SOUS-BOIS. FO soulève le problème des effluents de la blanchisserie. Ils sont actuellement traités sur le site (contrôles radiologiques avant envoi vers la Station de traitement des effluents de La Hague). Le comble serait que les effluents soient retournés à LA HAGUE pour traitement !


13 novembre 2012

AREVA fait savoir que, contrainte de faire cesser l’activité de la blanchisserie de l’usine de la Hague pour des raisons de non-conformité, elle a décidé de nouer un partenariat en France avec la société Unitech, leader mondial de la blanchisserie industrielle.


UNITECH commercialise une gamme de produits dont de l'outillage à travers le monde.


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


UNITECH

En quelques lignes le projet de blanchisserie industrielle UNITECH c’est :

1900 tonnes de linge par an, provenant de tous les sites nucléaires d’Europe. Linge souillé par des matières radioactives qui va être lavé dans une usine de 19 000 m2 par une quarantaine de salariés. Et c'est aussi une unité de décontamination qui rejette des quantités de radionucléides comme le cobalt 60 et le plutonium !

L’installation va rejeter dans l’air et dans la Marne des produits chimiques et des radionucléides. Bien sûr, il y a des filtres, des bassins de décantation et tout ce qu’il faut pour être aux normes. Normes définies par le lobby nucléaire. Madame la Préfète SOULI-MENT a d’ailleurs déclaré : « C’est un projet sûr, non nocif, sans aucun impact sur l’environnement ». Tu parles !

Ce projet est déjà bien avancé. Les demandes d’autorisation d’exploitation, et de permis de construire ont été déposées le 18 janvier 2018 . Il est bien évidemment soutenu par le Président de la CCBJ (Communauté de communes du bassin de Joinville) : Jean-Marc FEVRE, un grand voyou sympathique, alias TARZAN ...dont voici toutes les casseroles .

Fevre Jean Marc

Jean-Marc FEVRE

Cette blanchisserie hors-normes devrait s'implanter sur la zone de la JOINCHERE, à SUZANNECOURT, à proximité du supermarché !

Unitech Emplacement la JOINCHERE avec legendes

Comme pour le BISON de DERICHEBOURG à GUDMONT-VILIERS, nous allons chasser UNITECH hors du territoire.

Rien qu’à l’idée, les truites de la Marne sont déjà mortes de peur !

Unitech poisson radioactif


...................................................

La page FaceBook du CEDRA

...................................................

La page du site du CEDRA

..................................................


 

CHRONOLOGIE des faits et des communications


9 et 10 juin 2020

La Préfecture donne le feu vert au projet Unitech

Comme on pouvait s'y attendre, Madame la Préfète Elodie DEGIOVANNI, a bien retransmis l'odre qu'elle a reçu du Ministère de l'Intérieur, donc celui de la DGEC, et a donné l'autorisation de construire UNITECH.

Le communiqué du CEDRA .

L'article du JHM .

L'article du VHM

La vidéo de France3

L'article de Ouest-France


24 et 28 mars 2020

Le Communiqué de Presse

La Préfecture reporte sa décision sur le projet Unitech

Dans les circonstances gravissimes que traverse notre pays, à l’heure où toutes les activités ont cessé, et où la population se trouve confrontée à une situation très anxiogène, les associations opposées au projet UNITECH ont demandé instamment à la Préfecture de reporter la date de communication de la décision concernant ce projet.

En pleine guerre sanitaire, ces associations jugent inopportun d'organiser maintenant une consultation des habitants, des entités économiques, des associations, des syndicats, des communes, des collectivités, concernant le dépôt d’un Recours, ainsi que le prévoit le cadre juridique du dossier Unitech. Ils ont donc demandé à Madame la Préfète de remettre la communication de sa décision à une date ultérieure, au minimum après la tenue du second tour des élections municipales.

L'article dans le JHM


8 mars 2020

Assemblée Générale de Belles-Forêts-sur-Marne

Dans cet article du JHM qui relate le compte rendu de l'Assemblée générale de l'Association, il est annoncé que le <Groupe- G7-contre-UNITECH> a choisi le Cabinet HUGLO-LEPAGE pour le recours juridique.


4 février 2020

Puissance télévision

La réaction de Michèle LABOUILLE sur l'Avis favorable au projet UNITECH, suite au communiqué du <G7-CONTRE-UNITECH.


4 février 2020

NewsLetter-55

Après le CEA, Corinne LEPAGE s'attaque à UNITECH - Les associations du <Groupe- G7-contre-UNITECH> dénoncent l'avis favorable des commissaires enquêteurs - 14 cas d'hyperparathyroïdie dans la patientèle d'un médecin du Soulainois.


18 décembre 2019

Contribution de Corinne LEPAGE

Corinne LEPAGE, par ailleurs avocate du maire de VECQUEVILLE dans le dossier Unitech, contribue à l'Enquête publique avec cet Avis défavorable très argumenté.


18 décembre 2019

NewsLetter-53

UNITECH : manif de JOINVILLE-EN-CHAMPAGNE du 14 décembre - Réunion publique de la CLI de SOULAINES du 11 décembre - Nous invitons les femmes enceintes et les nourrissons à ne pas consommer l’eau du robinet, ni des puits, dans le Soulainois - Nous invitons tous les Soulainois qui auraient ces symptômes : épuisement, crampes, douleurs au dos et aux articulations, manque de force, désorientation, pertes de mémoire, tendance dépressive, augmentation de l`excrétion urinaire et donc de la soif, perte d’appétit, vomissements, constipations, perte de poids, de demander à leur médecin de prescrire une calcémie, afin de vérifier qu’ils ne souffrent pas d’une hyperparathyroïdie.


14 décembre 2019

UNITECH : manif de JOINVILLE-EN-CHAMPAGNE du 14 décembre

Le compte rendu dans la NewsLetter-53

L'article de Reporterre.

L'article du JHM

Une vidéo de 2 minutes.


13 décembre 2019
 
Avis de l'Association OIKOS-KAI-BIOS

pour Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne, qui a besoin d'Avis "autorisés" pour l'aider à prendre sa décision..


10 décembre 2019

Avis de Beernard CAZIN

pour Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne, qui a besoin d'Avis "autorisés" pour l'aider à prendre sa décision..


5 décembre 2019

Analyse d'une thèse sur la laverie nucléaire de Saint-Alban

pour Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne, qui a besoin d'Avis "autorisés" pour l'aider à prendre sa décision...


4 décembre 2019

Avis du géologue Pierre BENOIT

pour Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne, qui a besoin d'Avis de scientifiques pour l'aider à prendre sa décision...


30 novembre 2019

Communiqué

Participez à l'Enquête publique sur le proet UNITECH - Association TROP, POURQUOI TROP DE CANCERS AUTOUR DE SOULAINES ? : adhérez et abonnez-vous à la chaîne Youtube - réservez la date du 11 décembre : réunion de publique de la CLI de SOULAINES.

le mail à adresser

à la Préfecture de la Haute-Marne pour les Commissaires enquêteurs.


27 novembre 2019

NewsLetter-51

Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville-en-Champagne,appelle à l’aide ! Une aide à la décision...


26 novembre 2019

Le mail de Roland DESBORDES adressé à Bertrand OLLIVIER, pour l'aider à prendre sa décision et donner un Avis défavorable.


12 novembre 2019

Le mail à adresser au Commissaire enquêteur de l'Enquête publique UNITECH


4 novembre 2019

Le Communiqué adressé aux médias de l'hexagone. Titre : L'enquête publique risque d'être invalidée.


1 et 2 novembre 2019

Le mail adressé à Madame la Préfète et le Communiqué de Presse.


28 septembre 2019

Le groupe G7-contre-UNITECH, composé des 7 associations et collectifs ( Belles-Forêts-Sur-Marne, Cedra, Eodra, Gudmont-dit-Non, Joinville Lave Plus Propre, La Qualité De Vie, TROP, et un groupe d’habitants " Mobilisation contre Unitech" ) a été reçu par Madame la Préfète de la Haute-Marne, Elodie DEGIOVANNI.

Il lui avait été rappelé les raisons de ne pas autoriser la construction d'UNITECH.

Le mail adressé à Madame la Préfète à l'occasion de ce Rendez-vous.


Le communiqué à la Presse reprenant le même contenu.

Question posée : cette dame est-elleamnésique ? ou bien politique ?
En effet, lors du Congrès des maires de la Haute-Marne, le samedi 5 octobre 2019, Madame la Préfète a précisé sa stratégie globale pour l’eau, un remarquable discours politique à la hauteur des enjeux.

Voir La vidéo du 5 octobre .

La retranscription de son intervention est claire : c'est l'élaboration conjointe d'une stratégie globale en faveur de l'eau ! :

"Deuxième point d'avenir : l'élaboration conjointe d'une stratégie globale en faveur de l'eau, dans toutes ses dimensions : GEMAPI, sécurité et qualité des captages, assainissement, prévention des pénuries d'eau potable dont plusieurs communes ont souffert cet été. Gestion raisonnée de son usage, au bénéfice de nos agriculteurs, de nos éleveurs si durement éprouvés, et plus généralement l'ensemble de la population. La crise sécheresse que notre département a connue ces dernières années nous impose ambition en la matière, et les outils législatifs dont nous disposerons, nous le permettront. Je suis à votre disposition avec l'ensemble des services de l'Etat, pour cet avenir là. "

Et, qu'à cela ne tienne, au diable la cohérence, l e 20 octobre, Madame la Préfète a lancé l’enquête publique sur UNITECH...

Lancement de l'enquête publique dans le VHM

Lancement de l'enquête publique dans le JHM

L'Avis d'enquête publique dans le VHM

L'Avis d'enquête publique dans le JHM

L'article de Puissance Télévision


14 septembre 2019

La manifestation s'est parfaitement déroulée. Certes, elle était un peu longue pour les non-randonneurs ! Elle manquait aussi d'un final...

Bref , près de 1400 personnes ont défilé. Vous avez des doutes sur ce chiffre ? Faites le comptage vous même avec cette séquence vidéo.

Voir l'article de Le FIGARO

Voir l'article de LIBERATION .

Voir l'article de Le Point .

Voir l'article de Le Point .

Voir l'article de Reporterre

Voir l'article de GoodPlanet .

Voir l'article de l'Express .

Voir l'article de L'Express .

Voir l'article de Le Télégramme .

Voir l'article de L'Est-Républicain .

Voir l'article de Orange .

Visionner la vidéo de Puissance-télévision

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire Le communiqué commun du 26 août 2019 des associations locales opposées au projet.


Un G7 le 23 août 2019 des associations à Bettancourt-la-Ferrée

7 associations effectivement et un groupe d'habitants se sont réunies et ont décidé d'organiser une manifestation le 14 septembre à 14 h : Belles-Forêts-Sur-Marne, Cedra, Eodra, Gudmont-dit-non, Joinville Lave Plus Propre, La Qualité De Vie, TROP, et du groupe d’habitants « Mobilisation contre Unitech »

Rendez-vous donc au Rond-point, rue de la Liberté à Vecqueville (52), près de JOINVILLE, pour un parcours vers Suzannecourt, pour exiger l'abandon du projet de laverie, et de son unité de décontamination à Suzannecourt.

Cette mobilisation est d’une importance particulière avant l’enquête publique et la décision de la Préfecture.

La Préfecture a pour mission de donner à UNITECH l’autorisation d’exploiter. Elle doit entendre nos arguments.

Montrons-lui que nous sommes attachés à la rivière Marne, à notre département, à notre région.

Montrons-lui notre détermination en nous rendant en masse vers le site de Suzannecourt.

C'est maintenant qu'il faut bouger !

21 communes se sont déjà opposées à ce projet. D’autres s’apprêtent à le faire.

Riverains du site et de la rivière Marne et du Lac du Der, habitants, associations, militants anti-nucléaire, soyons nombreux à nous rassembler à Vecqueville.

Partagez, faites circuler l’information. Nous avons besoin de tous.


10 septembre 2019

La Maison funéraire du Vallage a été taguée.


Lire le communiqué .


3 juillet 2019

Manifestation à SUZANNECOURT, le 3 juillet, autour d'un barnum, où se déroulait une réunion d'information sur invitation, organisée par Jacques GRISOT, directeur général d'Unitech. Les manifestants ont fait suffisamment de bruit pour empêcher la compréhension des questions et des réponses.

Le reportage de France 3


6 mai 2019

Distribution aux participants de l'AG du CLIS de BURE de la Lettre ouverte au Maire de JOINVILLE, Bertrand OLLIVIER, et à ses conseillers

Lettre de 4 pages rédigée par Michel GUERITTE et Emmanuel AVED DE MAGNAC, pour bien préciser les arguments CONTRE le projet, et donc encourager le Conseil municipal à voter un Avis CONTRE.


23 avril 2019

Lettre ouverte au Maire de JOINVILLE, Bertrand OLLIVIER, et à ses conseillers

Lettre de 4 pages rédigée par Michel GUERITTE et Emmanuel AVED DE MAGNAC, pour bien préciser les arguments CONTRE le projet, et donc encourager le Conseil municipal à voter un Avis CONTRE, le soir même.

Dans les minutes qui ont suivi l'envoi du mail, Bertrand OLLIVIER annulait la réunion .


18 avril 2019

L'AVIS de l'Autorité Environnementale est défavorable.

Dans ces 24 pages , datées du 18 avril, L'AE est très critique et demande à UNITECH de revoir sa copie.


29 janvier 2019

Une confidence : Bertrand OLLIVIER, maire de JOINVILLE a fait savoir qu'il ne soutenait plus le projet UNITECH.

En effet :

- parce qu’il n’est pas idiot,

- parce qu’il a conscience de sa responsabilité de maire vis à vis de l’environnement et de la santé publique,

- parce qu'il a lu la page 19 du rapport du Commissaire concernant l'enquête publique sur le Programme pluriannuel de gestion de la Marne et de ses affluents 2018-2022,

- parce que l'Avis de l’ARS et de l’hydrogéologue Fabien CHIESI sont défavorables,

- parce qu’il peut se réfugier derrière le principe de précaution,

- parce que les municipales arrivent,

- parce que…

le maire de Joinville va très bientôt faire savoir qu’il est opposé au projet Unitech…

Comment, par qui, et quand, c’est à lui de voir…

Mais nous pouvons vous promettre que ce sera avant le samedi 9 mars, jour de l’ouverture de la pêche, jour où les poissons de la Marne pourraient bien enfiler leurs gilets jaunes, si cette déclaration attendue n'était pas faite.


18 décembre 2018

L'article qui résume tous les autres : l'Avis du Conseil municipal de ROCHES-SUR-MARNE .


6 novembre 2018

Rapport et conclusions du commissaire enquêteur du Programme pluriannuel de gestion de la Marne et de ses affluents pour 2018-2022.

Les principaux arguments relevés par le Commissaire enquêteur dans le dossier de l'enquête publique sur le Programme pluriannuel de gestion de la Marne et de ses affluents 2018-2022,

Les opposants au projet UNITECH s'insurgent contre le projet d'implantation d'industries polluantes en tête de bassin. La « laverie Nucléaire industrielle », rejetterait ses eaux usées près du captage d'eau potable de la commune de Vecqueville.

- Volume de linge contaminé de 1000 tonnes annuel.

- Consommation astronomique d'eau : prélèvements annuel de 30 millions de m3, d'où menace sur la ressource en eau.

- Influence sur les nappes phréatiques.

- Dégradation de la qualité des eaux entre Joinville et Rouvroy, doutes sur la qualité des eaux de consommation.

- Des éléments radioactifs, des composés chimiques des détergents ( métaux lourds, nitrates phosphates etc.) seraient dilués et les milieux inévitablement contaminés.

- Phénomènes de concentration dans les zones de sédiments fins.

- Rejets d'effluents radioactifs risquant de sédimenter ou de polluer le Lac du Der et l'aval de la rivière pour l'éternité.

- L'installation va polluer une rivière en tête de bassin avec des étiages de plus en plus accentués, et avec des concentrations encore plus dangereuses en radionucléides et produits chimiques.

- Contrôle des rejets ?

- Garantie d'absence d'impacts ?

- Le projet n'aurait pas fait l'objet de délibération des élus communautaires.

- L'installation jettera le discrédit sur le développement touristique du Lac du DER.

- Les rejets radioactifs, les lessives, la chaleur, le bruit peuvent dégrader l'image et l'attractivité du territoire.

- Comment donner une image positive de notre région et développer du tourisme alors que cette laverie aurait de graves répercussions à très long terme sur le santé des populations et sur l'environnement ?.

- Les coûteux travaux du programme de gestion pourraient être réduits à néant.

- Le projet n'est pas compatible avec les travaux d'entretien car ils viendraient affecter la qualité de la Marne.

- Incompréhension, voire exaspération devant des politiques paradoxales qui consistent à dépenser de l'argent public pour essayer de réparer des dégradations et en même temps autoriser un projet qui va délibérément dégrader à un fort niveau cette ressource.

- Comment avec le réchauffement climatique, la Marne pourrait-elle permettre de diluer ses polluants ?

- Stockage intermédiaire de linge contaminé en attente de lavage.

- Conséquences irréversibles d'un tel projet


9 septembre 2018

PIQUE-NIQUE à LA JOINCHÈRE – SUZANNECOURT

Le programme annoncé :

10:00 : Arrivée du militant avec, dans son bagage : parasol, parapluie, table de camping, chaises pliantes, repas tiré du sac, jerrican d'eau, un chapeau, un auto-collant, badge antinucléaire ou pancarte, une gamelle et de quoi taper dessus, ou un instrument de musique sans valeur. Rien de valeur !
10:01 : Accueil des forces de l'ordre.
10:02 : Installation, retrouvailles, salutations, et belles rencontres jusqu'à 12:00.
12:00 : Repas tirés des sacs, café-thé tiré des thermos de chacun.
14:00 à 16:00 : Atelier bruits, parcourt de la brocante de Thonnance (village voisin) avec chapeaux, autocollants, badges, pancartes, déambulation du Char du lavage, distribution d'informations.
16:00 : Conférence gesticulée de Marie, en plein air et sans scè ne (on demande le silence pour l'entendre)
17:00 à 18:00 : Congratulations, discussions, remballage.

La compilation des derniers articles réalisée par le CEDRA.


2 juin 2018

Article JHM : Comme d'habitude, la journaliste CC a choisi de ne pas développer le fond du dossier : le contexte CIGéo - l'incompréhension et l'ignorance des élus - le fait que les "tenues" trop contaminées seront considérées comme des déchets et partiront vers les poubelles nucléaires de l'ANDRA - les transports : 3 camions par jour - une blanchisserie de "tenues" mais aussi des zônes de décontaminations de conteneurs, des zônes de maintenance des protections nucléaires au plomb - la liste des radionucléides et leur quantité : jusqu'à 300 Giga Bq annuels ! - la dilution avant le rejet dans la Marne - les risques d'image pour la vallée et le Lac du Der - des effluents gazeux comme le tritium et le carbone 14 ( dans une laverie équivalente à Santa Fé aux USA, ils étaient supérieurs à la norme - suite à des rejets de plutonium, la laverie a du fermer) - en Grande-Bretagne une autre laverie équivalente, installée à 2 000 m d'une école maternelle a du fermer également !

Quant à la question : s'agit-il d'une INB ou d'une ICPE ? Il s'agit d'une ICPE, comme le CIRES. Explications : Il y a bien sûr le facteur Q. Voir explication relativement simple dans ce dossier . Ensuite, si cette blanchisserie était une INB, elle tomberait sous le coup de la Loi transparence, et les documents demandés nous auraient été transmis, comme pour l'affaire des CIGéo-Papers !


1 juin 2018

Article JHM : Le préfet Françoise SOULI-MENT refuse de rencontrer les opposants au projet de la blanchisserie. Normal, elle serait encore obligée de communiquer sur la non dangerosité de la blanchisserie nucléaire. Elle serait encore obligée de mentir.

La captation de la réunion.

La présentation powerpoint de Roland DESBORDES .

La présentation powerpoint de Bertrand THUILLIER .


31 mai 2018 - 19 h 30

à JOINVILLE - réunion publique d'information

Avec intervention de Bertrand THUILLIER, expert indépendant, et Roland DESBORDES, président de la CRIIRAD.

Article JHM : Interview de bertrand THUILLIER : Blanchisserie de Joinville, un projet invraisemblable.

Article Est-Républicain : Annonce de la mobilisation - A noter : le choix du visuel : le char de Soulaines lors du défilé des 300 000 pas - Les déchets débordent : la Champagne trinque !


24 mai 2018

Voix de de la Haute-Marne : Ils refusent la blanchisserie nucléaire


18 mai 2018

Communiqué CEDRA : La laverie nucléaire d'Unitech à côté de Joinville : un projet risqué pour la ressource en eau !


12 mai 2018

Article JHM : Annonce de la réunion de 31 mai à Joinville


11 mai 2018

Communiqué CEDRA : Projet de laverie nucléaire par la société Unitech à Joinville


4 mai 2018

Communiqué Gudmont-dit-NON : Le Collectif de Gudmont-Dit-Non étend son combat originel à la lutte contre la laverie nucléaire Unitech !

Article JHM : "La démocratie et l'Etat de droit n'attendent pas"


2 mai 2018

Article JHM : "Blanchisserie de Joinville : lettre ouverte d'une citoyenne"


27 avril 2018

Article Voix de la Haute-Marne : "Opposition à la blanchisserie nucléaire"


22 avril 2018

Est-Républicain : "Et le CEDRA de dénoncer un autre projet nucléaire à Joinville en Haute-Marne, à seulement 20 kilomètres de Bure. « Le parc d’activités de Joinchère rejoint la saleté nucléaire avec son projet Unitech. Une laverie qui doit dès 2020 accueillir 500 tonnes par an de linges contaminés et radioactifs. De quoi justifier le projet Cigéo pour le gouvernement."


5 avril 2018

Fêtes du Terroire à JOINVILLE : Annonces des marchés pour juin, juillet, août et septembre"


28 mars 2018

Le coup de gueule de Dominique LAURENT dans le JHM : "Quelle image allons-nous donner au lac du Der ?"


25 mars 2018

Tract - Affiche et communiqué du CEDRA.


3 mars 2018

Voix de la Haute-Marne : Affichette dans Joinville


20 février 2018

Article dans le JHM : La blanchisserie est annoncée pour 2020. Demande d'autorisation d'exploitation et Permis de construire ont été déposés le 18 janvier. Madame la Préfète SOULI-MENT a déclaré : « C’est un projet sûr, non nocif, sans aucun impact sur l’environnement ». Tu parles !

Article dans Yonne Lautre : Joinville (Haute-Marne) : laverie nucléaire de l’Europe ? Nouvelle alerte en Champagne !


18 février 2018

Préfecture de la Haute-Marne : Présentation à la Préfecture par Jacques GRISOT, directeur de UNITECH.


19 décembre 2017

Les Echos.fr : "Près de Joinville, Unitech a annoncé en 2016 l'implantation d'une laverie industrielle de textiles contaminés. Mais le groupe américain, qui prévoyait un investissement de 12 millions d'euros et 40 créations d'emploi, a pris du retard. Sa demande d'installation classée pour l'environnement (ICPE) reste en suspens."


2 mai 2017

Est-Eclair : Bienvenue au pays des déchets radioactifs - Le Grand Est devient la région d’implantation privilégiée des centres de stockage de déchets radioactifs et de ses satellites industriels.


15 Janvier 2017

Assises du Grand-Est : UNITECH : presentation Powerpoint de Bertrand THUILLIER


12 février 2016

Traces Ecrites NEWS : Le marché français est estimé à 1 000 tonnes de linge par an..


9 février 2016

Entretien textile : Cette blanchisserie devrait traiter 1.000 à 1.200 tonnes de linge (vêtements de travail à très faible radioactivité) provenant d'Areva et d'EDF. Le groupe Unitech Services compte 9 blanchisseries semblables aux USA et possède déjà une unité aux Pays-Bas et une autre au Pays de Galle (Royaume-Uni).


4 février 2016

Usine Nouvelle annonce le projet de blanchisserie. Dans un rayon de 500 km autour de Joinville, nous avons 70% de nos clients actuels. Cet emplacement est d’autant plus privilégié et nous visons des clients nouveaux dans le sud de l’ Allemagne , en Suisse et en Belgique. Unitech France vise unchiffre d'affaire de 5 millions d’euros avec l’ouverture du site de Joinville et autour de 8 millions d’euros à horizon 2020-2022. Notamment grâce aux opérations de grand carénage menées sur plusieurs centrales nucléaires françaises et, par ailleurs, aux démantèlements devant s’opérer en Europe.


décembre 2016

Site CCBJ : UNITECH a choisi de s’installer sur un parc d’activités géré par la Communauté de Communes du Bassin de Joinville en Champagne et situé à cheval sur les communes de Thonnance les Joinville et Suzannecourt à proximité immédiate de Joinville. Après presque 3 années de travail pour concrétiser ce projet entre la CCBJC, la Chambre de Commerce et d’Industrie (Haute-Marne Expansion) et l’entreprise, la décision du groupe a été officiellement donnée au début du mois de décembre 2015.

Communiqué de Presse : UNITECH SERVICES S’IMPLANTE DANS LE BASSIN DE JOINVILLE EN HAUTE-MARNE


8 décembre 2016

Compte rendu de la réunion CCBJ : signature d'une convention de réserves.


1 janvier 2015

ARTELIA GROUPE annonce la construction d’une blanchisserie industrielle destinée à traiter du linge provenant du secteur nucléaire et d’un espace spécifique de maintenance, contrôle et reconditionnement d’équipements pour secteur nucléaire : Réception des colis de linge et entreposage temporaire. - ZC : activités de tri et lavage/séchage. - Zone de contrôle radiologique amont et aval. - Utilités diverses : ventilation nucléaire, électricité, manutention, groupe électrogène - Traitement des effluents de la laverie. - Conception d’une zone de maintenance spécifique confinée.

Caractéristiques du projet : Surface : 7 000 m² - Compétences spécifiques : ICPE nucléarisée (régime Autorisation). - Confinement statique et dynamique. - Intégration du process de lavage. - Optimisation du process de traitement des effluents avant rejet. - Conception du dispositif de rejet. - Modélisation hydraulique numérique. - Maquette numérique REVIT.


19 décembre 2012

AREVA maintient la fermeture de sa blanchisserie de la HAGUE et envisage une implantation aux Pays-Bas. C'est AMALIS, filiale d'AREVA qui gérait cette blanchisserie.


21 novembre 2012

Aulnaylibre ! "C'est confirmé : la blanchisserie de La Hague qui traite les vêtements des salariés du centre de retraitement fermera ses portes en 2014".


16 novembre 2012

AREVA La Hague veut externaliser sa blanchisserie, les syndicats protestent. Areva confirme que le transport de ses 500 tonnes de linge par an serait classé nucléaire mais assure que les vêtements effectivement contaminés seront détruits à l'usine.


15 novembre 2012

FO fait savoir qu'une nouvelle blanchisserie verrait le jour probablement à AULNAY-SOUS-BOIS. FO soulève le problème des effluents de la blanchisserie. Ils sont actuellement traités sur le site (contrôles radiologiques avant envoi vers la Station de traitement des effluents de La Hague). Le comble serait que les effluents soient retournés à LA HAGUE pour traitement !


13 novembre 2012

AREVA fait savoir que, contrainte de faire cesser l’activité de la blanchisserie de l’usine de la Hague pour des raisons de non-conformité, elle a décidé de nouer un partenariat en France avec la société Unitech, leader mondial de la blanchisserie industrielle.


UNITECH commercialise une gamme de produits dont de l'outillage à travers le monde.


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les travaux de recherche géologique sur le site de BURE-SAUDRON ont permis de mettre àj jour un site archéologique remarquable.

 

11 août 2017

Le reportage de France 3 Champagne-Ardenne du 11 août 2017

20 juillet 2017

L'Est-Eclair : Ne seraient plus fouillés que l’enceinte et un quart de la superficie intérieure. Ce jugement serait-il indépendant ? En quelques semaines, la pétition a suscité l’adhésion de presque 1 200 personnes dont de très nombreux archéologues. « La CTRA a rendu son avis », objecte Catherine Richet, directrice adjointe de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) en charge du pôle patrimoine du Grand Est. La fouille peut être étendue en fonction de l’intérêt des découvertes

18 juillet 2017

Agoravox : La demande des archéologues de fouiller le site dans son intégralité a été partiellement refusée par la Sous-Direction de l’Archéologie (SDA), alors que la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique (CIRA) avait donné son feu vert. 

14 juillet 2017

Est-Républicain : Nouvelle polémique. Des archéologues disent y avoir découvert un site exceptionnel mais être empêchés en interne d’y approfondir leurs recherches. Ils ont lancé une pétition.

La pétition

change.org : Enceinte néolithique de Bure-Saudron : fouille préventive ou destruction programmée ?

 

 

 

9 décembre 2016

 

La dernière colère adressée au Comité de suivi de l"Etude épidémiologique - Soulaines

 

De : "michel.gueritte@gmail.com" <michel.gueritte@gmail.com>;
Date : vendredi 9 décembre 2016 15:20

À : ROUDIER Candice
Cc :
Objet : Re: Comité de suivi : Etude épidémiologique - Soulaines

 

Bonjour

A priori le mail ci-dessous est le dernier reçu !

10 mois de silence.

Normal.

Ce n’est pas le moment pour l'InVS de chercher des pathologies dans une région où on veut implanter de nouvelles activités nucléaires.

Mais, vraiment, là, « on en a plein le cul ». (expression champenoise) qui exprime bien tout le ressenti du pseudo Comité de pilotage.

Ci-après vous avez la carte à jour des métastases nucléaires du Grand-Est.


Nous on dit : « ça suffit ! ».

Nous n’avons aucune confiance dans les travaux de l’InVS.

Nous sommes même convaincus que l’InVS a déjà les résultats de l’enquête.

N’importe quel stagiaire qui a les codes d’accès aux statistiques peut sortir les chiffres qui vont bien.

Nous contestons d’ailleurs les résultats de ce genre de statistiques : dans mon petit village natal, Ville-sur-Terre, 74% des enfants nés ente 1990 et 2015 n’habitent plus là où, dans leurs enfance, ils ont connu le nuage de Tchernobyl et le nuage de l’ANDRA (sans parler de ceux de Valduc et de Nogent-sur-Seine)

Un recensement citoyen, avec l’aide précieuse de Annie-Thébaud Mony, va être mis en place. Lui, dira la vérité.

Dernière info, selon mes recherches, si il y a 5 fois plus de pathologies thyroïdiennes dans les villages sous les vents dominants de Soulaines,

il y a, à ce jour, une dizaine de leucémies aigües dans un rayon de quelques km autour de Soulaines.


Nous pensons que ça fait beaucoup.

Normalement l’incidence est de 1 à 4 attendus pour 100 000 habitants, par an.

Sauf censure, la carte sera projetée mercredi.

Et il y a eu censure !

Question : y aura-t-il un représentant de l’InVS à cette première réunion publique ?

Réponse : il n'y en a pas eu !

Avec mes amitiés

Michel GUERITTE

 

.............................

 

De : VACQUIER Blandine
Date : vendredi 12 février 2016 16:44

À :
Objet : Comité de suivi : Etude épidémiologique - Soulaines

 

Bonjour,

Vous trouverez ci-joint le protocole de l'étude complémentaire avec la prise en compte des modifications apportées lors de la denière réunion du comité de suivi de Soulaines. Nous vous remercions pour les corrections et les compléments d’information que vous avez apportés lors du dernier comité de suivi. Afin de tracer l’ensemble de ces éléments, vous trouverez en pièce jointe le compte rendu de la dernière réunion du comité de suivi.

Les analyses de l'étude complémentaire ont pris du retard mais elles devraient être finalisées pour la fin du mois de juin 2016.

Par ailleurs, je vous informe que je quitte le Département Santé Environnement de l'InVS. Je vous remercie pour ces 5 années d'échanges qui ont été très riches et intenses. Vous pouvez contacter Candice ROUDIER qui reprend mes activités. Elle prendra contact avec vous afin de fixer la prochaine réunion du comité de suivi.

Bien cordialement.

Blandine VACQUIER

Département Santé Environnement

INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE

.

 

 

 

CLI de SOULAINES

 

Première réunion publique

à Soulaines

mercredi 14 décembre 2016, 

Salle des fêtes de Soulaines à 10 h.

 

Enfin une réunion pubique, dans le nouveau canton de Bar-sur-Aube, formé des communes des anciens cantons de Bar-sur-Aube de Vendeuvre-sur-Barse et de Soulaines-Dhuys,

et qui représente la plus grande concentration de poubelles nucléaires au monde.

 

Et ce n’est pas fini puisqu’on va bientôt approcher les 3,5 millions de tonnes de déchets nucléairesqui sont là pour une demi-éternité !

 

J’ai obtenu, non sans mal, l’autorisation de présenter, sous forme synthétique, avec un powerpoint, l’ensemble des questions que pose le CSA, et toutes les implantations « collatérales » du canton, dont la future implantation de la poubelle FA-VL.

 

Que l’équipe de Philippe DALLEMAGNE en soit remerciée.

 

Nous aborderons donc cette question : 

Comment arrêter la prolifération des métastases nucléaires dans notre région ?

 

Je vous invite à me communiquer vos questions.

Je les synthétiserai dans un powerpoint, et je les communiquerai suffisamment tôt au secrétariat de la CLI qui les transmettra à qui de droit, afin que les responsables concernés puissent préparer les réponses, comme cela se fait pour les réunions du CLIS de BURE, lors des présentations de la CNE.

 

Bien sûr, je vous invite à venir nombreux pour réagir aux réponses et poser vos questions en direct.

 

Seront présents à priori : la direction de l’ANDRA, un représentant de l’ASN, de l’IRSN, de l’INVS, de la Préfecture…

 

Quant aux grands élus dont on déplore toujours l’absence aux réunions de la CLI, trouveront-ils encore une excuse pour ne pas venir répondre aux questions de leurs administrés ?

 

Merci de relayer dans vos réseaux.

 

Merci à la Presse de faire son boulot, il est encore temps !

 

 


 

 
 
OPERATION VILLAGE A VENDRE

DIMANCHE 27 novembre 2016 à 10 h 30


 
VILLAGE A VENDRE
 
C’est la première fois en France qu’un village tout entier est à vendre, mairie, église, Château église incluse, pour cause d’une pollution nucléaire à venir… Le journal local, le JHM, et France3 Champagne-Ardenne étaient présents.

Les télés du monde entier, Jean-Pierre PERNAUD en tête, vont s'intéresser à cette extraordinaire histoire et vont bientôt envahir le petit village de GUDMONT-VILLIERS…

Visionner la vidéo



MESSE à 10 h 30

La messe du Premier dimanche de l'Avent a été célébrée par le Père Carlo MERCIER.

Le Temps de l'Avent, c'est le temps qui va apporter la lumière dans nos ténèbres. « La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. » L’espérance est une grâce à demander pour supporter le présent. Elle est aussi la condition nous permettant d’accueillir notre à-venir.

Espérer est un verbe à conjuguer au présent. Un monde nouveau est en train d’émerger, étape par étape, à travers nos fragilités et ce qui meurt. 

C'est le temps de la réconciliation et de la révélation de la vérité de nos vies. Espérer est un verbe actif et non pas la forme passive de la résignation devant ce qui va mal. Espérer, ce n’est pas s’endormir mais au contraire se lever pour aller à la rencontre de quelqu’un.

Cette messe a été dite à deux intentions particulières, à la demande de l'association La Qualité de Vie

Comme vous ne le savez peut-être pas, les intentions de messes sont diverses. L’intention de messe qui est la plus courante est de prier pour les défunts. Mais ce n’est pas la seule intention possible. On peut prier pour des jeunes mariés, des nouveaux prêtres, un malade, pour un parent, un ami, pour soi-même, pour la vie du monde, pour la vie de l'Église… en action de grâces pour un anniversaire de mariage, pour un jubilé sacerdotal, pour une guérison, une paix retrouvée… Pour garder une certaine discrétion, on peut indiquer alors que l’on prie pour « une intention particulière ».

Rien n'empêche donc de prier pour deux intentions très particulières. Et avec l'accord de Carlo, on a prié :

1 - pour que le projet BISON ne se réalise pas

2 - pour que le projet CIGéo ne se réalise pas

Et à voir les visages graves, on a prié très fort Saint GORGON pour qu'il chasse le BISON DERICHEBOURG, et la "taupe" ANDRA (celle qui creuse) de notre territoire...


PRIERE D’INTERCESSION

 
A 11 h 30, à la sortie de la messe, tout l'assistance est allée brûler un cierge à Saint GORGON pour qu’il « chasse » le BISON de notre territoire.

 

Visionner la vidéo : LA MESSE EST DITE

 



BISON est le joli nom du projet d’usine de traitement des déchets nucléaires de la société DERICHEBOURG !

Voir les infos et les actualités sur :
 
https://www.facebook.com/GudmontDitNon/?fref=ts

http://www.villesurterre.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=604

........................

11 décembre 2012

Menaces de Mort... de rire !

Triste ambiance dans la commune de Gudmont-Villers, où les pro-BISON ont décidé d’intensifier leur harcèlement jusqu’au taggage "plus bête que méchant" des véhicules des militants anti-BISON. Cette stupide guéguerre vient d’atteindre des sommets : une responsable de la Collégiale GUDMONT-dit-NON vient de recevoir une enveloppe anonyme contenant injures, menaces de mort et poudre blanche mystérieuse… visionner la vidéo

........................

20 décembre 2012

Ambiance délétère !

Jean-Paul VAUTRIN, porte parole de l'Association GUDMONT-dit-NON raconte sur les ondes de la radio locale.

 

 

.

 

 

 

 

 

Compte rendu de l’audition de Emmanuel D. et de Xavier P. du samedi 5 novembre 2016

à la Gendarmerie de Joinville.

 

OPJ : le vendredi 21 octobre, vers 20 h 15, vous avez empêché les membres du conseil d’entrer dans la mairie, c’est bien ça ?

Auditionné : pas du tout

OPJ : Donnez-nous votre version des faits.

Auditionné : Ce n’est pas notre version, c’est la vérité : on était une vingtaine d’opposants rassemblés devant la mairie, et on nous a expliqué…

OPJ : qui c’est on ?

Auditionné : on nous a donc expliqué qu’il faut exiger du Conseil municipal qu’il se prononce sur le projet BISON par un vote POUR ou CONTRE.

Et qu’en cas de vote POUR, il faut exiger la démission en bloc du Conseil, car il n’est plus représentatif des habitants de la commune, majoritairement opposés au projet.

OPJ : et alors qu’avez-vous fait ?

Auditionné : Les opposants se sont simplement postés devant la porte d’entrée de la mairie, pour créer, sur le trottoir, un espace de dialogue avec les conseillers municipaux.

Dominique POUGET est la première arrivée. Un échange s’établit. Elle s’étonne que la scène soit filmée. Elle rappelle que cette affaire n’est pas de la compétence de la commune. On lui demande qu’elle est sa position. On lui rappelle qu’elle « est représentative » de la population. Elle précise qu’elle a informé la Communauté de communes et qu’elle lui a remis la pétition. Elle a également tout communiqué à DERICHEBOURG.

On lui reproche de cacher quelque chose. « Allez voir la Communauté de communes ! » déclare-t-elle. Elle rappelle que rien n’est fait, qu’il n’y a pas de travaux commencés, qu’il n’y a pas de dossier déposé.

Le ton monte. On lui hurle qu’il y a un compromis de vente et que le GIP a distribué du fric à LAMBERT, on voudrait savoir pourquoi. On lui dit qu’elle n’a pas de courage politique, qu’elle ne se positionne pas. Elle répond qu’elle se positionnera quand elle aura tous les éléments.

« Vous allez me laisser rentrer, j’ai un conseil municipal… » On entend alors : « Non il n’y aura pas de conseil municipal, tant que… » Dans le brouhaha une phrase de Dominique POUGET se détache : « Si DERICHEBOURG s’en va, vous serez content, moi je n’en ai rien à foutre ! » Puis elle répète : « Le terrain n’appartient pas à la commune. » et « Ce n’est pas de ma compétence. »

Les opposants essaient par tous les moyens de pousser le maire dans ses retranchements. Arrive une question claire : « Dominique, on suppose que tu es citoyenne, tu n’es plus maire de ce village, quelle est ta position ? » Réponse : « Je n’ai pas de position et pour l’instant je suis maire. » Les opposants insistent : « On veut l’engagement du conseil municipal. » Réponse : « L’engagement de quoi, rien n’est fait »

OPJ : vous êtes bien en train d’empêcher une réunion de Conseil municipal ?

Auditionné : pas du tout, on ne cherche pas à empêcher une réunion du Conseil, on cherche un dialogue.

C’est à ce moment qu’un conseiller municipal s’en prend à la caméra qui filmait ces échanges. « On ne touche pas au matériel ! » crie le cameraman. Cela déclenche une courte bagarre. Dans le brouhaha, on entend : « Il y a des conseillers municipaux qui ont envoyé leur CV à DERICHEBOURG, vous trouvez ça normal ? » - « Ce qui est étonnant c’est qu’il y a une partie de la population qui trouve complètement abject ce projet et qu’il n’y a personne dans votre entourage qui trouve ça anormal ? » - « Vous n’avez pas été honnête ! » - « Vous n’aviez qu’à en parler à la population ! »

A ce moment, le conseiller qui s’en était pris à la caméra prend violemment à deux mains par la veste un opposant qui était planté sur une marche devant la porte de la mairie, et on assiste à une deuxième courte bagarre.

Le dialogue s’engage à nouveau. Dominique POUGET répète : « Je n’ai rien caché ! – « Je ne peux pas présenter un projet qui n’est pas à moi ! « - « Le peuple a été prévenu à la réunion du 30 septembre, on en n’est que là ! » - Un opposant lance : « Tu es censée nous protéger, la première précaution, c’est de nous prévenir quand il y a un projet compliqué. Tu devais le faire dès le début ! »

OPJ : vous êtes toujours en train d’empêcher une réunion de Conseil municipal ?

Auditionné : pas du tout : les conseillers et les opposants sont entrés, le dialogue se poursuivant dans l’entrée et dans l’escalier qui mène à la salle du conseil. Dominique POUGET : « C’est un projet, ça ne veut pas dire que ça va être fait ! » - Un opposant : « C’est bien la preuve que le projet avance ! » - Réponse de Dominique POUGET : « Mais non, le projet n’avance pas ! » - Un opposant : « On est contre le processus de démantèlement demandé par l’Andra, on est contre ce projet et contre cette histoire de fléchage de la Haute-Marne par l’EDF, parce que nous, on veut protéger notre Haute-Marne. C’est votre devoir d’élu de comprendre ça. » - « Vous êtes enfumés par l’ANDRA ! » - « Ce fléchage de l’EDF est une catastrophe ! »

On explique aussi que ce n’est pas normal de mettre des millions dans ce projet et de ne rien faire pour les hôpitaux.

Un opposant : « Il y a certains maires qui mettent en jeu leur mandat ! » réponse de Dominique POUGET : « Vous voulez qu’on démissionne, mais on ne démissionnera pas » - « On n’a pas les réponses aux questions. » - Un opposant s’adresse à Dominique POUGET : « Vous êtes naïve, ou alors on vous paye bien, ou alors vous ne comprenez pas ! » réponse de Dominique POUGET : « Méfiez-vous, parce que l’autre coup j’ai vu Madame la Sous-Préfète qui m’a dit que j’aurais dû porter plainte. On devrait porter plainte contre les attaques que vous êtes en train de me faire. » - « Je suis payée de rien du tout. Payée de quoi ? Vous arrêtez de dire des choses pareilles. Et par qui ? » - Un opposant : « Je regrette de vous avoir élue ! » - Dominique POUGET : « Je ne vais pas revenir une deuxième fois parce que c’est trop dur ! » - Un opposant : « Vous avez foutu la merde quand même, vous et votre conseil ! ».

Un conseiller intervient : « On va faire une réunion du conseil, on va débattre de ça, c’est prévu de débattre de ça, on en parle… » - Dominique POUGET le coupe : « Ce n’est pas à l’ordre du jour ! » - Un opposant : « Madame, ce serait bien que ce soit mis à l’ordre du jour. A BONNET, à côté de BURE, le maire de BONNET n’a aucune compétence non plus dans ce domaine, puisqu’il appartient à une Communauté de communes, néanmoins son Conseil a voté et a dit : on ne veut pas de ça chez nous ! C’est le seul maire des 33 communes autour de BURE… On voudrait que vous fassiez la même chose ce soir »

Et conseillers et opposants entrent dans la salle du Conseil.

La réunion se déroulera dans la plus grande sérénité.

La gendarmerie arrivera une demi-heure plus tard. Pour rien.

A l’issue du Conseil, une question a été posée à madame POUGET concernant un mail adressé à un administré producteur de fromages, avec l’adresse mail de la mairie, alors qu’il s’agissait d’une communication personnelle. Dominique POUGET a répondu : « Ce n’est pas grave ! »

Sortie de la mairie, quelques échanges sur le trottoir et chacun s’en est retourné chez soi.

Vous voyez bien qu’on n’a pas empêché la réunion du Conseil de se tenir.

 

.

 

 

 

 

EODRA

Association des Elus
Lorraine/Champagne
Opposés à l'enfouissement des
Déchets RAdioactifs
4, rue de la varenne
55000 - VARNEY
 
 
 
 
INVITATION
 
 
Cette année, l’EODRA tiendra son Assemblée Générale le samedi 5 novembre, à 14 h, dans la salle communale de GUDMONT en Haute Marne (13 km au sud de Joinville).
 
Pourquoi GUDMONT ? Cette commune est au centre de l’actualité concernant l’opposition d’une majorité de la population à un projet d’implantation d’un centre de conditionnement des déchets radioactifs à GUDMONT-Villiers. Pour nous, il s’agit là d’un nouveau cas démontrant la nucléarisation de la région Grand Est, et particulièrement la Champagne/Lorraine.
 
Pour mémoire : le centre de stockage de l’Aube à SOULAINES (10), le centre de stockage et d’entreposage à MORVILLIERS (10), le Centre DAHER de tri à EPOTHEMONT (10), le centre de stockage de pièces de rechange de centrales nucléaires à VELAINES (55), l’aire de transit de matières radioactives à VOID (55), les archives AREVA à HOUDELAINCOURT (55), les archives EDF à BURE (55), les établissements de formation à la filière nucléaire à SAINT-DIZIER (52)…
 
Et maintenant : le projet de GUDMONT-Villiers, celui de laverie industrielle des vêtements radioactifs à JOINVILLE (52), de la radioactivité aussi à SAINT-DIZIER (52) dans le centre SOCODEI de maintenance des centrales nucléaires…
 
Et l’origine de tout cela ? CIGEO bien sûr et son « accompagnement économique » pour le développement du territoire promis à nos élus en contrepartie de son implantation.
 
Nous voyons aujourd’hui que nos départements en sont réduits à accepter encore plus de radioactivité pour la création de quelques dizaines d’emplois. Nos élus dans leur majorité sont dépassés par les événements et en sont réduits à discuter en secret de ces implantations tout en se gardant bien d’informer la population.
 
C’est pourquoi, cette année, en soutien à la population de GUDMONT-Villiers, par volonté de transparence,

l’Assemblée générale de l’EODRA,

dans la salle des fêtes de GUDMONT,

sera ouverte non seulement aux élus adhérents,

mais aussi à tous les élus, à la population et à la presse,

le samedi 5 novembre de 14 h à 16 h 30.
 
A l’issue de cette assemblée, avec la participation du CEDRA et de La QV, nous tiendrons

une réunion d’information (avec projection) ouverte à tous sur la nucléarisation de notre territoire,

de 16 h 30 à 19 h
 
Nous invitons élus et population à venir nombreux nous écouter et nous questionner. Mais aussi à soutenir notre opposition à CIGEO. En effet, aujourd’hui, le monstre se dévoile et toutes nos communes sont des candidates potentielles pour recevoir toutes sortes de déchets avec l’aval de nos élus départementaux en particulier.
 
Dire NON à GUDMONT, c’est dire non à CIGEO !

C’est dire NON à la nucléarisation de nos territoires !
NON à la nucléarisation de la Champagne/Lorraine !
NON à la nucléarisation du Grand-Est !

 

.

Cette page est probablement la plus importante de ce site villesurterre.com

Elle dénonce, certes de façon provocatrice, ce que beaucoup n'osent pas mettre en lumière : la réponse à la question : "C'est qui le lobby nucléaire ?"

- Commencez par lire cette NewsLetter

- Ensuite faites vous une idée en parcourant les presque 300 pages de ce dossier

A suivre...

Hurler : "ARRET IMMEDIAT et INCONDITIONNEL du NUCLEAIRE" est grotesque.

Organisez des rassemblements de bisounours est inutile.

Organisons-nous pour dénoncer "les magouilles" du monde du nucléaire.

Travaillons ensemble pour trouver les failles dans les processus décisionnels, tous les processus décisionnels.

Secouons ceux qui décident :

- le projet CIgéo

- le prolongement de la vie des centrales

- la création de nouvelles centrales (EPR)

- les expérimentations nucléaires (ITER et autres)

- qu'on peut vivre dans une région contaminée à 100 milliSv

- qu'on peut boire de l'eau radioactive dans le Soulainois

- etc...


 

Dans le cadre de l'accompagnement économique du projet CIGéo, qui est aujourd'hui beaucoup plus qu'un projet, le lobby nucléaire a décidé d'implanter à GUDMONT-VILLIERS, village à 20 km au sud de JOINVILLE (Haute-Marne) une usine de conditionnemnt de déchets nucléaires TFA et FA.

Réception des matériaux de démantèlement des centrales nucléaires (ferrailles, gravats, etc) - découpage, cisaillage, compactage - conditionnement - puis transport vers les sites de stockage de Soulaines et de Morvilliers (Aube) ainsi que vers les fours de la SOCODEI dans le Gard.

Nous insistons : il s'agit bien d'une création d'activité dans le cadre de l'accompagnement économique du projet CIGéo ! Cela a été confirmé par Thierry PEREZ lui même. Il va donc être très difficile de terrasser ce BISON, Base Intermédiaire de Services Opérationnels Nucléaires, puisque sa raison d'être est écrite dans la loi 2006 !

 


 

D'autres informations sont disponibles sur le site de l'Association GUDMONT-dit-NON :

http://gudmont-dit-non.fr

et sur :

https://www.facebook.com/GudmontDitNon/?fref=ts

 


 

 

Chronologie des faits, événements, médias...

4 vidéos :

La friche industrielle LAMBERT
MENACES DE MORT... de rire !

Opération VILLAGE A VENDRE

LA MESSE EST DITE

 

 

 


6 juin 2017

DERICHEBOURG renonce au projet.

Nous avons appris le 6 juin que ce BISON, Base Intermédiaire de Services Opérationnels Nucléaires, était terrassé !

L’annonce officielle  a été effectuée à la fin de la séance du conseil communautaire de la Communauté de Communes du Bassin de Joinville en Champagne. En questions diverses, M .FEVRE déclare que la société DERICHEBOURG ne s’installera pas à Gudmont Villiers, sans plus de précisions en espérant toutefois que cela ne soit pas trop loin.

Mme POUGET, maire de la commune concernée a ensuite pris la parole : « Que de temps perdu, d’énergie pour rien, alors le Bison va aller brouter ailleurs pour la plus grande joie de certains. Nous attendons avec impatience les fameux  projets économiques sur la friche Lambert car la commune de Gudmont se meurt tout comme notre territoire et notre département vert mais bientôt désert ».

L’association GUDMONT-dit-NON, elle, se réjouit de l’abandon de ce projet qui devait être implanté dans le périmètre de protection du captage d’eau potable de la commune, à moins de 100 m d’habitations, avec la menace de destructions d’emplois et d'impacts sur la santé et l’environnement.

Belle victoire ! Saluée par les journaux locaux.

L'article du Journal de la Haute-Marne.

L'article du Républicain Lorrain.

La Gazette-page1 et page2 de Madame le maire de Gudmont-Villiers, qui ne tarit pas d'éloges à l'égard de Michel GUERITTE....

Espérons que les vaillants militants de l'association Gudmont-dit-Non se consacrent maintenant à la lutte contre CIGéo et contre le projet UNITECH à JOINVILLE.


04 avril 2017

LE JHM annonce une nouvelle campagne INSPIREZ-RESPIREZ. Ce sont 300 000 euros qui vont être investis pour soutenir le tourisme en haute-marne, n'en déplaise au Préfet Françoise SOULIMAN, qui préfère le BISON de DERICHEBOURG !


1er avril 2017

La NewsLetter n°18 fait le point.

Par recoupement de différentes déclarations et entretiens, nous pensons que les dossiers de DERICHEBOURG concernant le projet BISON, qui auraient pu être déposés mi-mars, sont attendus en Préfecture pour le 15 avril. Effectivement, ce ne sont pas les différentes démarches de la Collégiale GUDMONT-dit-NON qui peuvent arrêter le processus décisionnel du projet BISON.

Par ailleurs, il faut rappeler que Françoise SOULIMAN, Préfet de la Haute-Marne, et Hélène Demolombe-Tobie, Sous-Préfet de Saint-Dizier exécutent d'abord les ordres qui viennent du Ministère de l'intérieur. En effet, comme un chef d'entreprise, un Préfet a une obligation de résultat. Il s'occupe de l'intérêt général et doit suivre les recommandations des services de l'Etat. Il ne peut pas avoir d'état d'âme. Il est pragmatique.

Françoise SOULIMAN et Hélène Demolombe-Tobie ne seraient ni POUR ni CONTRE le nucléaire a priori. Elles souhaitent que le projet BISON tienne la route, ne soit pas nocif pour la santé des riverains et soit le plus propre possible.

Elles ne sont pas là pour défendre les intérêts des riverains. Elles ont déclaré à maintes reprises qu'elles sont totalement favorables aux projets créateurs d'emplois sûrs...
donc au BISON ! Voir ce dossier.

Des emplois que le tourisme en Haute-Marne n'apportera pas...

"Dites-moi ce qu'est le tourisme ? Combien cela apporte-t-il d'emplois ?" C'est une déclaration de Françoise SOULIMAN, rapportée par le Journal de la Haute-Marne.

Effectivement à maintes reprises Françoise SOULIMAN semble avoir exprimé des doutes sur la capacité du tourisme haut-marnais à créer des emplois.

Là, c'est un comble. On se demande même pourquoi le Service communication du Conseil départemental ne porte pas plainte ?

Comme beaucoup elle a constaté que le département de la Haute-Marne n’est pas caractérisé par l'implantation quotidienne d'entreprises, ni par une inflation d’emplois. Le bassin de Joinville est en train de mourir tranquillement. Pour elle, DERICHEBOURG va contribuer au développement économique du département. Ce n'est pas l'environnement naturel aménagé qui va créer des emplois. Le tourisme vert ne serait qu'une vision des gentils écolos et ne créerait pas d'emploi.


8 mars 2017

De la ferraille radioactive fondue dans des fours meusiens ? haut-marnais ? aubois ?

C'est ce que confirme le dernier rapport de l'OPECST.

A la page 6, Christian NAMY explique : Pour réduire le volume des déchets TFA, il faut valoriser les déchets métalliques, à l’exemple de ce qui se pratique en Allemagne ou en Suède. Cette valorisation porterait, au départ, sur des lots homogènes comme les métaux issus du démantèlement de l’usine Georges-Besse I et des générateurs de vapeur, avec un flux annuel de 15 000 à 20 000 tonnes d’aciers de très faible activité. Les métaux seraient fondus dans une installation dédiée. Cette opération permet en effet de récupérer l’essentiel des radionucléides dans le laitier, qui devient alors un déchet radioactif. (Le laitier étant les scories qui se forment au cours de la fusion.)

L’une des inconnues de cette fusion concerne la réutilisation des métaux ainsi décontaminés, les possibilités étant limitées à l’industrie nucléaire. (Par exemple pour la fabricaton des containers et du fer à béton pour les stockages comme ceux de Soulaines, Mortvilliers et Bure.)

Il resterait à déterminer si d’autres industries, par exemple la fabrication de pipeline pour l’exploitation pétrolière, accepteraient de réutiliser ces métaux.

A la page 9, Christian NAMY déclare qu'il a rencontré des fondeurs, à l’occasion d’une réunion du Groupement d'intérêt public (GIP) de la Meuse, qui seraient intéressés, si des débouchés pouvaient être trouvés, par exemple dans le cadre du projet CIGEO.

Qui sont ces fondeurs meusiens candidats ?

Il en existe probablement en haute-marne, et notamment Ferry Capitain à Joinville.

Christian NAMY ajoute : il faut sortir du système consistant à considérer tout matériau qui provient de la filière nucléaire comme un déchet à stocker.

Il est clair qu'avec ce genre de projet, le projet BISON implanté à Gudmont-Villiers, à quelques km de la fonderie de Joinville, trouve sa pleine justification.

4 pages pour en savoir plus sur la façon dont la radioactivité des ferrailles récupérées se retrouve dans nos casseroles, nos bracelets-montres, ou les boutons d'ascenseurs OTIS...

Le dossier des poubelles de SOULAINES, MORVILLERS et JUZANVIGNY : Garçon l'addition !


3 mars 2017

Voix de la Haute-Marne : Les opposants proposent des alternatives - Attaquer ou Contre-attaquer le projet BISON en proposant des alternatives, est-ce la bonne façon de s'opposer au projet ? BISON est un accompagnement économique du projet CIGéo. Cet accompagnement est inscrit dans la Loi de 2006. Mais hélas comme l'a dit Jean-Marc FEVRE lors de la réunion du 30 septembre 2016, BISON n'est pas une usine de bonbons... BISON est un site nucléaire, tout comme SOCODEI à Saint-Dizier et UNITECH à Joinville-en-Champagne...


24 février 2017

Journal de la Haute-Marne : la carière voisine est inquiète - Bien sûr qu'il n'y a pas lieu d'être inquiet. Toutes les études déjà réalisées et celles à venir affirmeront que le projet BISON n'aura aucun impact sur l'environnement immédiat du site. On ne retrouvera pas de poussières radioactives dans le sucre.

Incroyable : la direction de la carrière - CEMEX GRANULATS VAL DE SEINE - a demandé à son personnel "une neutralité absolue" ! De quel droit ? En échange de quoi ? Y aurait-il un problème avec la réglementation à venir des tirs de mines ? Il est vrai que des explosions à côté d'un site nucléaire...


16 février 2017

Journal de la Haute-Marne : Gudmont-dit-NON a rencontré la secrétaire d'Etat, Barbara POMPILI.

Elle aurait déclaré : « Quand on est en zone de captage, on ne peut pas faire n’importe quoi, »  selon la loi sur la biodiversité du 8 aout 2016, qu’elle a portée. Elle aurait affirmé que le projet BISON, tel que présenté aujourd’hui, était irréalisable. Puisse-t-elle avoir raison !

Elle aurait ajouté : « Il faut que toutes ces questions soient prises en amont, pour qu’il n’y ait pas de blocage. » Que penser aussi de cette promesse : « On va essayer de trouver des éléments pour vous rassurer. »

Comme la Sous-Préfète, comme la Préfète, elle aurait fait un appel au calme pour éviter les dérapages.

A la fin de l’entretien Madame la Secrétaire d’Etat a proposé un délai d’un mois afin que Madame le Préfet puisse s’informer de la poursuite ou de l’interruption du projet de l’industriel DERICHEBOURG, avec un rendez-vous qui pourrait être fixé avec ce dernier fin mars. Bizarre ?

Soit. La Ministre s’est engagée : « Vous avez ma garantie que cette entreprise ne pourra pas faire n’importe quoi. » Oui, mais le 7 mai prochain, dans 80 jours, quelle garantie pourrez-vous nous apporter Madame Barbara POMPILI ?

Nous sommes quelques uns à nous demander si Ministre, Préfet, Sous-Préfet… ne seraient pas en train de rouler les opposants dans la farine…


9 février 2017

Journal de la Haute-Marne : une délégation de l'Association Gudmont-dit-NON a rencontré Françoise SOULIMAN, Préfète de la Haute-Marne

La Préfète communique bien avec Bruno SIDO : elle aurait déjà prévenu l'IRSN. Super !. Elle est disposée à aider la Collégiale dans ses démarches. Mort de rire. Quand on sait le rôle d'un Préfet : d'abord appliquer les directives qui viennent du Ministère de l'Intérieur. Seuls les naïfs peuvent croire que Madame SOULIMAN va rassurer les militants et empêcher la réalisation de BISON. Elle aurait même fait comprendre qu'elle est tenue à une obligation de résultat. Si BISON en matière d'économie est convenable, il doit être réalisé. Et sur un projet comme celui-là, elle n'aurait pas le pouvoir de dire NON !

Elle a semble-t-il insisté sur le fait qu'elle en avait marre d'avoir à mobiliser à tout bout de champ des forces de l'ordre dans la commune de Gudmont. Une zone qui serait devenue difficile à gérer.

Elle n'apprécie ni les actions médiatiques, ni les écrits polémiques qui attisent les tensions. Il faudrait s'opposer avec intelligence et discernement.

C'était prévisible : Madame le Préfet ne souhaite pas non plus jouer la médiatrice avec les élus.

Elle a précisé que tout projet économique porteur d'emplois dans un secteur qui est en train de mourir doit être considéré. Ce n'est pas tous les jours qu'une entreprise vient s'installer.

Quant à l'association nucléaire / tourisme, Françoise SOULIMAN est claire :"Dites-moi ce qu'est le tourisme ? Combien cela apporte-t-il d'emplois ?" Là, c'est un comble. On se demande même pourquoi les promoteurs du tourisme haut-marnais ne portent pas plainte ?

Surtout quand on sait ce que le Département a dépensé dans la campagne  INSPIREZ-RESPIREZ ! Et même si cette campagne a été décriée. Même si il y a beaucoup à redire...

Voir cette page qui explique la campagne parodique

RESPIREZ-INSPIREZ !

Et le 11 mars, le JHM nous apprend que le Laboratoire de BURE-SAUDRON fait partie du Pass Tourisme de la Haute-Marne, au même titre que le Musée DE GAULLE à Colombey-les-deux-Eglises !


6 février 2017

Journal de la Haute-Marne : Gudmont-dit-NON a rencontré Bruno SIDO, Sénateur de la Haute-Marne

Il est sûr de lui, lui, le plus grand comploteur Haut-Marnais du projet CIGéo : il affirme que BISON ne s'implantera pas à GUDMONT. Mais peut-être chez lui à MANOIS. Qui sait ? Et pour rassurer les représentants de la Collégiale, il a tout de suite dit qu'il allait faire faire une étude par l'IRSN qu'il connaît bien. L'IRSN un institut totalement indépendant qui fait partie du lobby nucléaire. SIDO a même précisé que cette étude serait évidemment transposable ailleurs... On croit rêver.


3 février 2017

Le JHM titre : Raphaël et Sophie PRIGNOT : "Si le projet BISON de DERICHEBOURG se fait, on arrête la fromagerie".


31 janvier 2017

La Gazette de Gudmont Recto - La Gazette de Gudmont Verso : la liste des plus gros mensonges de la municipalité - Qui sont les incompétents ?


Communication du 18 janvier 2017

BISON, c'est fait !

Félicitations à tous les acteurs : les élus de la Communauté de communes du bassin de Joinville-en-Champagne, les grands élus de la Haute-Marne et de la Meuse, les comploteurs des CLI, de l'ANCCLI, de l'ANDRA, de la DGEC, de l'IRSN, de l'ASN, etc...

Le processus décisionnel de BISON a parfaitement fonctionné et fonctonne parfaitement. Les 14 étapes implacables du processus :

1 - Il faut absolument implanter des activités économiques autour de BURE - c'est dans le cadre de l'accompagnement économique de CIGéo - c'est écrit dans la loi de 2006.

2 - EDF propose à DERICHEBOURG de construire une usine de conditionnement des déchets TFA et FA, avant de les envoyer dans les Centre de stockage de SOULAINES et de MORVILLIERS, ainsi que dans les fours de la SOCODEI dans le Gard.

3 - La bande des comploteurs de CIGéo, dont le célèbre Bruno SIDO, propose JOINVILLE-en-CHAMPAGNE - dommage pas de place - alors ce sera GUDMONT-VILLIERS (et que JOINVILLE-en-CHAMPAGNE ne se plaigne pas, elle aura la laverie UNITECH !)

4 - surtout ne dites rien à personne - moins on informe, moins il y a de résistance - technique bien connue dans le monde du nucléaire, et déjà utilisée dans la région pour le projet de la poubelle FA-VL en 2008, ainsi que pour DAHER à EPOTHEMONT)

5 - attention petite fuite dans la presse locale - puis un communiqué du CEDRA - et un article dans le Canard Enchaîné qui fera réagir DERICHEBOURG, qui est une société cotée en Bourse, avec des actionnaires... DERICHEBOURG n'aime pas cette publicité là ! - attention, la donne est très différente de celle de l'ANDRA...

6 - DERICHEBOURG demande à rencontrer le CEDRA : si vous arrêtez ce bordel et on s'en va - promesse d'un écrit qui bien sûr n'est qu'un piège à cons, et ne sera jamais tenue...

7 - Les riverains se soulèvent - réunion Citoyenne d'information, très stratégique - puis Réunion d'information officielle, tardive, mensongère, secrète - on y entend :

8 - les mensonges de Jean-Marc FEVRE : on ne pouvait pas faire de réunion avant, parce qu’il n’y avait pas assez de consistance – on n’en est qu’aux balbutiements – on n’en est qu’à une étude de faisabilité – ça peut très bien s’arrêter demain – comment apporter de l’économie sur un secteur – c’est pas tous les jours qu’on aura une usine de bonbons à installer – là on est sur un projet – on y travaille – on a tendance à dire qu’on a caché ce projet – pas du tout, parce que je tiens à maîtriser ce projet – ce n’est pas DERICHEBOURG qui va le maîtriser, c’est moi avec la Commune de GUDMONT, et avec vous tous – je comprends les gens inquiets, ceux qui sont POUR, ceux qui sont CONTRE – ce que je veux, c’est de l’honnêteté, pas des mensonges – et ça je veux le maîtriser. - Jean-Marc FEVRE n'est grand voyou sympathique dont à va sortir les casseroles de l'armoire

Il affirme même : La Communauté de communes est compétente sur ces zones d’activités - ce qui se révèlera FAUX !

9 - La veille, lors de la réunion citoyenne du 29 septembre, Dominique POUGET avait affirmé qu'il n'y avait pas de vente. Après quelques échanges avec le public, elle avait avoué qu'il y a un compromis de vente.

10 - Le lendemain, Thierry PEREZ conteste l'existence d'un compromis de vente : "Pouvez- vous nous le montrer ?" lance-t-il à la salle qui répond avec des éclats de rires : "C’est Madame le Maire qui nous l’a dit hier, quand même !"

Puis Thierry PEREZ : "J’ai dans mon bureau un compromis de vente à 276 000 euros – donc le Groupe DERICHEBOURG n’a pas signé de document !- C'est vraiment nous prendre pour des cons - d'autant plus que, renseignements pris, et jurisprudence obligeant, il est impossible à un vendeur de casser un compromis de vente.

Philippe MUCHA : ce n’est pas parce qu’on a l’obtention d’un terrain que le projet est obligatoirement validé...

11 - Par la suite, Dominique POUGET répètera sans cesse : ce n'est pas fait - on n'a pas acheté le terrain - ce n'est pas de notre compétence - voir avec la ComCom. Alors que Certificat de projet et Certificat d'urbanisme ont été signés le 9 août ! - L'art de prendre les Gudmontais pour des cons !

12 - Puis DERICHEBOURG fait connaître ses intentions par mail : le dossier ne sera pas déposé si la population est hostile au projet ou si les avis et études en cours ne sont pas concluants - L'avis de la population sera respecté !

13 - Bien sûr, les études en cours seront concluantes. L'hydrogéologue mandaté démontrera que les activités de BISON ne peuvent avoir un impact sur les captages d'eau, ni sur les eaux du canal et de la Marne voisins. Un cabinet "bidon" bien choisi et bien rémunéré expliquera, sondages d'opinion à l'appui, que les activités de BISON n'auront aucun impact sur l'économie, sur le tourisme, sur l'image du secteur.

14 - Quant à l'hostilité de la population au projet, Madame Le Préfet de la Haute-Marne, formée par Charles PASQUA, saura la maîtriser .

Bravo !

Il reste une seule chance pour enrayer le processus : "mettre le secteur à feu et à sang" (au sens figuré bien sûr), c'est ce que le comte-rendu des Assises 2017 de la décolonisation du territoire ont traduit par "la révolution de l'état d'esprit"...

On peut rêver !

Je pense qu'il y a trop de cons à GUDMONT pour qu'on tue le BISON ! - (en Champenois, ce sont des rimes et non des insultes...)


14 janvier 2017

Les Grands voyous … sympathiques de l’année 2016... associés à l'affaire BISON

Ils sont sur cette page.

10 : Thierry PEREZ – stagiaire ? ou en période d’essai ? ou en contrat CDD chez DERICHEBOURG ?

11 : Dominique POUGET – Maire de GUDMONT-VILLIERS – la pitié puis le chagrin

12 : Jean-Marc FEVRE – Président de la Communauté de Communes de JOINVILLE-en-CHAMPAGNE – une solide expérience des déchets et des casseroles

C'est l'occasion de donner quelques informations concernant Benjamin FEVRE, maire de COURCELLES-SUR-BLAISE - de Frédéric FABRE, Conseiller départemental Front national - de Nicolas CONVOLTE, autre élu FN - de David MASSON, élu FN dans le Canton de Dieue-sur-Meuse - du rapport entre la misère économique, la misère intellectuelle, la misère nucléaire et le Front National - de Françoise SOULIMAN, « la magnifique » – Préfet de Haute-Marne


Cette page "affaire BISON" est extraite de La NewsLetter #n°16   =   Nucléaire : Les grands voyous… sympathiques de l’année 2016 :

1 : Gérard LONGUET – sénateur - le chef du complot CIGéo en Meuse - 2 : Bruno SIDO – sénateur - le chef du complot CIGéo en Haute-Marne - 3 : François ROLLINGER – IRSN – secrétaire du lobby nucléaire - 4 : Jean-Claude DELALONDE – Président de l’ANCCLI - Association Nationale des Comités et Commissions Locales d’Information – le voyou qui cache de moins en moins bien son jeu - 5 : Gilles HERIARD DUBREUIL – le boss de MUTADIS – le Manpower du lobby nucléaire - 6 : Christophe BOUILLON – l’hydre de CANTELEU : un monstre à deux têtes : une tête de député-rapporteur et une tête de Président de l’ANDRA - 7 - Michel GAY : le plus gros brillant du sphène - 8 : Jean-Paul BAILLET – ANDRA – le négationniste des petits meurtres à l’argilite - 9 : Philippe DALLEMAGNE – Président de la Communauté de fric de SOULAINES - 10 : Thierry PEREZ – stagiaire ? ou en période d’essai ? ou en contrat CDD chez DERICHEBOURG ? -11 : Dominique POUGET – Maire de GUDMONT-VILLIERS – la pitié puis le chagrin - 12 : Jean-Marc FEVRE – Président de la Communauté de Communes de JOINVILLE-en-CHAMPAGNE – une solide expérience des déchets et des casseroles - 13 : Christian MONNIER – SECHE ENVIRONNEMENT – bien « plus pire » que Thierry PEREZ - 14 : Jean-Jacques PERCHEMINIER - Président de la Communauté de Communes YONNE-NORD – météorologue des tempêtes dans un verre d’eau


20 décembre 2016

Ambiance délétère !

Jean-Paul VAUTRIN, porte parole de l'Association GUDMONT-dit-NON raconte la vie dans le village sur les ondes de la radio locale. Gudmont-Villiers, c'est Règlements de comptes à OK Corral !


19 décembre 2016

A noter dans le JHM, le soutien de qualité à Dominique POUGET du sénateur Bruno SIDO. Il vient « de prendre avec force la défense de Madame le maire de GUDMONT lâchement attaquée par des incompétents irresponsables. »


18 décembre 2016

L’ambiance à GUDMONT-VILLIERS n’est pas terrible. La Presse parle d’agressivité exacerbée. Les PRO et les ANTI s’affrontent. On en est aux véhicules tagués, aux propos homophobes et antisémites, aux menaces de mort …


Menaces de Mort... de rire !

Triste ambiance dans la commune de Gudmont-Villers, où les pro-BISON ont décidé d’intensifier leur harcèlement jusqu’au taggage "plus bête que méchant" des véhicules des militants anti-BISON. Cette stupide guéguerre vient d’atteindre des sommets : une responsable de la Collégiale GUDMONT-dit-NON vient de recevoir une enveloppe anonyme contenant injures, menaces de mort et poudre blanche mystérieuse…

Visionner la vidéo MENACES DE MORT... de rire !.

On apprendra qu'il s'agissait d'amidon de maïs ! Menaces de Mort... de rire !


3 décembre 2016

Visionner la vidéo La friche industrielle.

Emmanuel D., ancien salarié de la Scierie LAMBERT pendant 10 ans, nous fait visiter la friche industrielle. Gigantisme. Souvenirs bons et mauvais. Pollution. Dangers à chaque pas. Sur ces 9 hectares sera implantée une usine de traitement, de tri et de conditionnement de déchets radioactifs Très faible activité et Faible activité. Le processus décisionnel de ce projet BISON est tel que rien ne peut empêcher sa réalisation.


27 novembre 2016 

1 - Opération VILLAGE A VENDRE

C’est la première fois en France qu’un village tout entier est à vendre, mairie, église, et Château inclus, pour cause d’une pollution nucléaire à venir…

Les télés du monde entier, Jean-Pierre PERNAUD en tête, vont envahir le petit village de GUDMONT-VILLIERS…

Cette pération a été un succés.

Visionner la vidéo : Opération VILLAGE A VENDRE.

2 - MESSE à 10 h 30

La messe du Premier dimanche de l'Avent a été célébrée par le Père Carlo MERCIER. 
En accord avec le prêtre, elle a été célébrée à deux intentions très particulières :

1 - pour que le projet BISON ne se réalise pas

2 - pour que le projet CIGéo ne se réalise pas

Et là, les "fidèles" ont priés très fort Saint-GORGON pour qu'il chasse le BISON DERICHEBOURG hors du territoire, et les "taupes" de l'ANDRA de notre territoire...  (taupe : l'animal qui creuse !)


3 - PRIERE D’INTERCESSION

A 11 h 30, à la sortie de la messe, croyants et non croyants sont allés brûler un cierge à Saint GORGON, pour qu’il « chasse » de notre territoire le BISON, (le projet d'usine de traitement de déchets nucléaires, de la société DERICHEBOURG).

Voir détails...

Visionner la vidéo : LA MESSE EST DITE


8 novembre 2016 à 17 h

Salle des fêtes de DONJEUX : Réunion d'information

Le Collectif Gudmont-dit-non organise à l'attention des habitants et surtout des parents d’élèves du groupement scolaire de Donjeux une soirée d'information publique concernant le projet d’installation de l'usine Derichebourg sur la commune de Gudmont-Villiers.
De par sa proximité, les rejets radioactifs auront des conséquences sur l’environnement, et la santé des enfants et des riverains.
Aussi le Collectif vous invite le 25/11/2016 à la salle de fêtes de Donjeux après la classe, à 17h afin de vous informer et de débattre de l’ensemble des conséquences d'un tel projet.


8 novembre 2016

Une équipe de France3 Champagne-Ardenne a sillonné GUDMONT-VILLIERS - les anti-Bisons disent pourquoi ils ne veulent pas de Derichebourg - la municipalité a refusé de répondre... - l'article de la journaliste. - l'extrait du JT de 13 h de ce 8 novembre 2016 - En moins de trois heures il a été demandé au diffuseur Dailymotion de supprimer cette vidéo. Elle est désormais visible à cette adresse.


6 novembre 2016

NEUF ? - C'est le nombre provisoire des convoqués à la gendarmerie de Joinville dans l'affaire de la réunion du conseil de GUDMONT du 21 octobre !!!

Le fils de madame le maire a déclaré récemment autour d'un verre de Beaujolais nouveau, que c'était juste pour s'amuser !

Heureusement que la Gendarmerie de Joinville est toute belle toute neuve et toute grande. Il est vrai qu'elle a été construite avec une subvention du GIP... donc avec de l'argent de l'ANDRA !

Alors, les convoqués :
 
Samedi 5 novembre
: 1 - Emmanuel D. / 2 - Xavier P.
Lundi 7 et mardi 8 : 3 - Anna-Maria U. / 4 - Slawek U. / 5 - Marc G.  / 6 - Fabienne J. / 7 - Raphaël P.

ainsi que : 8 - Jean-Pol V. / 9 - Patrice P

Des auditions libres à l'encontre de 9 opposants au projet BISON, parce qu'ils ont voulu échanger avec le maire Dominique POUGET et ses conseillers.

Sur le trottoir, devenu espace de communication, deux demandes ont été formulées :

1 - compétence ou pas, nous vous demandons de voter ce soir que vous êtes opposés à la réalisation de BISON

2 - si vous ne voulez pas, nous vous demandons de démissionner, parce que vous n'êtes plus représentatifs de la population qui vous a élus.

La gazette PROFESSION GENDARME relatera cette affaire !

Réponse du maire, qui dit que le projet est en pause, qu'il n'avance pas, alors que des études complémentaires par DERICHEBOURG, et des études d'impact sur l'image et des visites de sites comparables sont en cours : elle porte plainte et pas moins de 7 de ses administrés sont convoqués à la gendarmerie !

Soutenue par Jean-Marc Fèvre, et donc par le lobby nucléaire, Dominique POUGET est missionnée pour briser l'opposition.

En effet DERICHEBOURG a écrit clairement (et nous avons des doutes sur la sincérité de la déclaration, puisqu'il s'agit d'un mail privé) : Le dépôt de dossier est soumis à l'acceptabilité du projet par la population"

 

 

 

 

 

 

Or il est démontré que la population est à 85 % contre BISON comme le montre cette illustration issue de la présentation Powerpoint de l'expert Bertrand THUILLIER, samedi 5 novembre dans la salle des fêtes de Gudmont-Villiers.

On se fout de la gueule des citoyens !


5 novembre 2016

L'EODRA, Association des élus opposés à l'enfouissement des déchets radioactifs a tenu son Assemblée générale à la Salle des fêtes de GUDMONT-VILLIERS, de 14 h à 16 h 30. Cette AG n'avait rien d'une réunion secrète, comme une autre tenue dans cette même salle : elle était ouverte non seulement aux élus adhérents, mais aussi à tous les élus, à la population et à la Presse. Voir le programme

Elle a été suivie d'une réunion d'information (avec projection) ouverte à tous, sur le thème de La nucléarisation du territoire.

Bertrand Thuillier a présenté le projet BISON et ses risques. Voir le Powerpoint.

Il a également fait quelques révélations sur l'autre projet d'accompagnement économique : UNITECH à JOINVILLE. Voir le Powerpoint.

L'article dans le JHM - L'article dans l'Est-Républicain


5 novembre 2016

France3 Région s'est déplacé un samedi à la Gendarmerie de Joinville : "Une trentaine de manifestants anti-nucléaire étaient ce samedi matin devant la gendarmerie de Joinville (Haute-Marne). Ils sont venus soutenir deux militants entendus par les gendarmes après un conseil municipal houleux fin octobre à Gudmont-Villiers."

Le compte rendu fictif des auditions de Emmanuel D. et de Xavier P., interpelés pour "entrave au déroulement des débats d'un organe de délibérant d'une collectivité territoriale".

Ce compte rendu a été mis en ligne samedi à 0 heure, donc avant les auditions de samedi matin 9 h. Cette stratégie de défense a permis aux auditionnés de répondre à toutes les questions de l'OPJ par un : "Je n'ai rien dire". Et enfin de conclure : "La vérité est écrite dans le Procès verbal de mon audition, qui est déjà sur internet à la page Gudmont-dit-non, dans villesurterre.com...!!!


4 novembre 2016

ALLO MAMAN BOBO. Sur Facebook, le jeune Julien POUGET, vient au secours de sa maman. Touchant !


30 octobre 2016

La Haute-Marne inspire et respire ! Le département de la Haute-Marne retourne faire de la pub dans 28 stations du métro parisien, du 22 novembre au 6 décembre. La Région fait la promotion des sites nucléaires. C'est le tourisme industriel... Nous pensons que cela va nous inspirez aussi...


30 octobre 2016

La Haute-Marne l'autre pays de la truffe ! Un Festival à chaumont du 2 au 4 décembre. Attention, petit rappel, les truffes de bourgogne avaient été radioactives à cause des retombées du nuage de Tchernobyl.


28 octobre 2016

Les chasseurs de GUDMONT-VILLIERS réagissent au projet BISON.


27 octobre 2016

Dominique POUGET, maire de GUDMONT-VILLIERS, vient de sortir La Gazette, datée d'octobre 2016.

- Non Madame, nous ne voulions pas empêcher cette réunion du Conseil, nous voulions seulement que votre conseil se prononce sur le sujet DERICHEBOURG, que vous votiez NON à BISON ! Vous représentez la population qui majoritairement dit NON. Alors vous deviez voter NON. Dans le cas contraire nous vous avons demandé de démissionner en bloc, parce que si GUDMONT-VILLERS devait voter demain, il y aurait du changement... Le reste ce n'est que folklore et non une atteinte à la démocratie.

Non nous ne vous avons pas empêché d'entrer dans la mairie. Vous avez simplement été retenue quelques minutes sur le trottoir pour cette négociation : votez NON ou démissionnez !

Le problème, c'est que même si vous votiez NON, cela n'empêcherait pas qu'un BISON s'installe au beau milieu de votre verdure.

- Merci Madame de nous avoir avoir permis d'assister à ce Conseil.

- Non Madame, le calme n'est pas revenu grâce à la présence de 4 charmants gendarmes. Ils sont arrivés plus de 30 minutes après le début du Conseil.

- Si les conseillers sont blessés dans leur âme, ce n'est pas grave. D'ailleurs ont-ils tous une âme ? Pour 6 d'entre eux, j'ai des doutes.

- Non Madame, votre position, votre prétexte d'attendre le résultat d'études "bidon" su BISON, d'attendre la visite d'un site qui n'aura rien de comparable avec le projet BISON ne tiennent pas la route.

- Nous ne ferons pour l'instant que ces commentaires sur l'entreprise DAHER à Epothémont, qui n'a rien à voir avec BISON :

en volume traité : 1200 tonnes/an alors que BISON va en traiter 50 000 m³ en vitesse de croisière. En appliquant une densité de 3, on obtient 150 000 tonnes.  Soit 150 fois plus.

et en qualité de radioactivité (DAHER traite uniquement des TFA) qui a fait des demandes d'autorisation de rejets fantaisistes, qui a connu une longue grève de ses 36 salariés qui se plaignaient des conditions de travail, etc... Et on ne mesure pas une contamination par des rejets gazeux ou liquides avec un RADEX !

Pour information, Une mesure à la clôture de Soulaines a été faite. Nous avons pour projet de la refaire avec un propos plus pédagogique. Nous en profiterons pour passer à Morvillers et à Epothémont.


26 octobre 2016


Frédéric FABRE, Conseiller général opposé au projet BISON, devrait s'exprime dans le JHM.

Vous ne connaissez pas Frédéric FABRE ?

C'est un rare élu opposé au projet DERICHEBOURG - mais lors de la réunion d'information du 30 septembre, il a déclaré qu'il n'était pas anti-nucléaire... - Il est NIMBYSTE...


26 octobre 2016

Questionné sur l'affaire DERICHEBOURG, Daniel SCHMITT, président de l'Office de Tourisme de Joinville, répond : "l'Office de Tourisme ne devait prendre aucun parti concernant la situation pour laquelle vous nous sollicitez, et qu'il ne devait pas être cité en référence ni utilisé à des fins particulières, compte tenu de notre mission de service public."

Cela s'appelle botter en touche. On ne parle plus aujourd'hui ni du beurre de La Hague, ni du Coteau du Tricastin. Un jour, si l'on continue ainsi à nucléariser la Champagne, il faudra peut-être débaptiser le breuvage CHAMPAGNE.

Nous vous promettons d'assurer la renommée du tourisme à JOINVILLE-EN-CHAMPAGNE.

Nous allons bien rigoler...


26 octobre 2016

Intervention de Jean-Paul VAUTRIN, un des porte parole de l'Association GUDMONT-dit-NON sur ACTIVE RADIO - cliquez sur : M.Vautrin pour "Gudmont..."


25 octobre 2016

Lettre de la ComCom aux habitants de Gudmont-Villiers explique :

- qu'une étude d'impact sur l'économie, le tourisme, l'immobilier est en cours

- que les habitants vont pouvoir aller visiter un site similaire


25 octobre 2016

Communiqué du CEDRA


25 octobre 2016

Le Figaro titre : Polémique sur une usine de déchets nucléaires


18 octobre 2016

Préfecture, ComCom, Dominique POUGET, DERICHEBOURG : tous des menteurs !

C'est ce que nous constatons quand on fait le bilan des réunions et des aricles qui concernent l'affaire DERICHEBOURG.

Réaction nouvelle à l'article du 161018 : La colère de Jean-Marc FEVRE, envers le Préfet, exprimée dans cet article du JHM : : la Sous-Préfète a été régulièrement informée ! - Précision : le projet DERICHEBOURG, ce n'est pas PAUSE, mais WAIT AND SEE !

Dernier point Monsieur FEVRE : ce n'est pas la Préfecture qui a donné une copie du dossier au CEDRA...


21 octobre 2016

Réunion du Conseil municipal de Gudmont-Villiers


Une délégation de l'Association GUDMONT-dit-NON accueille les conseillers pour leur demander de voter un texte refusant le projet DERICHEBOURG - Dans le cas contraire : "Vous ne représentez plus les habitants de la commune, vous devez démissionnez - dialogue impossible - échanges violents - tentative de casser une caméra - coups de poing - bagarre - un jet d'oeuf ! - la vingtaine d'opposants est autorisée à assister à la réunion du Conseil - quatre gendarmes viendront se geler sur le trottoir - la séquence vidéo n'est pas diffusable en l'état... patience.

Pour le JHM c'était un Conseil municipal sous haute tension !

Dans le même JHM, un droit de réponse à cet article est en attente de publication.


20 octobre 2016

Le bruit court que, pour l'avancement de son projet, DERICHEBOURG aurait appuyé sur la tauche PAUSE ! Une PAUSE de quelques mois.

Nous ne croyons nullement en cette annonce. Un stratège risible pour calmer la fougue des anti-BISON, pour éviter qu'ils ne fassent trop de bruit, qu'ils ne mènent pas trop d'actions qui abîmeraient l'image de DERICHEBOURG.

LES CASSEROLES  DE DERICHBOURG

Il ne faut pas oublier que DERICHEBOURG est une société cotée en Bourse. Les actionnaires sont certainement satisfaits de savoir que la direction envisage la création d'un chantier d'une durée de 2 siècles, non délocalisable et qui va traiter des millions de m3 de déchets - bref le pactole ! Ce serait bien pour les actionnaires que le projet BISON aboutisse. Et le "bleue-bite" (expression champenoise) Thierry PEREZ, fraîchement débarqué de l'ANDRA chez DERICHEBOURG, pourrait payer très cher l'avortement du BISON... BISON est bon projet pour DERICHEBOURG.

Mais, il faut que cet accouchement se fasse sans douleurs. Les actionnaires n'aiment pas beaucoup qu'on touche à l'image de la société qui les enrichit. L'image de DERICHEBOURG n'a effectivement pas besoin d'affaires supplémentaires. En cherchant un peu, on découvre que DERICHEBOURG, c'est pas joli-joli. Par exemple le marché truqué de la ville de PARIS :

- PARIS MATCH : Pascale Jeannin-Perez, P-DG de Derichebourg Polyurbaine, est spécialiste des marchés truqués. Elle aurait émis, via son avocat Me Carmet, une proposition de corruption au terme de laquelle elle promettait un budget de sponsoring pour la Ville de Paris.

- LE PARISIEN : Soupçon de marché truqué à la Ville de Paris : "Mme Flam comparaîtra, pour "favoritisme", aux côtés de la présidente Pascale Jeannin-Perez, PDG de Derichebourg-PolyUrbaine, et d'un avocat, Me Olivier Carmet, soupçonné d'avoir joué les intermédiaires entre Derichebourg et la mairie de Paris."

- LE MONDE : "L'enquête a établi que Derichebourg, par l'intermédiaire de Maître Carmet, s'était proposé, en échange du marché des encombrants, de sponsoriser le Paris Basket Racing."

- LE FIGARO : On parle de condamnation à 1,5 million d'euros !

Inutile d'étaler d'autres affaires y compris en Italie... Et ne parlons pas de quelques pollutions avérées...

LA GROGNE DES PARTENAIRES DE DERICHEBOURG

Dans l'affaire de GUDMONT, on n'en est pas encore au marché truqué. Et c'est d'ailleurs probablement plus compliqué dans un environnement où il y a plus de sangliers que d'habitants au km2.

Mais DERICHEBOURG pourrait subir la pression de l'ANDRA qui veut absolument que l'on implante des entreprises dans le périmètre de BURE, dans le cadre de l'accompagnement économique de CIGéo. (C'est inscrit dans la Loi de 2006). Et GUDMONT-VILLIERS est un site intéressant situé à quelques kilomètres de BURE...

DERICHEBOURG pourrait également subir la pression du donneur d'ordre (EDF) : "M'sieur PEREZ, si vous ne voulez pas faire BISON à GUDMONT, SECHE Energie, ou DAHER, ou SOCODEI, ou d'autres sont prêts à le faire...

La situation n'est pas simple pour l'industriel.

Nous avons de sérieux doutes sur l'utilisation du bouton PAUSE. Et à côté de PAUSE, il y a MARCHE et ACCELERER !

Non, non, chers riverains, faites très attention : Thierry PEREZ vous baise !


20 octobre 2016

Deuxième réunion constitutive de l'Association GUDMONT-dit-NON


18 octobre 2016

Article Voix de la Haute-Marne : La Préfecture de la Meuse n'est pas au courant du projet DERICHEBOURG, alors que la DREAL l'est ? De qui se moque-t-on ?


17 octobre 2016

Intimidation, menace, harcèlement, pression ?


Dominique POUGET, maire de GUDMONT-VILLIERS a adressé un curieux mail à un de ses administrés, exploitant agricole. Mail émis avec l'adresse de la mairie, histoire d'intimider. Notre service juridique est en train d'étudier les suites à donner.

 


16 10 14

Les réflexions de Monsieur Alain BARBIER-BRION,

voisin Haut-Marnais, maire honoraire de ROUVROY, propriétaire foncier à GUDMONT, adressées, via un mail :

- à sa fille Cécilia, secrétaire de la mairie de Gudmont,

- à Céline ROURE, Directrice générale des services de la Communauté de communes du bassin de Joinville en Champagne

- à Dominique POUGET, maire de GUDMONT-VILLIERS,

- et Jean-Marc FEVRE, président de la Communauté de communes du bassin de Joinville en Champagne.

Monsieur Alain BARBIER-BRION souhaitait que ces réflexions soient transmises à qui de droit. Elles me sont effectivement parvenues.

Les lecteurs les apprécieront. Le contenu de ce mail est plus méchant que bête. Il contient quantité de propos diffamants. Pour nous, ce ne sont que les réflexions d'un vieux con. (expression champenoise qualificative et non diffamatoire). Dans une "affaire nucléaire", hautement politique, que voulez-vous attendre de quelqu'un qui soutient SARKO !


14 octobre 2016

Assemblée générale du CLIS de BURE, avec présentation du dernier rapport de la CNE, Salle des fêtes à JOINVILLE - une vingtaine de représentants de l'association GUDMONT-dit-NON s'invitent


Ils interviennent en introduction de la réunion - Le texte lu par une représentante de la délégation.

ArticleJHM : "Le collectif GUDMONT-dit-NON a fait offfice de prélude musclé."

Article L'Est-Républicain : "GUDMONT-dit-NON a montré sa résistance, avec discours et banderoles".


14 octobre 2016

Analyse de Gilles LUGNIER, ancien maire de GUDMONT


14 octobre 2016

Article JHM : "Les Insoumis soutiennent les opposants de GUDMONT"

Réunion constitutive de l'association GUDMONT-DIT-NON - Salle de la mairie de GUDMONT - 85 personnes très déterminées ont pris part aux différents votes.


Article du JHM : "Gudmont-dit-non est née."

Article de l'Est-Républicain : "Encore un projet en Champagne !"


13 octobre 2016

Article Est-Eclair : "Un BISON pour les sites aubois"

Article Est-Eclair : "BISON bidon !"


12 octobre 2016

Michel MARIE s'exprime sur ACTIVE RADIO


10 octobre 2016

La NewsLetter : du 10 Octobre - de l'Association La Q.V. qui démontre que l'étude d'impact de BISON est BIDON

Le nouveau site nucléaire en Champagne inquiète - Cette usine de tri et de conditionnement de déchets radioactifs à GUDMONT-VILLIERS, (Haute-Marne), à 20 km au sud de JOINVILLE, va irradier et contaminer - "L'étude d'impact" de BISON est BIDON ! - Incompétence ou mensonges ? - Nous exigeons que l’étude d’impact de DERICHEBOURG soit publiée dans les plus brefs délais - Une étude d’impact est une étude bidon ! - Mais c'est contrôlé par l'ASN, l'IRSN ? - Le POURQUOI & la CHRONOLOGIE de l'affaire - L’association GUDMONT-dit-NON : deuxième réunion constitutive : vendredi 14 octobre à 18 h 30 - salle de la mairie à GUDMONT - EPILOGUE


8 octobre 2016

Article JHM : "On balaie notre travail" - Sophie et raphaël PRIGNOT, gérant de la ferme des Rieux, en pleine reconversion bio..


7 octobre 2016

Le curieux mail de la Direction de DERICHEBOURG au CEDRA - DERICHEBOURG écrit : "Le dépôt de dossier de demande d’autorisation d’exploitation, selon la réglementation ICPE, est soumis à l'acceptabilité du projet par la population locale mais également aux résultats des avis et études qui ont été lancés". Dont "une étude d’impact socio-économique, lancée par la Communauté de communes, dont le processus habituel laisse supposer des résultats d’ici 6 à 10 mois."

En clair, le message de DERICHEBOURG est : N'acceptez-pas le projet BISON, foutez la merde, et nous ne déposerons pas le dossier. - Alors, riverains : agissez ! Et pas comme des bisounours.


4 octobre 2016

Réunion des anti-BISON de GUDMONT-VILLIERS et des communes environnantes pour la préparation de la constituton de l'association GUDMONT-dit-NON, à la salle de la mairie de Gudmont - 80 personnes


5 octobre 2016

Conférence de Presse à JOINVILLE au siège de la Communautés de communes : une équipe accueille journalistes, élus et directeurs de DERICHEBOURG


Article du JHM suite à cette conférence de Presse


4 octobre 2016

La NewsLetter - du 4 octobre - de l'association La Q.V. qui pose les problèmes de ce projet et dénonce les magouilles de l'industriel et des élus

L'affaire de GUGMONT-VILLIERS : Encore un nouveau site nucléaire en Champagne - Une usine de tri et de conditionnement de déchets radioactifs à GUDMONT-VILLIERS, (Haute-Marne) à 20 km au sud de JOINVILLE - Un projet d'usine nucléaire au joli nom de BISON - Pas très futé, le BISON : bientôt des bulles radioactives dans le champagne de l’Aube et de la Haute- Marne ? - Avec BiSON à GUDMONT, quelle image pour les produits locaux ? L’agro-alimentaire, le bio, le fromage, le vin ? - Avec BISON à GUDMONT, quelle image pour l'immobilier ? - Quelle image pour le tourisme vert et La Source Bleue - 40 emplois ? - BISON était un secret : des citoyens, le CEDRA 52 et La Q.V. l’ont révélé - La réunion GUD GUD XLAN du 30 septembre à la mairie, interdite au non Gudmontais - Jean-Marc FEVRE, Président de la Communauté de communes, mandaté par le lobby nucléaire, sait mentir - Pourquoi cette usine à GUDMONT ? Parce que c’est un accompagnement économique de CIGéo -  Pourquoi cette usine à GUDMONT ? Parce que 99 moutons et 1 Gudmontais, ça fait 100 bêtes - Tout est bon dans le bison : description du projet - Pas d’impact sur l’environnement ni sur les riverains - Et les enfants de l’école de DONJEUX ? - Exemples de manipulation de Thierry PEREZ et de Philippe MUCHA - Incompétence : Dominique POUGET, maire de GUDMONT-VILLIERS ne sait pas mentir - L’avenir de Gudmont : le nucléaire attire le nucléaire et exclut tout autre industrie -  Un cas d’école : le secret bien gardé et la communication réservée aux seuls habitants - L’association GUDMONT-dit-NON : première réunion constitutive : mercredi 5 octobre à 18 h 30 - salle de la mairie à GUDMONT - EPILOGUE.

Le communiqué du CEDRA du 4 octobre


30 septembre 2016

Réunion secrète, réservée aux seuls habitants de GUDMONT et de VILLIERS, fltrage par un "cerbère"et présence de deux "gorilles" à l'entrée. Organisée par DERICHEBOURG et la Communauté de Communes de JOINVILLE. La correspondante locale publiera cet article dans le JHM. Nous vous proposons La retranscription de la réunion.

Tous les mensonges de l'industriel, toute la complicité des élus, toutes les bonnes questions de la population bien informée la veille. Toutes les mauvaises réponses...


29 septembre 2016

Réunion citoyenne dans la cour du Chateau - un événement rare dans les luttes contre un projet industriel - une idée remarquable : informer et former la population avant qu'elle ne soit informée et désinformée par l'industriel et par les politiques qui soutiennent le projet.

Le Powerpoint projeté durant cette réunion - détail : il a été réalisé durant les 2 heures qui précédaient la réunion  !

Article JHM : compte rendu de cette réunion du 29 septembre : Les opposants lèvent le voile.

Article Voix de la Haute-Marne : compte rendu de cette réunion du 29 septembre 


28 septembre 2016

Article Canard enchaîné : La Champagne est de plus en poubelle - cet article dans un journal à diffusion nationale ne fera pas rire la Direction de DERICHEBOURG, et ce serait la raison pour laquelle DERICHEBOURG abandonnerait le projet : ne pas abîmer l'image de l'industriel.


28 septembre 2016

Article JHM qui annonce la pemière Réunion citoyenne du 29 septembre, au Chateau de GUDMONT

Le projet BISON de l'industriel DERICHEBOURG


9 août 2016

Dans le plus secret un Certificat de projet et un Certificat d'urbanisme concernant le projet BISON ont été signés ce jour en Préfecture !


19 février 2016

Article Voix de la Haute-Marne : annonce de l'implantation d'une entreprise de retraitement de pièces contaminées


12 février 2016

Article JHM : première annonce du projet DERICHEBOURG à GUDMONT-VILLIERS : En plus du projet UNITECH à JOINVILLE (laverie industrielle de linge radioactif)  UNITECH, un deuxième fer au feu...


IRRADIATION à la clôture

Reportage vidéo : la mesure de l'irradiation à la clôture du Centre de stockage de Soulaines (Aube), là où seront transportés une partie des déchets triés par le BISON. Mesure des plus sérieuses, réalisée par Bruno CHAREYRON de la CRIIRAD.


Un peu d'humour


 

 

 

 

Liste de 115 sites francophones sur le sujet du nucléaire

 

Liste de 259 vidéos ou films sur le nucléaire diffusés par le site Point Zéro Canopus

 

 

 

Dans le désordre, bon nombre de ces titres suggérés par les intervenants, les conseillers, les militants... seront sur les étalages.

 

1 - Jean-Jacques Delfour, La condition nucléaire. Réflexions sur la situation atomique de l’humanité

2 - WLADIMIR TCHERTKOFF: LE CRIME DE TCHERNOBYL, LE GOULAG NUCLÉAIRE Actes Sud

3 - Annie THEBAUD-MONY : La Science asservie

4 - Annie-Thébaud Mony, L'industrie nucléaire, sous-traitance et servitude, 2000, Inserm EDK

5 - Benjamin Dessus et Bernard Laponche : En finir avec le nucléaire

6 - GSIEN : La Gazette Nucléaire

7 - Les Cahiers de Global Chance

8 - Tchertkoff : Le crime de Tchernobyl

9 - Thierry et Nadia Ribaud : Le sanctuaire de l'abime

10 - Arnaud Vaulerin : La désolation

11 - Seegan Mabesoone : Trente Haïjins contre le nucléaire

12 - Arkadi Filine : Oublier Fukushima

13- Yannick Monget : Résilience

14 - Bella et Roger Belbéoch, Tchernobyl, une catastrophe 2012, La Lenteur,

15 - Kolin : Le Crime du lobby nucléaire international, de Tchernobyl à Fukushima

15 - Pierre Lucot et Jean-Luc Pasquinet, Nucléaire, arrêt immédiat. Pourquoi ? Comment ? Le scénario qui refuse la catastrophe, 2012, Golias

16 - Nicolas Lambert, Avenir radieux. Une fission française. Avant-propos de Jean-Luc Porquet, illustrations d’Otto T., 2012, L’Echappée,

17 - GRANVAUD : AREVA EN AFRIQUE

17 - Dr HIDA : de HIROSHIMA à FUKUSHIMA FACE AUX RAVAGES DISSIMULES DU NUCLEAIRE

18 - EDF : CENTRALES NUCLEAIRES ET ENVIRONNEMENT

19 - LEPAGE Corinne : ATLAS MONDIAL DU NUCLEAIRE

20 - LEPAGE : Corinne : L'ETAT NUCLEAIRE

21 - LEPAGE : Corinne : LA VERITE SUR LE NUCLEAIRE

22 - DOCUMENTATION FRANçAISE : PARLONS NUCLEAIRE EN 30 QUESTIONS

23 - COURMONT : MEMOIRES D'UN CHAMPIGNON, PENSER HIROSHIMA

24 - ASS NEGAWATT  : MANIFESTE NEGAWATT

25 - RIBAULT : LES SANCTUAIRES DE L'ABIME , CHRONIQUE DU DESASTRE DE FUKUSHIMA

26 - GUNTHER ANDERS : LA MENACE NUCLEAIRE

27 - DIDIER ANGER : NUCLEAIRE  LA DEMOCRATIE BAFOUEE

28 - MANIFESTE DES ECOLOGISTES ATTERRES

29 - LA CASINIERE : LES SABOTEURS DU CLIMAT

30 - "Le Monde" : LES PREDATEURS, LA NATURE FACE AU CRIME ORGANISE

31 - Gabriel Hecht : le rayonnement de la France - https://gabriellehecht.org

32 - Monique et Raymond Sené
, Dominique Leglu : Les dossiers noirs du nucleaire francais - http://dev.pressesdelacite.com/site

33 - Andre PARIS et CRIIRAD : Contaminations radioactives : Atlas France et Europe  

34 - Youri Bandajevski : Les conséquences de Tchernobyl sur la santé

35 - Yves LENOIR : La Comédie atomique, l’histoire occultée des dangers des radiations

36 - Géraud BOURNET : Franckushima

37 - La BD : Tchernobyl, le nuage sans fin

38 - Wladimir Tchertkoff  et Yves LENOIR : Tchernobyl forever    

39 - Jean-Marie Pruvost-Beaurain : Abolir le nucléaire civil et militaire - Éditions Terre d’Espérance

 

 

 

 




Ville-sur-Terre
10 janvier 2016





Bonjour

Si vous n’êtes pas anti-nucléaire, inutile de lire plus loin, cet article ne vous est pas destiné.

Si vous êtes militant anti-nucléaire adhérent ou pas au Réseau Sortir du Nucléaire, ce texte vous rappelle l’existence d’un Congrès, qui se déroulera à Angers, les 12,13 et 14 février 2016.

Ce Congrès a pour ambition de réunir toutes les composantes du mouvement antinucléaire français, afin de repenser ensemble le fonctionnement structurel et stratégique du Réseau Sortir du Nucléaire.

Ce Congrès a pour objectif de s’interroger, de réfléchir, de débattre et de décider d’un nouveau fonctionnement du Réseau,  en particulier pour lui donner une assise plus horizontale, au plus près des groupes de terrain qui le composent.

Il est donc ouvert à tous les groupes antinucléaires, qu’ils soient adhérents au Réseau Sortir du Nucléaire ou pas.

Tous les détails sont sur cette page du site de SDN.

On ne peut que se réjouir de cette perspective. Mais, problèmes :

- la gouvernance du Réseau est en crise depuis l’Assemblée générale de février 2010, suite au “débarquement” de l’ensemble des administrateurs, puis au licenciement du porte parole historique Stéphane LHOMME.
- une équipe de 17 salariés a pris en quelque sorte le pouvoir, renforcé par des statuts et un Règlement intérieur taillés sur mesure.
- une trop grande partie des ressources de SDN sont utilisées pour payer salaires, charges et frais annexes, au détriment du financement de la lutte.

Résultat : une large majorité de groupes ont quitté cette fédération et souhaitent aujourd’hui construire une autre structure.

carte des bassins géographiques

Plusieurs projets existent dont SDN 2016, basé sur une architecture directement dérivée des bassins naturels de lutte...

Et, exemple de la main mise des salariés sur le Réseau, notre impossibilité de communiquer et de diffuser les différents projets aux groupes, aux militants, aux sympathisants, aux donateurs... les salariés étant les seuls à disposer des fichiers !

D’où cette invitation à lire le projet SDN 2016.
Il n’est qu’un copié-collé du Projet SVN, SORTONS VITE DU NUCLEAIRE, imaginé à une époque, où il n’y avait pas d’autres solutions que de créer une deuxième fédération pour relancer la lutte anti-nucléaire.
Et il est d’ailleurs fort possible que, faute d’un large consensus à ANGERS, ce soit la meilleure solution. Pour l’heure c’est un projet tout à fait réaliste.

Et inutile de hurler : ils veulent tuer le Réseau ! En effet, en matière de syndicalisme ou de politique, l’Histoire montre que la naissance d’une nouvelle fédération ne tue pas la précédente... Non, nous souhaitons seulement relancer la guerre contre le nucléaire. Il s’agit d’une guerre de communication. Nous voulons nous en donner les moyens.

Merci pour vos remarques, critiques et suggestions.
Merci de déclarer votre soutien à ce projet
en répondant à quelques questions de ce sondage.

Cordialement

Michel GUERITTE
Association La Qualité de Vie




.




 

 

Affiche 100 000 pas à Bure

Le site officiel.

L'info sur le site Bure Zone Libre

L'opération 100 000 portaits

100 000 m3

Sur le site du Réseau Sortir du Nucléaire

Le mail provocateur  du 3 juin : Venez siffler / appaudir / questionner Denis BAUPIN...

Le Communiqué de EE-LV qui confirme qu'il vient bien à BURE !

L'article de l'Est-Républicain du 5 juin.

Revue de presse

 

 

 

.

 

 

 

1 - La filière nucléaire internationale ne se porte pas si bien !

Effectivement, si l'AIFN (Association des Industriels Français Exportateurs du Nucléaire) organise ce 1er salon international du nucléaire, cest que l'industrie nucléaire a bien besoin de redorer son blason. L'industrie nucléaire a près d'un demi siècle d'âge et c'est seulement en 2014 qu'elle s'offre son premier salon international ! Bizarre.

C'est que l'industrie nucléaire mondiale ne va pas si bien que ça :

- L'Observatoire du nucléaire parle de déclin irréversible. Et LeMonde.fr titre : L'énergie nucléaire est en déclin en France et dans le monde

- en 2009 on disait déjà AREVA au bord de la faillite, et Greenpeace considérait toute la filière nucléaire en faillite, voire tout le modèle nucléaire français.

- le 11 juillet 2013 un rapport communiqué par les Verts/ALE de Bruxelles parlait aussi de déclin.

- sans oublier les déboires de l'EPR...

- et en élargissant le débat, il faut prendre le temps de lire l'analyse de Jeremy Rifkin, qui déclare : Le nucléaire est mort.

 

2 - WNE : une opération de communication "poudre aux yeux"

Bref, il fallait lancer une opération de communication pour montrer le contraire. Et vous verrez que ce salon sera l'occasion de communiquer quelques beaux contrats. On fait bien la même chose avec les Boeing et les Airbus à l'occasion du salon de l'aéronautique, qui se déroule au même endroit...

Même si, officiellement, "l'objectif est de faire progresser les acteurs mondiaux de l’énergie nucléaire et d'accompagner le développement d’une énergie nucléaire sécurisée, seule capable de répondre aux défis environnementaux de la demande mondiale d’électricité croissante."

Les medias s'intéressent à cette grand-messe du nucléaire :

10/06 : Pour Reporterre, le lobby nucléaire fait entendre sa voix, mais souligne l’impossible dénucléarisation de la France.

10/07 : Dans un 1er article L'USINE NOUVELLE, le salon WNE intervient dans un contexte nucléaire français incertain. Le projet de loi de transition énergétique n’a pas tranché sur tout. Ce serait un problème pour les clients.

10/07 : Enviscope confirme bien que ce salon sera l'occasion de relayer les signatures de contrats et de partenariats.

21/09 : Paris Tribune explicite même les augmentations de capacité.

23/09 : zonebourse voit un marché international prometteur.

24/09 : Dans un 2ème L'USINE NOUVELLE  affirme que WNE démontrera  la haute technicité, la maîtrise, le sérieux des centaines de milliers de femmes  et d’hommes qui font vivre notre industrie, une industrie hautement responsable.

09/10 : L'USINE NOUVELLE donne la parole à Charlotte MIJEON qui affirme que "le nucléaire n’est pas une solution au changement climatique, c'est une impasse".

10/10 : Bien Public Côte d'or : "Non au salon qui tue ! "

11/10 : Sortir du nucléaire Cornouaille : Contre-foire à la veille de l’indécent salon du nucléaire au Bourget

13/10 : Le Républicain Lorrain : L’atome s’expose et met les écologistes en colère.

13/10 : Pour Economiematin.fr : "les français, en pointe sur le secteur nucléaire, espérent bien tirer leur épingle du jeu en jouant à domicile".

13/10 : LeFigaro.fr : Le nucléaire mondial croit en son avenir.

13/10 : Les Echos : Nucléaire : les défis sont nombreux. 

13/10 : Les Echos : Nucléaire : la filière française à géométrie variable.

13/10 : Le Télégramme : Nucléaire : 110.000 embauches prévues en France dans les dix ans à venir.

13/10 : Communiqué de presse de l'ANDRA (exposant au salon)

14/10 : la vidéo AFP

14/10 : L'USINE NOUVELLE : Le Bourget du nucléaire, "une exhibition de dinosaures" pour Greenpeace.

14/10 : L'USINE NOUVELLE : Quatre réacteurs nucléaires tricolores au catalogue.

14/10 : L'USINE NOUVELLE : Nucléaire : "De grands choix doivent être faits" selon Valery Giscard d’Estaing. Luc Oursel, le Président du directoire d’Areva, insiste sur la nécessité de coopération sur la sureté nucléaire : "Nous ne pouvons nous permettre un nouvel accident comme Fukushima. Cela détruirait définitivement notre industrie".

14/10 : Rue 89 : Sezin Topçu : Le carnaval communicationnel du salon du Bourget faisant la promotion de l’énergie nucléaire (« World nuclear exhibition ») ne peut éclipser, dans cette période post-Fukushima, l’effondrement moral de l’industrie nucléaire : incompétence maquillée, irresponsabilité organisée, mensonge généralisé, inhumanité de l’homo atomicus.

14/10 : 20 minutes résume assez bien la situation : Le premier salon mondial de la filière nucléaire s'ouvre mardi au Bourget, près de Paris, avec des visées sur l'important potentiel du marché de l'atome malgré la catastrophe de Fukushima et les protestations d'ONG écologistes.

es équipementiers cherchent de nouveaux débouchés à l'étranger.

14/10 : LeMonde.fr : "Le nucléaire est un secteur en déclin face au développement croissant des filières renouvelables. Avec son obstination pour le nucléaire, la France navigue à contre-courant et se prive de nombreuses opportunités » déclare Greenpeace.

14/10 : SCIENCES ET AVENIR : Les organisateurs misent sur une moisson de petits contrats, plutôt que sur des engagements majeurs.

14/10 : Challenges : L’ancien président Valéry Giscard d'Estaing était à l’inauguration du World Nuclear Exhibition ce mardi. Il a multiplié les anecdotes et les confidences..

14/10 : france info : Le nucléaire, une passion française.

14/10 : BienPublic Côte d'or : Un savoir-faire made in France.

14/10 : La célèbre SFEN, Société Française de l'Energie nucléaire, grande propagandiste de l'industrie nucléaire a son stand dans la WNE.

14/10 :  Mediapart : Energies : le nucléaire se fait dépasser par les renouvelables.

14/10 :  L'action de Greenpeace : Ce matin, dix militants de Greenpeace ont réussi à accrocher une banderole de 35 mètres de long avec le message « La foire aux mauvaises affaires » sur l’entrée du bâtiment.

14/10 :  TeleMatin (France2) consacre 4 minutes à une rubrique : Le nucléaire recrute.

15/10 : France3 Bourgogne fait état de la manifestation de Greenpeace : le nucléaire : mauvaise affaire - énergie en déclin.

15/10 : L'USINE NOUVELLE : Le Bourget du nucléaire boude l'annonce du nouveau PDG d’EDF

15/10 : L'USINE NOUVELLE"L’industrie nucléaire risque de mourir de ses grandes filières nationales", selon Yves Brachet

15/10 : L'USINE NOUVELLE"Le nucléaire n’est qu’une question marginale dans la transition énergétique", selon Gérard Mestrallet

15/10 : AGORAVOX reprend un article de Stéphane LHOMME"WNE, le « Bourget du nucléaire » : les derniers soubresauts d’une industrie finissante."

16/10 : Le Monde.fr : "La filière, ce n’est pas seulement une centrale, c’est toute une chaîne : la recherche et développement, la maintenance, le cycle du combustible, le transport, la gestion des déchets…"

16/10 : Reporterre : « Il y a une incompréhension entre le commun des mortels qui ne connaît pas le nucléaire et ceux qui travaillent dedans. C’est la peur qui fait ça. Quand vous demandez aux gens à quoi leur fait penser le nucléaire, ils vous répondent quoi ? Tchernobyl. C’est la même peur que pour l’homophobie : ils ne connaissent pas, alors ils ont peur  ».

16/10 : Politis.fr : Défilé fin de règne au salon du nucléaire - L’atome en berne, Proglio éconduit de la direction d’EDF… Le nucléaire paradait à vide à la World Nuclear Exhibition du Bourget.

16/10 : LA TRIBUNE : Salon du nucléaire : "En fait, Fukushima nous a aidés" - Incroyable conclusion !

20/10 : controles-essais-mesures.fr prépare la deuxième édition de ce salon qui est une réussite, et qui a mis le nucléaire à l'honneur...

21/10 : L'EnerGeek : la filière nucléaire a affiché son optimisme !

21/10 : Mediapart : le nucléaire, une industrie caractérisée par son incompétence, ses mensonges, son irresponsabilité.

 

3 - Alors, faut-il "contrer" cette grand-messe du nucléaire

A l'évidence : OUI. Il fallait apporter une réponse à la hauteur. On aurait pu imaginer une action qu ne passe pas inaperçue. Autre chose que des rassemblements, des manifestations, des défilés, des cortèges, des chaînes humaines, des promenades de bisounours.

Au premier jour du salon, une vaste opération escargot aux abords de l'A1 et de la N2 aurait pu avoir son effet.

implantation WNE au BourgetSurtout si d'autres opérations escargot se déroulaient partout en France à l'heure du déjeuner, entre 12 h 30 et 13 h 30 par exemple..

Quoique très impopulaire, une opération escargot est toujours impactante et non violente.  Elle doit bien sûr être accompagnée d'une solide communication qui explique et justifie.

Et il y a probablement d'autres actions possibles.

En fait, il ne se passera rien. On est dans le principe de l'ACTION par la NON-ACTION. Comme si on allait boycotter ce salon !

Pourquoi ? Parce que la lutte anti-nucléaire échappe aux militants. Elle est entre les mains de professionnels. Ainsi le 14 août, un communiqué du Réseau Sortir du Nucléaire a expliqué que "les Amis de la Terre, ATTAC et le Réseau "Sortir du nucléaire" ont travaillé ensemble, afin de faire du 11 octobre – le samedi précédant le salon – une journée nationale de mobilisation contre le nucléaire". Waouh !

Pourquoi ces 3 entités auraient-elles le monopole de la lutte anti-nucléaire pour un tel événement ?

Sérieusement, en matière d'ACTIONS que voulez-vous attendre d'entités comme ATTAC, Les Amis de la Terre... ou France Nature Environnement, qui sont toutes subventionnées par l'Etat !

Pas de commentaires sur la volonté et les moyens que se donne la gouvernance de SDN pour la lutte anti-nucléaire. Elle a des excuses : il n'y a pas eu de motions votées, et pas de budget, du fait que tous les dons se transforment en salaires et en frais de fonctionnement.

On ne parlera pas non-plus des partis politiques qui ont des accords avec le gouvernement...

 

A - L'action

Bref, en cherchant bien sur le site de SDN vous trouverez la feuille de route du militant pour cette grande action anti-WNE :

Résultat : le samedi précédent : un happening, un cortège et une manifestation avec d'autres militants qui luttent contre d'autres causes ! C'est tout.

300 militants se sont retrouvés Place de la République.

Sans oublier l'opération : envoi de cartes postales au Président de la République, lancé par les Amis de la Terre qui ont trouvé le moyen de faire honte à ces criminels, en inondant l’Elysée de courrier (c’est gratuit), mais, surtout, ces dessins envoyés sont des moyens de poser le problème : rencontrons nos amis, nos voisins, discutons, invitons-les à signer le message, ou à en rédiger d’autres...

Super !

Quant à la conférence de presse organisée à cette occasion : grand succès : un seul journaliste présent !

 

Enfin la Fédération Anti-nucléaire Bretagne dénoncera par un communiqué cette provocation indécente qu'est ce salon.

Du côté de Caen le salon sera salué avec pétards et boules puantes.

A Rouen, le collectif « Stop EPR, ni à Penly ni ailleurs » a choisi de sensibiliser aux risques des transports nucléaires.

 

 


 

 

Dans son communiqué du 20 octobre le CEDRA a précisé :

"Foire à l’atome" au Bourget. Ou le nucléaire en exhibition

Le monde du nucléaire est adorable. D’ailleurs, promis-juré-craché depuis quelques années ; tout est trans-pa-rent !
 
Pour en avoir le coeur net, rien de tel qu’un bon test. Le nucléaire français organisant la semaine dernière un « Salon » international, et ce pour la première fois, le CLIS de Bure était sollicité par le CEDRA pour obtenir une entrée (le CEDRA étant membre du CA du CLIS). C’était le 16 juillet dernier, précisément. Après de nombreuses relances vers les organisateurs atomistes, le CLIS eut enfin pour réponse de s’adresser à l’Andra qui, elle, a joué la montre pour finir par répondre, quasi la veille, que ça n’était pas possible. Voilà donc un organisme, le CLIS, chargé de suivre le dossier de BURE mais à qui on refuse l’information à travers cette foire, foire qui de plus organisait une ‘table ronde’ sur les déchets nucléaires. Drôle de pays, vraiment !
 
Autre test, par une association qui, elle, avait réussi à obtenir un badge d’entrée (au nom de l’association en question) mais à l’entrée du salon, et malgré son badge, elle s’est vue refoulée.
Autre témoignage, par un reporter sur place, quelque peu surpris par le dispositif policier, pourtant notoirement plus utile ailleurs.

Aussi grave : cette foire à l’atome ne se résumerait-elle pas une opération de poudre aux yeux ? Plutôt que l’avenir, le nucléaire ne serait-il pas plutôt une industrie du moyen-âge, du passé ? Encore un mythe qui s’effondre - Observatoire du nucléaire - Greenpeace.

 


 

 

A noter : une grand-messe nucléaire se prépare également à Moscou, à la fin du mois.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Ville-sur-Terre
le 21 mars 2014

Communiqué




1- Les municipales et les poubelles nucléaires

Dans les 21 communes du canton de Soulaines,
où l’on redoute l’implantation de la poubelle FA-VL (déchets nucléaires de Faible Activité à Vie Longue),
et dans les 33 communes autour de BURE,
où l’on redoute CIGéo, la poubelle HA et MA-VL (Haute Activité et Moyenne Activité à Vie Longue),
6 000 dossiers SPECIAL MUNICIPALES viennent d’être distribués.
Couverture SPECIAL MUNICIPALES

Comme l’a souligné le CEDRA dans son communiqué du 19 mars,
les déchets nucléaires sont les grands absents du débat municipal.

Aveuglement par l’argent qui dégouline ?
Déni de la réalité ?
 
A l’évidence dans les communes de l’Aube, de la Haute-Marne et de la Meuse
les équipes municipales vont être reconduites.
Mais elles ne pourront pas dire qu’elles ne connaissaient pas les conséquences de ces cimetières éternels.

On ne va pas ici lister tous les problèmes que soulève le projet Cigéo,
mais simplement rappeler l’actualité brûlante du centre de stockage de WIPP aux USA.




2 - Les municipales et le nucléaire

Autres absents du débat municipal : transition énergétique et nucléaire.


3 - La censure de la CNDP


Publié par Claude BERNET président de la CPDP, Commission particulière du débat public,
pendant 2 mois, le cahier d’acteurs n°97 du débat public de Cigéo a été censuré par

Portrait de LEYRIT

Christian LEYRIT,
président de la CNDP, Commission nationale du débat public.
Des négociations sont en cours pour modifier le contenu de ce cahier et donc pouvoir le publier à nouveau.
la version originale de Cigéo est un complot.

Cette censure n’aurait rien à voir avec la non-indépendance de la CNDP.
Même si un certain Bertrand PANCHER, député de la Meuse, a déclaré
à la page 7 de ce rapport,
que Christian LEYRIT, grand serviteur de la République, n’avait peut-être pas coupé son cordon ombilical avec l’Etat !



- BURE est une impasse, il faut changer la loi.


Le chantier est lancé...

A suivre



Michel GUERITTE

qui prépare des enquêtes épidémiologiques citoyennes sur l’impact des faibles doses dans l’Aube, l’Isère etc... 


 

 

 

 

11-12-13 mai 2018

Assemblée Générale SDN à Lyon

Michel GUERITTE est candidat au CA

Voir sa position

 


 

 Phase d'auto-construction

 du nouveau réseau SVN : SORTONS VITE DU NUCLEAIRE

Le PROJET SVN

 


 

FORMULAIRE D'INSCRIPTION des militants individuels et des groupes militants au Réseau SVN SORTONS VITE DU NUCLEAIRE.

 


 

1 février 2015

Assemblée générale du réseau SDN, à DIJON : une nouvelle dynamique ! Nous relayons ce Communiqué de presse


12 décembre 2014

Nous relayons cet appel au CA de SDN, ainsi que les trois motions proposées par ce même CA.


27 et 28 septembre 2014

Nous relayons cet appel concernant la tenue d'un congrés anti-nucléaire en 2015.

Le comité d'organisation du Congrès a communiqué ce compte-rendu :

Le pré-congrès du Réseau Sortir du nucléaire qui s'est tenu les 27 et 28 septembre derniers à Aubervilliers - 35 groupes antinucléaires y étaient représentés - a adopté trois motions qui seront présentées à l'AG du Réseau, les 31 janvier et 1er février à Dijon.
Nous rappelons que votre groupe peut co-signer ces motions en le signalant à l'adresse mail : congres.sdn-groupes@laposte.net. Vous pouvez soutenir indépendamment l'une ou l'autre des motions - ou les trois.
Quelques groupes ont déjà affirmé leur soutien, et leur signature a été rajoutée aux motions que nous rappelons ci-dessous
Merci de nous donner votre réponse avant le 22 octobre (la date limite de dépôt des motions est fixée au 30 octobre). Si votre groupe ne peut pas valider les motions avant cette date, il sera toujours possible de s'associer aux motions avant l'AG - en nous le signalant à la même adresse mail, et votre groupe sera alors rajouté aux signataires.


11 juillet 2014

Nous relayons ce message de SDN qui communique la date de la prochaine AG du Réseau SDN.


7 juillet 2014

Nous relayons ce message de SDN qui concerne la réhabilitation des militants exclus en février 2010.


3 juillet 2014

Nous relayons cet Appel pour la tenue d'un congrès antinucléaire en 2015, avec pré-congrès les 27 et 28 septembre 2014, ouvert à tous les groupes ayant un engagement contre le nucléaire civil et militaire en France. Néanmoins nous rappellerons ici que nous sommes nombreux à ne plus croire au succès de ce projet de refondation.


4 juin 2014

De nombreux groupes se sont éloignés du Réseau "Sortir du nucléaire", dit l’appel ci-dessous que nous relayons, et avec d’autant plus de plaisir qu’on nous demande de faire suivre le message...Dessin Faut-il sortir du nucléaire

Néanmoins nous rappellerons ici que nous sommes nombreux à ne plus croire au succès de ce projet de refondation - lancé par SDN34, CANVA, SDN Paris, SDN 26/07, Tchernoblaye, Sud Rail, SDN 72, SDN Lot, Bien profond, SDN 38, AVENIR, Stop Melox, Brut de Béton, Solaire 2000, SDN Aude - et que nous avons lancé l’idée de créer un autre Réseau : SVN SORTONS VITE DU NUCLEAIRE, en auto-construction.

Avant de s’engager dans SVN, un certain nombre de groupes et de militants nous ont déclaré attendre le résultat de ce Congrès de refondation du Réseau SDN. Alors nous les encourageons à participer à cette rencontre des 14 et 15 juin. Evidemment se pose la question : pourquoi sommes-nous informés si tard à seulement à J-10 ?
Rappel : seuls sont invités à cette rencontre les mandatés par les groupes antinucléaires...

L'appel pour la refondation de SDN


12 mars 2014

Quelle est la STRATEGIE du Réseau SVN ?

Le document diffusé à cette date est maintenant intégré dans Le PROJET SVN.


du 11 mars au 4 avril 2014

Pendant ce temps là : les communiqués  du Conseil d'administration du Réseau SDN concernant le Congrés de refondation de SDN qui finalement aurait lieu en 2015.  Ce sera un Congrès ou un Forum... Et puis, il faut arrêter avec ces histoires de putsch, de licenciement de porte-parole... Tout ça, c'est du passé... D'ailleurs les groupes ont été largement renouvelés ! Invitation à s'inscrire à ce Congrès-Forum par retour de mail. Etc.


février 2014

La sortie du nucléaire n'est qu'une affaire de communication.

A - SVN prépare la création des Cellules de réflexion :

1 - Cellule Stratégie

2 - Cellule Communication

3 - Cellule Créativité

4 - Cellule Action (locale dans les bassins nucléaires, les bassins thématiques - nationale - internationale)

5 - Cellule Relations extérieures ( politiques, syndicats, ONG, Parlement, Ministères, CLI-ANCCLI–ASN-IRSN-HCTISN-GT...)

6 - Cellule Scientifique

7 - Cellule Lobbying

8 - Cellule Aide aux victimes du nucléaire (essais atmosphériques - Tchernobyl - Fukushima...)

B - SVN prépare la création d'un formulaire d'inscription en ligne pour les Groupes et les individuels

C - SVN prépare une méga Action nationale : CHOOZ devant ! (du 16 au 21 septembre 2014)


4 février 2014

Le très courageux Michel BOCCARA, responsable des deux groupes SDN Lot et Bien Profond publie Le grand théâtre de la refondation. On peut retrouver version courte et version longue regroupés ici. Un ensemble de réflexions sur l’Assemblée Générale du 18 janvier 2014 du réseau Sortir du nucléaire, qui sont les bases d'un futur Congès de refondation de SDN.

Michel BOCCARA déclare : J’ai conscience que réussir la Refondation va être difficile mais je ne veux pas décider de sortir du processus avant de l’avoir mené à son terme car je pense que la décision de sortir du réseau et de construire autre chose, pour qu’elle soit constructive, doit être menée après avoir essayé au maximum de conserver cet outil qu’est le réseau.

Nous ne partageons pas ce point de vue : cela fait 4 ans que l'on essaye de sortir de la situation verrouillée par Philippe BROUSSE soutenus par quelques groupes dits conservateurs. Il va de soi que la lecture de ce document ne peut qu'encourager à la création d'un autre réseau. 


29 janvier 2014

Au vu du nombre des retours "immédiats", des soutiens, des encouragements, des propositions, des analyses spontanées, des besoins exprimés, SVN est maintenant en phase d'auto-construction. Et, comme pour le projet CiGéo, il n'y a pas beaucoup de réversbilité possible.

Tous ceux qui ont répondu, en tant qu'individuel ou en tant que représentant de Groupes anti-nucléaires, et tous ceux qui découvrent ici SVN, vont bientôt pouvoir s'inscrire via un formulaire internet.

En attendant, ils peuvent communiquer avec nous : SVN5@villesurterre.com

Nous n'avons pas reçu de critiques. N'hésitez pas.

Des listes Google fermées sont en cours de réalisation : Cellule Stratégie, Cellule Communication, Cellule Actions...

" Comment voulez-vous qu'on adhère à un truc qui n'existe pas ? " Ben justement, c'est ça la différence... Et ce truc, c'est le vôtre !

Néanmoins ce nouveau Réseau devrait s'inspirer largement d'un vieux projet imaginé en avril 2010, et qui n'a pas beaucoup vieilli !

Vous pouvez adhérer à SVN , c'est sans risque.


Phase test

27 janvier 2014                                                                L'article paru dans Reporterre.

SVN
SORTONS VITE DU NUCLEAIRE
Une autre fédération pour les militants et les groupes antinucléaires

Une nouvelle fédération pour les militants et les groupes anti-nucléaires est en train de naître. SVN est son nom. La phase test connaît un énorme succès.

Très ouverte et très active, elle rassemble tous ceux qui veulent agir différemment, individus ou Groupes. Elle fera tout ce que ses composantes décideront ou presque.

Elle ne fonctionnera pas exclusivement selon la méthode d’un consensus trop réducteur. Parce que, en effet, pour mettre tout le monde d’accord sur un projet, finalement on ne fait rien, ou on se limite au niveau le plus bas de l’échelle INES de la contestation. D’où les promenades de bisounours au bord des routes au milieu de nulle part !

Elle n’emploiera pas 15 salariés qui engloutissent jusqu’à 65% des dons, et pour faire quoi ?

Elle ne se noiera pas dans un système de statuts et de règlement intérieur paralysants, que seul un avocat peut comprendre et faire appliquer.

Elle utilisera au maximum les moyens d’échanges et de décisions rapides via internet. On ne peut plus au 21ème siècle fonctionner avec un système de motions à envoyer avant un 15 octobre, votées le 15 janvier de l’année suivante, puis priorisées, et abandonnées en septembre... faute de budget !

Elle aidera les groupes locaux dans les différents bassins nucléaires et bassins thématiques à être efficaces. Elle saura faire la différence entre un sympathisant, un militant, un communicant, un scientifique, un leader d’opinion, un politique...

Et ne dites pas  : Catastrophe, ils sont en train de briser le mouvement antinucléaire ! Non, au contraire il s’agit de le dynamiser, de lui faire mériter le vocable anti.

Et ça ne fait pas du tout rire les AREVA, EDF, CEA, ANDRA... qui vont bientôt subir les assauts d’une nouvelle opposition.

Oui, il y a en France la place pour une autre fédération d’anti-nucléaires.

Michel GUERITTE

au nom de :
ceux qui n’en peuvent plus de vivre dans le Réseau Sortir du Nucléaire,
ceux qui ont déjà quitté le Réseau Sortir du Nucléaire, (81 votants à la dernière Assemblée générale!)
ceux qui veulent militer activement contre les industries et les activités nucléaires.

Renseignements et rendez-vous téléphonique :

SVNpresse@villesurterre.com


21 janvier 2014

SVN
Une autre fédération pour les militants et les groupes antinucléaires

Une nouvelle fédération pour les militants et les groupes anti-nucléaires est en train de naître.

Elle s’appellera :
SN2, comme Sortons du Nucléaire,
SVN, comme Sortons Vite du Nucléaire,
AN-1, AN-2, comme Anti Nucléaire,
NukeOut,
NukOut,
peu importe.
Un concours de nom et de logo sera lancé.

Non, ce qui est important c’est qu’elle va être très ouverte et très active.
Elle rassemblera tous ceux qui veulent agir différemment, individus ou Groupes.
Elle fera tout ce que ses composantes décideront ou presque.

Elle ne fonctionnera pas exclusivement selon la méthode d’un consensus trop réducteur.  
Parce que, en effet,  pour mettre tout le monde d’accord sur un projet,
finalement on ne fait rien, ou on se limite à des promenades de bisounours au bord des routes au milieu de nulle part !

Elle n’emploiera pas 15 salariés qui engloutissent jusqu’à 65% des dons, et pour faire quoi ?

Elle ne se noiera pas dans un système de statuts et de règlement intérieur, que seul un avocat peut comprendre et faire appliquer.

Elle utilisera au maximum les moyens d’échanges et de décisions rapides via internet.
On ne peut plus au 21ème siècle fonctionner avec un système de motions à envoyer avant le 15 octobre 2013,
votées le 15 janvier 2014, budgétées en septembre...

Elle aidera les groupes locaux dans les différents bassins nucléaires et bassins thématiques à être efficaces.

Elle saura faire la différence entre un sympathisant, un militant, un communicant, un scientifique, un leader d’opinion, un politique...

Et ne dites pas  : Catastrophe, ils sont en train de briser le mouvement antinucléaire !
Non; au contraire il s’agit de le dynamiser.

Et les AREVA, EDF, CEA, ANDRA... vont bientôt subir les assauts d’une nouvelle opposition.
Et il y a en France la place pour plus d’une fédération d’anti-nucléaires.

Pour l’instant nous souhaitons simplement connaître votre réaction.

Merci de communiquer votre opposition, vos critiques, vos conseils, vos idées, votre soutien à :

SVN4@villesurterre.com

Michel GUERITTE

au nom de :
ceux qui n’en peuvent plus de vivre dans le Réseau Sortir du Nucléaire,
ceux qui ont déjà quitté le Réseau Sortir du Nucléaire,
ceux qui veulent militer activement contre les industries et les activités nucléaires.


17 janvier 2014

SDN :
L'état des lieux à la veille de l'Assemblée générale du 18 janvier 

Avis de tempête !


avril 2010

Les bases d'une nouvelle gouvernance : Le projet de La Q.V.


 

6 février 2010

Le putsch - le débarquement des administrateurs - le licenciement de Stéphane LHOMME - la crise : historique   -  Lire le point 3

 

 

 

°

 

 

 

Articles et communiqués suite à l'assemblée générale du CLIS de BURE le 4 novembre :


7 novembre 2013

Journal de la Haute-Marne

Il y a bien de la géothermie à Bure !

Lundi soir, au cours de l'assemblée générale du Clis, le cabinet Géowatt AG a confirmé la présence d'une ressource géothermique exploitable dans le sous-sol de Bure. Du pain bénit pour les opposants qui y voient la preuve du mensonge de l'Andra.

C'est une nouvelle que les Ies opposants au projet Cigéo attendaient depuis longtemps. Lundi soir, au cours de l'assemblée générale du Comité local d'information et de suivi (Clis) du laboratoire de Bure, à Houdelaincourt (Meuse), elle est venue de Vincent Badoux, représentant du cabinet Géowatt AG, qui avait été mandaté par le Clis pour vérifier les conclusions de I'Andra. En 2008, le porteur du projet Cigéo avait en effet réalisé un forage afin d'étudier le potentiel géothermique du sous-sol de Bure. Résultat : ressource médiocre à cause d'un trop faible débit et d'une salinité trop élevée.
 
Voilà pour la version officielle. Mais lundi soir, c'est un autre son de cloche qu'ont entendu les opposants, confirmant ainsi leurs doutes. « Le débit annoncé par l'Andra (5m3/h, ndlr) n'est pas représentatif de Ia réalité. Les boues utilisées pour colmater le forage ont faussé les résultats, a annoncé Vincent Badoux. A notre sens, les transmissivités ont également été sous-estimées, or il s'agit d'un paramètre déterminent. » Pour lui, avec une température de 66'C à - 1 855 mètres, il est possible d'exploiter cette ressource pour du chauffage, le potentiel étant le même que dans le bassin parisien, où la géothermie est exploitée.
 
«Des dissimulateurs, des tricheurs, des menteurs !»

L'Andra aurait-elle manipulé ses résultats ? Pour les opposants, il n'y a aucun doute là-dessus. « Les gens de l'Andra sont des dissimulateurs, des tricheurs, des menteurs ! Cette fois-ci ils sont pris la main dans le sac !, s'est emporté un militant du public. Est-ce qu'on peut confier à des menteurs un tel projet et l'avenir de nos enfants ? Pour nous, il n'en est pas question. Nous demandons donc I'arrêt immédiat des travaux de Bure ! »
 
Présente dans la salle, une représentante de I'Andra a alors pris la parole, pour se défendre. « Des zones comme celle-ci, on en a beaucoup dans l'Est de Paris, Mais ici, la salinité est entre quatre et six fois supérieure à celle de Paris. C'est un élément qui complexifie l'exploitation. Car l'eau pompée est réinjectée après utilisation et on ne peut pas réinjecter n'importe quoi ! »
 
Alors cette ressource est-elle réellement exploitable ? Au-delà de I'intérêt économique qu'elle pourrait représenter, elle pose surtout un problème légal, comme l'a rappelé Michel Marie, représentant du Collectif contre l'enfouissement des déchets radioactifs (Cedra) : « La règle fondamentale de sûreté est claire. Elle stipule que le stockage ne peut pas se faire s'il y a une ressource en-dessous, car quelqu'un risque de vouloir l'exploiter un jour. » Mais pour l'Andra, ce n'est pas incompatible. « S'il y a un jour un besoin, on peut très bien faire un fprage à côté du futur Cigéo, s'il est autorisé. »

«Que veut-on pour notre territoire ?»

Quant au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), également invité lundi soir, à Houdelaincourt, la question se pose en d'autres termes. « On mesure le potentiel géothermique en fonction de l'exploitation qu’on veut en faire, a expliqué Romain Vernier. Pour rentabiliser une opération de géothermie, on a besoin d'un réseau de chaleur qui alimenterait environ 5 000 foyers. » Autant dire qu'à Bure, on est loin du compte.
 
Mais pour les opposants, le BRGM « prend le sujet à l'envers. Sachant que la ressource est là, on peut créer l'activité. Ce qu'on demande au BRGM, c'est s'il y a un potentiel. Après, c'est à la société de dire ce qu'on en fait ! Il faut juste se poser la question de ce qu'on veut pour notre territoire... »
 
Après trois heures de débat houleux, le Clis envisage d'inviter officiellement l'Andra à s'expliquer sur son rapport au cours d'une prochaine réunion. Ensuite, chacun devra s'interroger et comparer : a-t-on intérêt à perdre cette ressource géothermique exploitable en enfouissant des déchets radioactifs, pour lesquels il faut de toute façon trouver une solution ? La décision est entre les mains des politiques...


L'Est-Républicain

Alors que l'hypothèse de la géothermie a animé l’assemblée générale du comité local d’information et de suivi du laboratoire de Bure (lire ci-dessous), le débat public autour du projet de stockage se poursuit. Vous pouvez notamment posez toutes vos questions concernant le financement du projet. 

En marge des débats thématiques en vidéo sur le site internet du débat public (debatpublic-cigeo.org) chaque mercredi (19 h) à partir du 18 septembre, tous nos lecteurs sont en effet invités à adresser par mail ou par courrier à la rédaction de L’Est Républicain de Bar-le-Duc leurs questions sur le projet Cigéo. Dans la limite de l’espace disponible, elles feront l’objet d’une publication dans les colonnes de L’Est Républicain et du Journal de la Haute-Marne dans des pages spéciales avant chaque débat.

Elles seront accompagnées des réponses des experts indépendants invités par la CNDP et des responsables de l’Andra, maître d’ouvrage du projet Cigéo.

L’ensemble des questions et avis, et en particulier ceux qui n’auront pas été diffusés dans les journaux, sera publié sur le site de la Commission du débat public (débatpublic-cigeo.org) où ils seront accompagnés d’une réponse argumentée.

La volonté de cette initiative est de donner la parole à tous ceux qui le désirent et à ceux qui considèrent que l’absence de réunions publiques les empêche de s’exprimer. Les contributions défavorables, favorables ou sans opinion sur le projet de centre de stockage à Bure doivent être adressées sous le thème « débat public Bure-Cigéo » à lerdebatpublic@estrepublicain.fr ou par courrier à L’Est Républicain, 31 place Reggio 55.000 Bar-le-Duc. Il est nécessaire d’indiquer ses coordonnées : nom, prénom, lieu de résidence et adresse mail. 

Clis : la géothermie refait surface

 

Géothermie : le mot qui fâche depuis plus d’une décennie aussi bien l’Andra que les antinucléaires a été pleinement lâché lundi soir lors de l’assemblée générale du comité local d’information et de suivi du laboratoire de Bure (Clis).

 

Une soirée entièrement consacrée à la géothermie au travers de la présentation de deux rapports, celui du Bureau de recherches géologiques minières (BRGM) et de Géowatt AG (cabinet d’expert foreur indépendant). Autant dire que face à un sujet aussi brûlant que la géothermie, les opposants au laboratoire de Bure étaient plus que nombreux dans la salle.

 

Pendant l’exposé de Romain Vernier pour le BRGM, l’assistance a commencé à voir rouge tant il a refusé de parler du potentiel géothermique lorrain, se cantonnant au bassin de Paris et à la Guadeloupe. Ce qui forcément devait amener une première question : « Et la Lorraine dans tout ça ? Il faut vous montrer des cartes, vos cartes, celles des années 80 où l’on voit le potentiel géothermique. » La conclusion du rapporteur en a laissé plus d’un pantois : « Il faudrait voir s’il y a une exploitation économique faisable pour utiliser une potentielle ressource dans le sous-sol de Bure. »

 

« Y a-t-il oui ou non un potentiel ? »

 

Devant l’insatisfaction générale, Michel Marie, porte-parole du Cedra, a enfoncé le clou et poussé le spécialiste du BRGM dans ses derniers retranchements : « Y a-t-il oui ou non un potentiel ? Si oui, il faut s’intéresser à la chose. Il y a un accord secret entre le BRGM et l’Andra, une suspicion de connivence d’où votre discours. »

 

En effet, le potentiel géothermique du sous-sol à cheval sur la Meuse et la Haute-Marne pourrait totalement remettre en cause le projet d’enfouissement des déchets, le cheval de bataille de toujours des anti-labo. Après avoir vu rouge, ceux-ci ont bu du petit-lait, la règle fondamentale de sûreté stipulant qu’aucun site d’enfouissement de déchets nucléaires ne peut être envisagé là où il y aurait une ressource potentielle. Le rapport présenté par Vincent Badoux, chef du département ressources de Géowatt AG apportant encore un peu plus d’eau à leur moulin contestataire en concluant : « Il y a une vraie ressource géothermique, même supérieure au bassin de Paris. » 15 ans que les opposants attendaient qu’émerge enfin cette vérité.

 

Au lendemain de cette grande nouvelle, plusieurs collectifs ont décidé de demander au Clis la poursuite des travaux d’investigation, la réalisation d’un nouveau forage pour caractériser précisément la ressource et l’évaluation complémentaire du potentiel géothermique du bassin permien de 2.800 mètres d’épaisseur qui existe sous la région de Bure. Ils souhaitent aussi connaître l’évaluation économique de la ressource géothermique et veulent la mise en contre-expertise par des organismes indépendants non affiliés à l’industrie nucléaire de l’ensemble des travaux de l’Andra effectués à Bure depuis l’implantation du laboratoire.

 

Karine DIVERSAY

 


 

LE REPUBLICAIN LORRAIN 


Et si la géothermie empêchait Bure ?

Une étude conclut à un fort potentiel géothermique dans le sous-sol meusien. Pour les opposants, elle est de nature à compromettre le projet Cigéo.

Désespérés par un débat public qui sombre dans la confidentialité, les opposants à l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure tiennent une nouvelle raison d’espérer. L’étude du cabinet suisse expert en géothermie Geowatt, commandée par le Clis (Comité local d’information et de suivi) et présentée lundi soir, conclut clairement à la présence d’un potentiel géothermique dans le sous-sol meusien. Une pierre dans le jardin de l’Andra (Agence nationale de gestion des déchets nucléaires), porteur du projet.
Chargée de trouver un site pour son centre de stockage profond, l’agence se doit de respecter les critères édictés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Dont celui-ci : « Le site devra être choisi de façon à éviter des zones pouvant présenter un intérêt exceptionnel en termes de ressources souterraines. »

Potentiel minimisé

L’Andra, pour sa part, a toujours minimisé ce potentiel. Fin avril, six associations l’ont d’ailleurs assignée au TGI de Nanterre pour dissimulation délibérée de l’intérêt de la ressource géothermique du site, dans le but de faciliter la réalisation du projet. L’étude de Géowatt leur donne raison : « Nous estimons qu’il est possible d’obtenir des débits du même ordre de grandeur que ceux obtenus en région parisienne », assure l’expert. Soit entre 100 et 400 m3/h. Et donc très loin des 5 m3/h évoqués par l’Andra. Et Geowatt d’enfoncer le clou : « Les ressources géothermiques […] dans la région de Bure peuvent être exploitées économiquement. »

Intérêt inestimable

Il n’en fallait pas plus pour que les opposants, qui dénoncent « un énième mensonge de l’Andra », ne montent au créneau : « Il faut préserver des ressources d’un intérêt inestimable. » L’Andra, elle, persiste sur la même ligne : « Il n’existe pas de ressources géothermiques profondes exceptionnelles dans la zone étudiée pour l’implantation de Cigéo. Le cas de la géothermie est particulier, puisque ce type de ressource est présent de manière généralisée sur le globe. Le sous-sol de la région de Bure présente des ressources géothermiques mais elles ne doivent donc pas présenter de caractère exceptionnel par rapport aux ressources souterraines présentes ailleurs en France. » Elle estime aussi qu’il s’agit d’un faux problème : « Il sera toujours possible, en dehors de l’installation souterraine de Cigéo (qui pourrait être implantée dans une zone de 30 km²), d’avoir des projets de géothermie profonde. »

Philippe MARQUE.


LaGAzette.be+      internet@lesoir.be 

Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga

Centre de stockage nucléaire de Bure: une étude croit à un potentiel géothermique

Un potentiel géothermique conséquent existe bien à Bure (Meuse) où un centre de stockage de déchets radioactifs doit voir le jour, selon une étude d’experts suisses diffusée mardi, allant à l’encontre de l’avis des porteurs de ce projet contesté. La mise en exploitation de Cigéo est prévue à l’horizon 2025, sous réserve de l’autorisation de l’ASN.             


5 Novembre 2013

Note INFO du CEDRA

Déchets nucléaires, un rapport explosif à BURE 

Chaude ambiance, très chaude, hier lundi dans la région de Bure (Champagne/Lorraine). La présentation d’un rapport commandité par le Comité local d’information et de suivi (Clis) explose 15 années de pratiques mensongères. Avec un lot de questions à la clé : à quoi servent les organismes de contrôle, l’enjeu du projet de Bure étant énorme n’a-t-on pas affaire en réalité à une manipulation d’Etat… ?
 
Règle fondamentale de sûreté
Surtout, ne pas envisager un site d’enfouissement de déchets nucléaires là où il y aurait une ressource potentielle (minérale, énergétique, etc). Préconisation de bon sens, pour éviter qu’après fermeture du site et sa mémoire perdue nos descendants n’aillent forer pour exploiter une « poule aux œufs d’or ». Cette préconisation forte, sous forme de Règle fondamentale de sûreté (RFS) (1), était émise par le Ministère de l’Industrie dès 1991, soit bien avant le processus qui allait lancer le projet de ‘laboratoire’ à Bure (tout début 1994).

Surprise
Au début des années 2000, le géophysicien A.Mourot mettait ses compétences dans l’analyse du dossier et découvrait des documents officiels décrivant une ressource dans la région de Bure, de l’eau chaude dans le sous-sol profond. Cette eau chaude qui, ailleurs, est exploitée sous le nom de géothermie. S’ensuivra des publications, une large campagne d’information vers les élus, des demandes - restées vaines - pour qu’un forage aille étudier la couche géologique… et des interventions continues de l’Andra (promoteur de l’enfouissement à Bure) minimisant et contestant les caractéristiques (température, débit, etc)

Le pot aux roses
L’enfouissement étant acté par le vote d’une loi  (28 juin 2006), l’Andra réalisait alors le seul forage ‘profond’ parmi les dizaines qu’elle avait diligenté sur le territoire régional. Et il fallut là encore la démarche d’un expert, indépendant et bénévole, le docteur en géologie A.Godinot, pour analyser le rapport technique du forage (complexe et en anglais). Godinot accusait, Andra niait. La polémique enflait, au point que des associations locales saisissaient la justice, tandis que le Comité local d’information et de suivi (Clis) de Bure organisait un débat entre les experts puis saisissait un cabinet spécialisé hors de France (2) pour étudier le dossier du forage et enfin en avoir le coeur net.
 
Le rapport explosif
Devant les membres du Clis et un nombreux public, le cabinet Géowatt AG, rendait hier soir lundi ses conclusions. Oui, il y a bien de l’eau chaude dans le sous-sol local, oui les qualités sont bonnes, oui il y a bien un potentiel d’exploitation. Grosse colère dans la salle. Près de 15 ans pour enfin savoir !
 
Les questions

- Comment un organisme d’Etat, l’ANDRA, a-t-il pu mentir ainsi, depuis l’origine ? Comment croire cette agence, comment croire en son honnêteté dans le dossier - déjà ô combien polémique et décrié - de l’enfouissement des pires déchets nucléaires ?

- A moins d’en être complices, comment comprendre que les innombrables « évaluateurs/surveillants » de l’ANDRA l’aient toujours soutenu dans ses dénégations des caractéristiques géothermiques ? Quel jeu jouent réellement ces ASN, IRSN, OPECST, CNE… ?

- Mensonge de l’Andra et de ses ‘surveillants’, ou plus crûment manipulation d’Etat ?

- Que va faire le CLIS pour aller plus loin ? Que va faire le Clis envers les cabinets, mandatés et financés par ses soins, qui lui avaient rendu des études pipées ?

- Que vont faire élus locaux et organismes professionnels, développer l’économie locale par une réflexion sur l’exploitation de la ressource, ou continuer à recevoir une manne financière facile, anesthésiante, mais à échéance limitée ? (3)

(1)   Règle fondamentale de sûreté RFS III.2.f

(2)   Sollicitée voici quelques années pour apporter des informations devant le Clis, la Compagnie française de géothermie dévoilait qu’elle était filiale à 100% du BRGM et que celui-ci, en ce domaine, n’était pas indépendant, que le système français était fait de manière à ce que des indépendants ne peuvent se trouver qu’à l’étranger (Suisse, Allemagne…) ou chez un expert… à la retraite (ne craignant plus pour sa carrière). Et, en effet, à cette époque le CEDRA ayant eu l’occasion d’entendre parler d’un accord « secret » entre l’Andra et le Brgm, il lui fallut saisir la justice pour obtenir le dit accord, en passant par CADA, Tribunal administratif, rebondissements, Conseil d’Etat…. plus de 2 ans de procédure !

(3)   Lors de la réunion d’hier, et fort curieusement, nombre de responsables locaux freinaient des quatre fers face au potentiel géothermique décrit. C’est l’un d’entre eux, à l’issue de la réunion et en aparté, qui en a dévoilé les causes : soit Cigéo et sa manne d’argent facile, soit l’exploitation de la géothermie mais en se cassant les méninges. Cigéo piège à gogo


 

08 novembre 2013

Communiqué de presse de Mirabel

Géothermie à Bure : la Lorraine est assise sur un gisement d’énergie…renouvelable !

Comme le supposait déjà le BRGM (Bureau de Recherche Géologique et Minière) dès 1976, une contre expertise vient de confirmer que le sous sol de Bure présente un intérêt particulier pour l’exploitation géothermique. Une donnée qui aurait pu faire de l’ombre au choix du site pour le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires si elle n’avait pas été minimisée par l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs). Explications.

Une ressource dissimulée

L’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) estime dès 1991 que la présence d’une ressource géothermique doit être évitée dans la recherche d'un site pour le laboratoire puisqu’elle ferait peser des risques de forages géothermiques dans le centre de stockage dans le futur, lorsque la mémoire du site sera perdue. Malgré ces recommandations fondamentales et les travaux antérieurs existants, il faudra attendre 2008, 12 ans après l’installation du laboratoire de Bure, pour que, sous la pression des associations, un forage destiné à mieux caractériser cette ressource soit réalisé par l'ANDRA.

Au moins l’équivalent de la ressource francilienne en Lorraine
Pourtant, la ressource de Bure est au moins équivalente à celle du Dogger dans le bassin parisien, aujourd’hui largement valorisée. C’est ce que met en lumière l’étude réalisée par le cabinet suisse expert en géothermie Géowatt, à la demande du CLIS (Comité Local d’Information et de Surveillance) de Bure, et rendue public le 04 novembre 2013.
« Le forage de 2008 était colmaté par de la boue et les tests n'ont pas été réalisés entièrement. De plus, l'étage inférieur (Permien) n'a pas été exploré alors qu’il doit être intéressant vu son épaisseur exceptionnelle. Pour l'ANDRA, le débit est de 5 m3/h. Selon Géowatt, c'est environ 300 m3/h. On sait déjà depuis les travaux du BRGM en 1976 que la géothermie est bonne. Aujourd'hui, à 2 ans de la demande d'autorisation de Cigéo, on ne connaît toujours pas plus précisément cette ressource. Cette question fondamentale doit être approfondie au plus vite. » explique Romain Virrion, directeur de MIRABEL LNE.

La Lorraine doit revoir sa copie
Le Schéma Régional Climat Air Energie de Lorraine avait déclaré qu’il n’y avait pas de potentiel géothermique en Lorraine. Avec les révélations découlant de l’étude Géowatt, la Lorraine va devoir revoir sa copie.
« La géothermie à Bure est exploitable dans l’immédiat  comme dans le bassin parisien. C’est une énergie propre, disponible, stratégique d’autant plus dans le cadre de la transition énergétique et une chance pour la Lorraine. » déclare Bruno Genty, président de FNE.
Télécharger ce communiqué au format pdf <
http://mirabel-lne.asso.fr/f/CP_FNE_MIRABEL_geothermie_vf.pdf>
Téléchargez le rapport Géowatt <
http://mirabel-lne.asso.fr/f/d1320_rapport_clis_vb-2.pdf>
Téléchargez la lettre de MIRABEL LNE : SRCAE & Géothermie profonde <
http://mirabel-lne.asso.fr/f/geothermie_SRCAE_0.pdf>
http://pandor.at/fr/memoire

 


 


 

 

 

 

 

 

 

10 novembre 2013

 

QUEL COÛT POUR CIGÉO ?

 

Le projet Cigéo, coûterait 16,5 milliards deuros, aux conditions économiques de 2012.

Le coût et le financement du centre denfouissement des déchets radioactifs en Meuse et Haute-Marne seront abordés lors du prochain débat en ligne, organisé par la commission particulière du débat public.

Pour répondre aux questions, Benjamin Dessus, de global Chance, un expert indépendant, Charles-Antoine Louët, sous-directeur de lindustrie nucléaire DGEC, Pierre-Yves Lochet, dEDF et Thibaud Labalette, directeur des programmes de lAndra.

 

35,9 milliards deuros

 

Selon une estimation de lAndra, réalisée dans le cadre du groupe de travail Etat-Andra-Producteurs 2004-2005, Cigéo coûterait entre 13,5 et 16,5 milliards deuros, répartis sur une centaine dannées. Cette somme couvrirait la construction, lexploitation et la fermeture du stockage. Réévaluée avec linflation en 2012, elle serait de 16,5 milliards deuros. LAndra renvoie la question du financement à lÉtat.

Pour la fédération associative Mirabel Lorraine nature environnement : « Cigéo a fait lobjet de plusieurs évaluations très divergentes. En 2009, lAndra a proposé un devis tout compris jusquà lannée 2125 qui sélèverait à 35,9 milliards deuros. Cette estimation a été contestée par les producteurs, notamment EDF, qui proposent un projet « low coast ». Les deux estimations présentent des divergences techniques importantes qui pèsent sur la sûreté de lexploitation. Ces devis nincluent pas le coût éventuel dun stockage direct des combustibles usés jusquà maintenant, considérés par la loi comme des matières valorisables. En 2012, la cour des comptes a explicitement demandé que ce chiffrage soit établi ».

La première tranche de Cigéo couvrirait la réalisation dinstallations nécessaires à la mise en service du centre et au démarrage de son exploitation. La plus grande part des dépenses serait dédiée à lexploitation, à hauteur de 41 %. Viendrait ensuite les impôts, lassurance et plusieurs secteurs pour 32 % et enfin, linvestissement, qui représenterait 27 % des dépenses totales.

Les études et recherches menées pour Cigéo sont actuellement financées par une « taxe recherche », instaurée par la loi du 28 juin 2006, sur les installations nucléaires.

Entre 2010 et 2012, elle aurait rapporté environ 118 millions deuros par an. Elle concerne les trois principaux producteurs de déchets, que sont EDF, le CEA et Areva. Ces trois entreprises financeraient Cigéo proportionnellement aux déchets quils stockeraient. EDF financerait 78 %, 17 % pour le CEA et 5 % pour Areva.

Cest aux producteurs de provisionner les ressources nécessaires à la construction et à lexploitation du site, sur toute sa durée de vie. Des provisions sont placées sous le contrôle de lÉtat, au travers de placements dactifs dédiés.

La dernière évaluation du coût du stockage réalisée par le ministère en charge de lénergie, date de 2005. Une réactualisation des coûts devrait se produire dans les prochaines semaines. « Mais elle nest pas disponible pour le débat public », martèlent les opposants.

Le montant de Cigéo dépendrait de sa configuration, de la quantité et du type de déchets quil pourrait accueillir. Si le parc de réacteurs dEDF était exploité au-delà des 40 années initialement prévues, les déchets haute activité moyenne activité à vie longue seraient plus nombreux et le coût de Cigéo revu à la hausse.

« Rien nest fait puisque selon dautres estimations indépendantes, ce projet pourrait coûter jusquà 200 milliards deuros », annonce le collectif sur son site internet.

 

Aurore GANDELIN

 


 

 

DÉCOMPACTER L'ARGILE ?

 

Plusieurs lecteurs nous ont adressé leurs questions sur lerdebatpublic@estrepublicain.fr.Voici leurs questions avec les réponses de Thibaud Labalette, directeur du projet Cigéo à lAndra et de Guillaume Blavette, géographe de lassociation Haute-Normandie environnement.

 

Décompacter largile ?

 

Bernard (Sud Meuse) : « Le fait de creuser des kilomètres de galeries ne va-t-il pas décompacter largile sachant que les galeries se referment progressivement ? »

 

Thibaud Labalette (Andra) : Leffet du creusement sur la roche argileuse a été soigneusement étudié au Laboratoire souterrain depuis près de 15 ans. Ainsi, il a pu être vérifié que lors du creusement, la zone endommagée reste très limitée autour des galeries et ne remet pas en cause la capacité de confinement du stockage. Si Cigéo est réalisé, le revêtement en béton garantira le maintien des galeries pendant toute la durée dexploitation et de réversibilité. Contrairement à une mine, les galeries de Cigéo seraient remblayées à la fermeture du stockage, avec largile du site. Ceci garantit quil ny aura pas de décompaction significative de la roche à long terme.

 

Guillaume Blavette (géographe) : Cest une question très technique mais fort pertinente. À en croire lAndra, largilite est une roche merveilleuse qui se prête admirablement à lenfouissement. Malheureusement, des études indépendantes (IEER) et les travaux plus récents de Bertrand Thuillier donnent à voir que les qualités de la roche ne sont pas si évidentes. Le principe de barrière géologique et la notion dinterposition ne résistent pas une critique minutieuse du projet. Cigéo est exposé à la possibilité de fractures décrochantes et dinfiltration deau qui pourraient avoir des conséquences fatales sur le confinement voire le creusement. Un rapport de lInstitut de radioprotection sur la sûreté nucléaire (IRSN) de 2002 fait en effet état de microfailles. « Ceci peut avoir une influence sur les circulations hydrauliques, dans la mesure où la compression peut contribuer à la (ré) ouverture de ces fractures » brisant lintégrité des galeries et des alvéoles. Il y a donc un risque que galeries et alvéoles se referment sous leffet des travaux. La réalité géologique du site est complexe et ne se prête pas à un aménagement aussi vaste que celui que prévoit lAndra. En revanche, les qualités pour la géothermie de ce sous-sol sont indéniables.

 

Comparer dautres argiles ?

 

Bernard (Sud Meuse) : « Pourquoi ne pas faire prélever, par un organisme indépendant, des blocs dargile dans la galerie du laboratoire et les comparer avec ceux de lAndra et dautres sites argileux dans plusieurs laboratoires ? »

 

Thibaud Labalette : Les essais réalisés depuis 1994 sur des échantillons dargile du site de Meuse/Haute-Marne qui ont permis détablir les propriétés favorables de la couche dargile ont été menés par plus dune dizaine de laboratoires de recherche indépendants, en France et à létranger. Les résultats obtenus ont fait lobjet de comparaisons et ont été publiés dans des journaux scientifiques internationaux. LIRSN a aussi fait ses propres analyses sur des échantillons dargile provenant du site de Bure. Enfin, des comparaisons ont été réalisées avec dautres roches argileuses étudiées dans plusieurs laboratoires souterrains européens (Tournemire en France, Mol en Belgique, Mont Terri en Suisse), qui confirment les propriétés favorables de largile étudié au Laboratoire souterrain de Meuse Haute-Marne.

 

Guillaume Blavette : Très bonne idée. Mais dans le domaine du nucléaire, les études indépendantes ne sont guère favorisées et très rarement entendues. Les industriels comme les pouvoirs publics naiment pas partager les données techniques et craignent les débats contradictoires. Pour autant, lIRSN met à disposition de chacun des études qui méritent toute notre attention. Manifestement largilite de Tournemire présente des qualités nettement meilleures que celle de Bure. Elle résiste mieux à leau, comme la prouvé récemment Michel Guéritte, que largilite du site choisi par lAndra. Mais il ne faut pas oublier que la loi Bataille de 1991 envisageait dautres roches que largile et donc dautres sites. Beaucoup sinterrogent encore aujourdhui sur les raisons qui ont amené lEtat à renoncer au granit. Mais bon. Quelques soient les qualités dune roche, cest lenfouissement qui pose problème. Il conviendrait aujourdhui denvisager à nouveau lentreposage de longue durée en subsurface plutôt que des solutions hasardeuses et hors de prix.

 

Coût du laboratoire ?

 

Matthieu (Ramallah) : « Combien a déjà coûté lensemble des recherches liées à lenfouissement des déchets radioactifs (recherche et choix du site pour le laboratoire, installation, fonctionnement du laboratoire) ?»

 

Thibaud Labalette : Depuis le début des années 1990, 1,5 milliards deuros ont été investis pour la recherche sur le stockage profond. Ces études et recherches sont financées par une taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base. Elle est collectée par lAutorité de sûreté nucléaire auprès des exploitants nucléaires concernés (Areva, CEA, EDF) et versée sur un fonds géré par lAndra. Sur la période 2010-2012, cette taxe sélevait à environ 118 millions deuros par an. Ce budget couvre notamment les recherches menées au Laboratoire souterrain de Meuse Haute-Marne mais également toutes les études techniques et scientifiques menées dans le cadre du projet.

Guillaume Blavette : Si seulement nous le savions, ce serait merveilleux. Lenfouissement est envisagé par le CEA depuis le milieu des années 1980 cest-à-dire bien avant que le législateur privilégie le projet de stockage en couche géologique profonde à Bure. Par ailleurs bon nombre de travaux ont été réalisés à létranger. Aujourdhui lAndra bénéficie des retours dexpérience des États-Unis, dAllemagne, de Finlande. Si lon ajoute le coût de ces études menées dans dautres pays, celui du laboratoire de Bure et celui du fonctionnement de lANDRA (environ 200 millions deuros par an), on arrive à une somme considérable. Une somme difficile à chiffrer de laveu même des députés Auber et Bouillon qui ont publié en juillet dernier un rapport parlementaire sur la gestion des matières radioactives. En tout cas, une chose est certaine, depuis 1999, Bure a déjà coûté fort cher et son exploitation coûterait encore plus. En 2009, la Direction générale de lénergie et du climat (DGEC) a réuni un groupe de travail pour évaluer les coûts du stockage profond. Une estimation dite « SI 2009 » du coût du stockage profond a proposé alors 33,8 milliards deuros en base 2008 (soit 35,9 milliards deuros en base 2010). On est très loin des chiffres présentés par lAndra à loccasion du débat public Cigéo

 

Financer dautres solutions ?

 

Matthieu (Ramallah) : « Quel budget est alloué à la recherche dautres solutions de gestion des déchets radioactifs en France (transmutation, séparation chimique, entreposage...) ? »

 

Thibaud Labalette : Depuis le début des années 90, un montant équivalent à celui investi pour la recherche sur le stockage profond a été investi pour les recherches sur lentreposage et la séparation-transmutation en lien avec le développement des réacteurs de quatrième génération. Le CEA a publié fin 2012 un bilan des études et recherches sur la séparation-transmutation. LAndra a également publié au même moment un bilan des études et recherches sur lentreposage. Ces deux rapports, disponibles sur le site internet du débat public, dressent aussi les perspectives de poursuite des travaux sur ces solutions en complémentarité avec le stockage profond.

 

Guillaume Blavette : Cigéo est le tonneau des danaïdes de la recherche sur la gestion des déchets. Depuis la loi de 2006, Bure engloutit lessentiel des ressources que lAndra consacre à la recherche. Ainsi lagence nationale a-t-elle rétrocédé au CEA _ qui a bien dautres choses à faire _ la recherche sur lentreposage de longue durée, solution pourtant plébiscitée à loccasion du débat public mis en œuvre par M. Mercadal. La recherche sur la transmutation nest pas mieux considérée, les ingénieurs du nucléaire privilégiant le développement des réacteurs dits de IVe génération (ASTRID). Et quand bien même des recherches sont faites sur les matières radioactives, elles nont pas vocation à remettre en cause la gestion française des matières et déchets radioactifs. LAndra ne fait que recevoir des matières dont les industriels du nucléaire ne veulent plus. Son problème nest pas de trouver dautres solutions de gestion des déchets mais de valoriser des matières que les producteurs lui ont laissées. Cest le cas du Thorium par exemple. Lurgence pour lAndra nest pas tant de rechercher des alternatives à lenfouissement mais plutôt de trouver des ressources pour financer Cigéo et dautres projets comme le stockage des FA-VL (faible activité à vie longue NDLR) envisagé à Crépy-le-Neuf. Les enjeux économiques lemportent très nettement sur la nécessité de protéger lenvironnement, le cadre de vie et la santé des populations comme on peut le voir dès aujourdhui à Soulaines et Morvilliers.

 

 


 

 

BENJAMIN DESSUS

 

« Le projet Cigéo, qui a 20 ans a été raffiné jusquà arriver à une espèce de bazar »

 

Que pensez-vous de Cigéo ?

 

Cest un mauvais projet. On donne limpression quil va résoudre le problème de la matière dangereuse, quon éloigne la radioactivité de lhumanité. Mais on ne parle pas du mox ou du plutonium usé. On nenfouirait que 30 % du problème. Il y a une ambiguïté sémantique. Le plutonium nest pas considéré comme un déchet car il est potentiellement « valorisable ». Mais à lheure actuelle, on ne sen sert pas. On ne sait pas quoi en faire. De plus, le CEA travaille pour transférer dans les matières valorisables les déchets issus de la transmutation. Une partie de ceux qui sont vitrifiés aujourdhui. La notion de déchet dépend de la technologie et du temps. Mais quest-ce quon appelle valorisation ? Quand on parle de retraitement, les gens pensent que la radioactivité est diminuée. Or, ce nest pas le cas. Elle est simplement séparée en plusieurs morceaux. La dangerosité initiale na pas changé.

Quand on est à La Hague, on ne regarde pas létiquette pour savoir si cest un déchet ou non, mais pour savoir si cest dangereux.

Quest ce qui vous pose problème avec ce projet ?

Au début, on nous parlait de la surface dune piscine olympique, aujourdhui cest beaucoup plus. On enfouit le problème pour 1.000 à 10.000 ans, mais on ne se préoccupe pas des 150 prochaines années. Il va y avoir la réalisation du chantier et lexploitation jusquen 2130, si il ny a pas de nouvelle production de déchets, mais cela ne semble pas être le cas aujourdhui. Jai un doute considérable sur le fait que tout puisse se passer sans problème majeur. La réversibilité a été vendue dans le projet de 2005. Mais les ingénieurs de Cigéo sont restés enfermés dans leur logique de départ. Ils ont intégré la réversibilité en compliquant le système. Aller chercher le colis au fond de la galerie nest pas simple. Le projet, qui a 20 ans, a été raffiné jusquà arriver à une espèce de bazar. La réversibilité nest pas possible. Il ny a même pas de budget pour ça. Cest une contradiction dans le discours de lAndra. Dun côté, ils ne veulent pas laisser la gestion des déchets aux générations futures et de lautre, cest eux qui devront payer pour une réversibilité.

Que préconisez-vous ?

Un stockage à sec ou en subsurface. Que la société sengage à vérifier ce stockage en subsurface tous les 20 ans et à parer aux éventualités. Elle pourra également récupérer les colis si une meilleure solution est trouvée. Jéchange la géologie contre la société.

Combien coûte Cigéo ?

De façon officielle : 16,5 milliards deuros, annoncé par lAndra. Dautres sources comme la cour des comptes parlent plutôt de 36 milliards. Il ny a rien sur léconomie du projet. On ne connaît pas la répartition du budget. Le document fournit par lAndra fait deux pages, dont une bonne partie de baratin. Pour un projet de ce type, cest un peu court

Que pensez-vous du débat public ?

Cest une information du citoyen et cest pour cela que nous, à Global Chance, avons accepté de participer jusquici. Mais ce nest pas un débat public. Je suis hostile à ce que la commission particulière du débat public (CPDP) dise quelle est satisfaite de cette forme de débat. Ces discours entre experts ne remplacent pas les exigences du débat.

 

Aurore GANDELIN

 


 

15 novembre 2013

Le débat contradictoire en ligne de mercredi, organisé par la commission particulière du débat public (CPDP), a été houleux.

Benjamin Dessus, ingénieur économiste au sein de Global Chance, un groupement dexperts évoluant dans le domaine de lénergie et de lenvironnement, a quitté la séance. Il explique : « Je ne peux pas répondre sur les questions de financement sans dossier. Je suis déjà le seul opposant ce soir face aux autres. Je ne peux pas débattre sur des chiffres que je ne connais pas. » Avant de quitter la salle, il a proposé à Claude Bernet, président de la CPDP, de reporter la réunion à une date ultérieure et quon lui fournisse un « vrai dossier ». Il reproche également à la commission la forme prise par les débats, qui se déroulent uniquement sur internet. « Considérez cela comme une information du citoyen mais pas comme un débat public. Ne soyez pas satisfait de ce que vous faites », lance Benjamin Dessus.

« Je ne suis ni fier ni content. Nous faisons ce que nous pouvons », se défend le président de la CPDP.

Concernant labsence de données, Thibaud Labalette, directeur des programmes à lAndra a expliqué quil « existe un dossier disponible à la cour des comptes ». Ce à quoi a répondu Benjamin Dessus : « il y a des dossiers axés pour les spécialistes et ceux pour les citoyens. Je dois parler au nom des citoyens. Je veux donc un dossier complet qui sadresse aux citoyens. Ce soir, vous pouvez parler du sexe des anges si vous voulez mais pas du financement ou du coût du projet, on ne sait rien dessus. Sur ce, au revoir », lâche-t-il avant de quitter la salle, une vingtaine de minutes après le début du direct.

Sans voix contradictoire, le débat a tout de même continué.

 

« Pollueur payeur »

 

Thibaud Labalette a annoncé quun chiffrage plus précis des coûts de Cigéo serait rendu public en 2014. « Il y a des milliers de lignes de commandes à traiter. Nous devons donner le coût brut de Cigéo, cest-à-dire le coût total, de sa fabrication à sa fermeture dans plus de 100 ans ». Il annonçait également que la nouvelle estimation de Cigéo resterait dans le même ordre de grandeur que celle annoncée en 2005, qui sélève à 16,5 milliards deuros. « Le prochain chiffrage sera plus précis. Il sappuie sur un dossier de conception industrielle », indique Thibaud Labalette.

« Il faut savoir que le coût de Cigéo est entièrement financé par les producteurs de déchets. Cest le principe du pollueur payeur. Nous sommes obligés de provisionner des fonds », explique Pierre-Yves Lochet, dEDF.

En fin de séance, le président de la CPDP, claude Bernet, a rappelé que : « Les cahiers dacteurs ou les contributions doivent être adressés à la commission avant le 15 décembre. Il ny aura pas de prolongation ».

 

A.G.

 


 

 

 

CLI Soulaines du 4 juillet 2013 - Résumé réunion

 

Quelques extraits

 

Introduction

Philippe DALLEMAGNE annonce qu’il ne répondra plus aux questions (*) de Michel GUERITTE, parce que ce sont toujours les mêmes, que les réponses figurent dans les PV des réunions précédentes, et que si il y a un problème de compréhension, il n’y est pour rien…

 

… / …

 

InVS

 

Philippe DALLEMAGNE

En 2013, il conviendra de donner suite à l’étude de mortalité et d’incidence par cancers autour du centre de stockage de déchets radioactifs de faible et moyenne activité. La prochaine réunion du Comité, constitué pour cette étude, aura lieu lors du dernier trimestre 2013. L’InVS propose d’intégrer les données d’hospitalisation, de mortalité et de morbidité, disponibles à ce jour, celles disponibles jusqu’à l’année 2012, et de porter une attention particulière sur le cancer du poumon. Le traitement des données se fera dés le début de 2014, pour une restitution prévue à la rentrée 2014. La Loi TSN de 2006 autorise les CLI à réaliser des expertises, y compris des études épidémiologiques, d’ailleurs des travaux ont déjà été réalisés en ce sens, entre l’IRSN et l’ANCCLI. Ils ont fait l’objet d’une publication dont la CLI de Soulaines pourra s’inspirer pour construire son projet.

Je réponds à la question initiale de Michel GUERITTE à propos de l’InVS.

J’ai reçu l’InVS il y a environ un mois. (note du rédacteur : donc probablement le 5 juin, jour de la réunion de Sommevoire !) Donc l’InVS va continuer son étude. Ce n’est pas notre instance qui sera maître d’ouvrage, puisqu’il y avait un Comité de suivi. Et tu le sais bien Michel, puisque tu en fais partie, et après c’est facile de contester le cahier des charges, quand on l’a soi même rédigé, ça paraît un peu compliqué, enfin, nous, on a du mal à comprendre.

Notre instance ne siégeait pas jusque là, effectivement on en faisait partie, mais à l’époque, on ne souhaitait pas siéger. J’ai expliqué clairement à l’inVS que je prendrais donc part aux débats du Comité de suivi, et ils ont choisi donc quand même de vérifier le cancer du poumon chez l’homme, puisque c’est le seul paramètre, le seul cancer pour lequel on avait un petit pic.

Nous, on avait pris une décision il y a quelques mois, c’est de lancer notre propre étude sanitaire, et rédiger notre propre cahier des charges. J’en ai fait part à l’InVS, qui n’est pas du tout hostile, et qui même veut bien s’associer à notre démarche, dans le sens de nous donner un petit coup de main pour la rédaction du cahier des charges. »

Michel GUERITTE

Comment expliquer que l’InVS soit sollicitée par deux entités, d’un côté celle du groupe qui s’est constitué avec la Haute-Marne, et de l’autre, la CLI de Soulaines ? Il y a deux demandeurs ! Il y a deux cahiers des charges ! C’est quoi cette coupure, c’est quoi cette scission ?

Philippe DALLEMAGNE 

Il n’y a pas de scission. L’InVS continue avec les Citoyens du coin. Pour moi, ma position a toujours été claire, la légitimité, elle appartient à la CLI de Soulaines, et non pas aux Citoyens du coin. La main, elle était aux Citoyens du coin, on respecte, on va s’associer, simplement, je rappelle que, en plus, on n’avait pas participé aux premiers débats et à la rédaction du cahier des charges, mais je ne vois pas où ça peut poser problème, que la CLI rédige son propre cahier des charges. Je le dis toujours et depuis longtemps, on ne trouve que ce que l’on recherche. Il nous semblait que certains cancers n’avaient pas été recherchés, donc l’InVS continue son étude, puisqu’ils ne remettent pas en cause leur cahier des charges, nous on va faire d’autres investigations.

Michel GUERITTE

En quoi la CLI de Soulaines aurait-elle une légitimité et pas une association de citoyens ?

Philippe DALLEMAGNE

La CLI, par rapport à la règlementation, par rapport à la loi, la CLI de Soulaines a, pour moi, la légitimité par rapport à l’information et concernant les activités de l’Andra. Point. Voilà.

Pas d’autres questions ?

Michel GUERITTE

Il y en aurait, mais on laisse tomber le sujet.

Philippe DALLEMAGNE

C’est comme ça quand on est à court d’arguments.

Colère de Michel GUERITTE qui explique qu’il est prêt à argumenter. Philippe DALLEMAGNE rétorque que c’est lui qui dirige la réunion. Michel GUERITTE explique que les arguments seront développés hors réunion…

Philippe DALLEMAGNE

Après, tu me demandes le point sur l’avancement du projet de stockage des déchets FA-VL dans le canton de Soulaines. Je suis désolé, il n’y a que toi qui parle de stockage. Nous on a pris une délibération sur des sondages géologiques, mais pas sur un stockage. Tu t’es trompé d’interlocuteur, ou alors, tu en sais plus que moi, je suis preneur des informations.

Michel GUERITTE

Bonne réponse. Monsieur Caillet (le maire d’AUXON en 2008-2009) parlait de la même façon.

Philippe DALLEMAGNE

Qui parle de stockage à part toi ?

Puis tu demandes « la création d’une entité intercommunale qui serait chargée d’assurer une veille et une information vers la population sur l’addition des 5 sites nucléaires : FA-MA-VC + TFA + DAHER + Entreposage FA-VL + futur stockage FA-VL ».

Là, je dis non, parce que de toute façon la loi c’est la loi, je vais pas te la rappeler. D’un côté on a une INB, de l’autre on a une ICPE, c’est pas la même réglementation. J’ai déjà demandé…On essaye de les regrouper, on est d’accord, sauf que il y a la loi, et il n’est pas question de recréer encore d’autres structures.

Michel GUERITTE

Il y a bon nombre de commissions dans la CCS. Si tu créais une Commission des sites nucléaires du canton, avec des représentants de chacune des CLI ? Chacun d’eux connaissant parfaitement le sujet, pourraient travailler ensemble, alerter, s’inquiéter des rejets, de la présence de 5 ou 6 cheminées qui rejettent on ne sait quoi, on pourrait s’inquiéter de l’impact éventuel sur les riverains, et notamment les cancers du poumon. Tu as été le premier à m’expliquer que ça rejette du radon tout ça. Et il y a un rapport entre le cancer du poumon et le radon !

Philippe DALLEMAGNE

Au sein de la CLI siègent 50% d’élus de la CCS, dont certains du Briennois et du Bar-sur-Aubois. Il n’y a pas besoin de créer d’autres structures.

Puis tu poses la question sur la communication : la communication vers la population. Tu rappelles que le I de CLI signifie Information. Il y a un déficit de communication évident sur ces sites, notamment sur le TFA, alors qu’il est en train de devenir un fourre-tout inquiétant..

Philippe DALLEMAGNE

Pour le TFA, le Sous-préfet te répondra tout à l’heure.

Puis Philippe explique qu’il en marre des questions de Michel GUERITTE, qui sont un copier-coller d’une réunion à l’autre. Michel GUERITTE rétorque que les réponses sont aussi des copier-coller.

 

… / …

 

Conclusion de Mr le Sous-préfet de Bar-sur-Aube

C’est sa première CLI. Il préfère que ça se passe de façon houleuse que ça ne se passe pas du tout. Il remercie l’ANDRA et son grand souci de pédagogie. Il remercie la CLI qui s’améliore sans cesse, et la CCS qui vient d’embaucher un jeune (création d’un contrat d’avenir).

En tant que président de la CLIS de Morvilliers, il précise que cette CLIS n’a rien à voir avec la CLI de Soulaines. « Il ne faut mélanger les torchons et les serviettes ».

Monsieur le Sous-préfet se lance alors dans un exercice de haut-vol et explique que si « le i de CLI signifie information, information n’est pas communication. Il ne faut pas tout mélanger ».  Le but du jeu est d’apporter à la connaissance de ses membres un certain nombre d’informations réglementaires quant au fonctionnement des sites concernés. Ce n’est pas communication, parce que, par nature la communication appartient davantage soit à l’exploitant, soit aux personnes qui vont réceptionner l’information et qui pourront la re-traduire. La CLI et la CLIS sont là pour faire de l’information et pour redistribuer une information fidèle ».

« L’information ce n’est pas non plus du contrôle. Il y a des autorités qui sont en charge. Il y a la DREAL et l’ASN pour ça. On n’a pas non plus à remettre en cause ces contrôles ». « Chacun a une appréciation variable de l’information. En tant qu’ancien juge, je suis fondamentalement légaliste. Je n’accepterai pas que ça devienne un lieu de tribune, ou un lieu de polémique, sur des décisions politiques, des décisions de développement, ou des orientations nationales ».

« Pour que le fonctionnement de la CLIS et de la CLI soit optimal, il faut passer par le respect de chacun et par le respect des interlocuteurs. Ce ne sont en aucun cas des lieux de débats ».

Et le Sous-préfet de conclure : « Si vous avez quelque chose à me dire, n’attendez-pas la prochaine réunion, vous pouvez m’adresser un courrier, je me ferez un plaisir d’y répondre ».

 

(*) - Mail concernant l’ordre du jour de la réunion du 4 juillet,

envoyé le 19 juin à Philippe DALLEMAGNE et aux membres de la CLI :

Bonjour Philippe


Il m’a déjà été signifié qu’il ne m’appartenait pas de fixer l’ordre du jour des réunions de la CLI de Soulaines, mais je me permets d’insister pour que, lors de la prochaine réunion, soient abordés les sujets suivants :

  • le point sur l’avancement du projet de stockage FA-VL dans le canton de Soulaines
  • le point sur les suites de l’enquête sanitaire InVS, qui devait être “complétée” tous les deux ans.  – “nous” avons donc déjà un an de retard !
  • la création d’une entité intercommunale qui serait chargée d’assurer une veille et une information vers la population sur l’addition des 5 sites nucléaires : FA-MA-VC + TFA + DAHER + Entreposage FA-VL + futur stockage FA-VL
  • la communication vers la population – je rappelle que le I de CLI signifie Information. Il y a un déficit de communication évident sur ces sites, notamment sur le TFA, alors qu’il est en train de devenir un fourre-tout inquiétant...


Merci

Bien cordialement

Michel GUERITTE

 

 

Qui est en ligne

650 visiteurs en ligne

Nombre de visiteurs

Soutenir L’Association La Qualité de Vie et l’Association TROP,
« POURQUOI TROP DE CANCERS AUTOUR DE SOULAINES ? »
Nous soutenir